Paul Thénard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Thénard
Image dans Infobox.
Paul Thénard (photographie de Truchelut)
Fonctions
Conseiller général de la Côte-d'Or
-
Maire de Talmay (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
TalmayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Autres informations
Propriétaire de
Membre de
Distinction

Paul Thénard, également appelé baron Thénard ou Arnould Paul-Edmond Thénard est né le à Paris, et mort le à Talmay (Côte-d'Or). Cet agronome est connu pour avoir participé à la maîtrise du phylloxera[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis Thénard, chimiste renommé.

Il se marie en 1842 avec Bonne-Philipine-Isaure-Françoise Derrion-Duplan, dont la famille possède à Givry (Saône-et-Loire) une propriété. C'est là qu'il débute l'analyse des sols afin de comprendre les facteurs favorables au vignoble. En 1847 son épouse hérite d'une propriété à Talmay (en Côte d'Or). Tout en gardant Givry il s'installe à Talmay. Il poursuit ses recherches sur le moyen d'améliorer la fertilité des sols. Ses études lui valent d'être chevalier de la légion d'honneur le .

Il est élu en 1864 à l'Académie des sciences le (section d'économie rurale)[2].

Il devient maire de Talmay en 1852 et le restera jusqu'en 1866 : il représente le canton de Pontailler-sur-Saône au conseil d’arrondissement de 1852 à 1856, puis au conseil général jusqu'en 1871[3].

La guerre à la Prusse est déclarée le . Fin décembre, Dijon est occupée par les troupes allemandes. La notoriété de Thénard lui vaut d’être emmené en otage à Brême, en Allemagne, pendant trois mois.

Ses descendants sont toujours propriétaires du château de Talmay[4] et le domaine de Givry (7,9 hectares) est toujours exploité[5].

Travaux et publications[modifier | modifier le code]

Travaux[modifier | modifier le code]

Pal injecteur de sulfure de carbone

C'est durant les années 1870 que le puceron Phylloxera vastatrix, apparu quelques années auparavant dans le Gard est présent dans le Rhône (Villié Morgon, 1863), puis en Saône-et-Loire (1875) et en Côte-d'Or (1878)[6]. Thénard met au point un traitement par le sulfure de carbone. Cette méthode est saluée par l'Institut français de la vigne et du vin[7] comme ayant eu un résultat essentiel, malgré ses limites : « Historiquement la lutte contre le Phylloxera a débuté par l'injection au niveau des racines de substances chimiques non toxiques pour la vigne comme le sulfure de carbone. Longue, onéreuse et peu efficace sur les racines profondes, cette technique a néanmoins permis d'assurer la survie de certains vignobles en attendant l'arrivée de nouvelles méthodes de lutte ».

Paul Thénard démontre qu'il existe au moins trois phosphures d'hydrogène[8], le phosphure gazeux, le phosphure d'hydrogène solide et le phosphure d'hydrogène liquide.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Discours sur les rapports des propriétaires de biens ruraux à ferme et leurs fermiers, prononcé par M. le Baron Thenard au comice de Fontaine-Française, en 1861, Paris, impr. de Cosson, , 14 p. (lire en ligne).
  • Considérations sur la situation faite à l'agriculture en ces dernières années, Paris, impr. de Cosson, , 15 p.
  • Des Conditions de fécondité spontanée des terres, mémoire présenté à l'Académie des sciences, le 21 février 1859, Paris, imp. de Cosson, , 15 p.
  • Étude sur le bétail de l'exploitation de Talmay, Paris, Mallet-Bachelier, , 10 p.
  • Étude sur l'état matériel et moral des jeunes ouvrières employées à Lyon au dévidage de la soie, Paris, imp. de Chaix, , 8 p.
  • Note : Société de protection des apprentis et des enfants employés dans les manufactures ; Paris : impr. de A. Chaix, (1869)
  • Un grand Français : le chimiste Thenard, 1777-1856, par son fils, Paul Thénard, introduction et notes de Georges Bouchard, Dijon, impr. de Jobard, , 257 p.
  • « Mémoire sur les combinaisons du phosphore avec l'hydrogène », Annales de chimie et de physique, Paris, Bachelier, 3e série, t. XIV,‎ , p. 5-40 (lire en ligne)
  • Notice sur le vinage des vins en franchise des droits sur l'alcool qui lui est consacré, Paris, V. Masson et fils, , 32 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Grandjean, Les inventeurs célèbres de Bourgogne, Viévy, Editions de l'Escargot Savant, , 400 p., pp. 34-36.
  2. « Les membres du passé, dont le nom commence par t. », sur Institut de France, académie des sciences (consulté le ).
  3. Journal le Bien Public de Dijon, « LES MYSTÈRES DE LA RUE - DIJON, Paul Thénard, sauveur du phylloxéra », sur bienpublic.com, (consulté le ).
  4. « Le château », sur le site du château de Talmay (consulté le ).
  5. « Domaine Thénard », sur le site de l'union des producteurs des vins de Givry (consulté le ).
  6. Jean-François Bazin "Histoire du département de-la Côte-d'Or" ed. Jean-Paul Gisserot 2004, 125 p.
  7. « LE PHYLLOXERA DE LA VIGNE : lutte chimique », sur Institut Français de la vigne et du vin (consulté le ).
  8. « L'institut. Section 1: Sciences mathématiques, physiques et naturelles, Volume 13 », (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]