Paul Vachet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Vachet
Naissance
Chalon-sur-Saône
Décès (à 77 ans)
Toulouse
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Drapeau de la France France libre
Arme Aviation
Années de service 1915-
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Autres fonctions Pilote de l'Aéropostale

Liste de pilotes et navigants de l'Aéropostale

Paul Jean Julien Vachet, né le à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et mort le à Toulouse[1], est un aviateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé volontaire à 18 ans, Paul Vachet passe son brevet de pilote en 1916. Pendant la Première Guerre mondiale, il est pilote de bombardier. Il est également pilote d'hydravion. Après l'Armistice de 1918, il est l'un des officiers français qui créent une école de pilotage à Varsovie, en Pologne.

Entré comme pilote aux Lignes Aériennes Latécoère en 1921, il est employé sur la ligne du Maroc. Dès 1922, il est chargé de l'étude et de l'établissement des nouvelles lignes d'Afrique du Nord (Casablanca-Oran, puis Alicante-Oran). Il est détaché en Amérique du Sud en 1924 où il accomplit un travail de défrichage extraordinaire et prépare la voie à la prestigieuse équipe de Jean Mermoz et ses compagnons. C'est certainement pour cette raison qu'on parle plus de Vachet en Amérique du Sud qu'en France.

À partir de 1927, à la demande de Marcel Bouilloux-Lafont, PDG de la Compagnie générale aéropostale, il se rend en Amérique du Sud (Brésil, Uruguay, Argentine, Paraguay, Chili et Venezuela). En 1933, ayant rejoint les rangs d'Air France, il devient sur place un des représentants de la nouvelle compagnie.

Il participe à la Seconde Guerre mondiale près du Général de Gaulle et est nommé « représentant général » de la Compagnie Air France en Amérique du Sud.

Il prend sa retraite en 1957, après plus de quarante ans de carrière dans l'aviation. Il s'éteint à Toulouse, en 1974.

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs rues ont été nommées en son honneur, à Étampes et Chalon-sur-Saône notamment. Commandeur de la Légion d'honneur… il obtient les plus hautes décorations du Maroc, du Brésil, de l'Argentine, du Paraguay.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Saône-et-Loire, état-civil numérisé de Chalon-sur-Saône, naissances de l'année 1897, acte no 42 et sa mention marginale de décès, vue 11/153 de la numérisation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]