Paul Sormani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Sormani
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Paul Sormani (1817-1877) est un ébéniste parisien, d'origine lombardo-vénitienne[1].

Paul Sormani établit sa boutique en 1847 au 7, cimetière Saint Nicolas, puis en 1854 au 114, rue du Temple enfin en 1867 au 10, rue Charlot à Paris. L'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, fera le succès de la maison en décorant ses palais avec les créations de Paul Sormani.

Production[modifier | modifier le code]

Quand Paul Sormani décède, son fils Paul-Charles et sa mère Ursule Marie Philippine (née Bouvaist) reprirent l'activité sous la raison sociale « Sormani Veuve Paul et Fils », à partir de 1878. L'ébéniste et ornemaniste Édouard Lièvre collabora avec la maison Sormani pour la réalisation de quelques meubles, dont certains ont été réalisés après le décès de Paul Sormani[2].

En 1914, son fils Paul-Charles Sormani (1848-1934) s'associa avec Thiebault Frères pour créer une boutique au 134, boulevard Haussmann à Paris. La Maison Thiebault-Sormani, exposera en particulier du mobilier à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, à Paris, en 1925[3] : cette boutique qui produisait des pièces de grande qualité dans le style Louis XV et Louis XVI, perdura jusqu'en 1934, date de sa fermeture.

En plus des nombreuses copies de meubles du XVIIIe siècle français, et de la production de meubles directement inspirés des styles en vogue sous les règne de Louis XV et Louis XVI, Sormani fabriqua notamment des horloges de parquet, et de nombreux objets de tabletterie comme boîtes à bijoux, encriers en bronze, boîtes à usage d'écritoire ou cave à liqueurs etc. .Certains modèles d'écritoire étaient de parfaites répliques de celles que fabriquait Jean-Pierre Tahan (dimensions, formes, marqueterie…). De nombreux meubles réalisés par Paul Sormani, sont exposés dans le Palais national d'Ajuda, à Ajuda, paroisse civile de Lisbonne, Portugal[4],[5].

Distinctions obtenues[modifier | modifier le code]

La Maison Sormani participa aux grandes expositions internationales de 1855, 1862 et 1867 avec des « petits meubles fantaisie » et des reproductions d'excellentes qualité de quelques pièces du Garde Meuble National. Elle a gagné une médaille de bronze en 1849, à l'Exposition de la Seconde République, à Paris et a obtenu une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1855, à Paris, une médaille de bronze à Exposition universelle de 1862, à Londres.

À l'Exposition universelle de 1867, à Paris, son travail a été qualifié en ces termes « toute sa production révèle une qualité d'exécution de tout premier ordre », et y obtient une médaille d'argent[Note 1]. De plus Sormani obtient une médaille d'or, à l'Exposition universelle de 1878, à Paris, un diplôme d'honneur à l'Exposition coloniale de 1883, à Amsterdam, puis le Grand Prix à l'Exposition universelle de Paris de 1889[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Denise Ledoux-Lebard, Les Ébénistes du XIXe siècle, 1795-1889, Les éditions de l'Amateur, Paris, 1984 (p. 583), (ISBN 9782859170363)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Sormani, sur le site argusantiquites.canalblog.com, consulté le 24 août 2014
  2. Edouard Lièvre et Paul Sormani, sur le site japonisme.marcmaison.com, consulté le 24 août 2014
  3. L'Illustration, « Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris 1925 - Ensembles mobiliers », sur www.worldfairs.info, (consulté le 29 octobre 2015).
  4. (pt) Palácio Nacional da Ajuda, « Secretária guarda-jóias (secrétaire coffret à bijoux) », sur www.palacioajuda.pt (consulté le 27 octobre 2015).
  5. (pt)[PDF] Maria do Carmelo Rebello de Andrade - Palácio Nacional da Ajuda, « Paul Sormani e o estilo Luís XV. Os móveis preferidos da rinha D.Maria Pia (Paul Sormani et le style Louis XV) », sur www.palacioajuda.pt (consulté le 27 octobre 2015).
  6. Maison Paul Sormani, « lettre dans le dossier de légion d'honneur de Paul-Charles Sormani », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 29 octobre 2015).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :