Paul Reclus (chirurgien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec son neveu, Paul Reclus, né en 1858.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnalités portant le même patronyme, voir Reclus.
Paul Reclus
Paul Reclus.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Buste de Paul Reclus par Gérôme.
Musée Georges-Garret, Vesoul

Paul Reclus est un chirurgien français, né à Orthez (Basses-Pyrénées) le 7 mars 1847[1] et mort le 29 juillet 1914.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Reclus est le fils de Jacques Reclus et frère d'Élie, Élisée, Onésime et Armand Reclus.

Paul Reclus participe à la guerre de 1870 comme chirurgien de campagne, puis à la Commune de Paris, comme chirurgien du bataillon dans lequel combat son frère Élisée, à la capture duquel il assiste au cours de la bataille de Châtillon.

Paul Reclus est surtout connu pour avoir vulgarisé l'usage de la cocaïne comme anesthésique local et inauguré, en 1904, l'emploi de son premier substitut de synthèse, la stovaïne, mis au point par Ernest Fourneau[2]. Il a aussi décrit la mastopathie kystique diffuse appelée également maladie de Reclus.

Maire du village d'Orion dans les Basses-Pyrénées, il représente le canton de Salies-de-Béarn au conseil général de ce département de 1897 à sa mort en 1914.

Il est le cousin germain de Pauline Kergomard née Reclus, fondatrice des écoles maternelles en France.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Notice sur Paul Broca, Baillère, 1880.
  • De la syphilis du testicule, Paris, Masson, 1882.
  • Clinique et critique chirurgicales, Paris, Masson, 1884.
  • Cliniques chirurgicales de l'Hôtel-Dieu, Masson, 1888.
  • Traité de chirurgie (dir., av. Simon Duplay), Masson, 1890.
  • Traité de thérapeutique chirurgicale (av. Émile Forgue[3]), Masson, 1892.
  • Inflammations, traumatismes, maladies virulentes, Masson, 1894.
  • Cliniques chirurgicales de la Pitié, Masson, 1894.
  • La Cocaïne en chirurgie, Paris, Masson, 1895.
  • Manuel de pathologie externe, T. I : « Maladies communes à tous les tissus – Maladies des tissus », Masson, 1902.
  • L'Anesthésie localisée par la cocaïne, Masson 1903.
  • Nouvelle pratique médicochirurgicale illustrée (dir., av. Édouard Brissaud et Adolphe Pinard), Paris, Masson, 1911-1912.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Brun, Federico Ferretti, « Élisée Reclus, une chronologie familiale 1796-2014 » [PDF]
  2. P. Reclus, « L'Analgésie locale par la stovaïne », Bull. Acad. méd., 5 août 1904.
  3. Émile Forgue (1860-1943), chirurgien, professeur de clinique chirurgicale à l'université de Montpellier, membre correspondant de l'Académie de médecine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Fauconnier, Le génie des frères Reclus, conférence à la Médiathèque André Labarrère, Pau, 16 février 2012, voir en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]