Paul Poncet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poncet.
Paul Poncet
Paul Poncet en 1933
Paul Poncet en 1933
Fonctions
Député 1914-1919
puis 1924-1936
Gouvernement IIIe république
Groupe politique SFIO (1914-1928)
Indépendants (1928-1932)
IDG (1932-1936)
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Seine

Paul Jean Baptiste Poncet, né le à Lons-le-Saunier et mort le à Paris, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Artiste peintre et dessinateur de presse durant sa jeunesse[1], il rejoint la Section française de l'Internationale ouvrière et devient membre de la Commission administrative permanente du parti en 1914. En 1912, il s'oppose à la double appartenance du militant socialiste au parti et à la franc-maçonnerie[2]. Il est élu député de la Seine en 1914, battant à cette occasion l'ancien préfet Louis Lépine. Proche de Pierre Laval, implanté à Montreuil dont il est maire entre 1919 et 1926, il quitte la SFIO dans les années 1920, se classant alors parmi les socialistes indépendants du Parti républicain-socialiste. Il redevient député en 1924, étant élu de la Seine, sur la liste du Cartel des gauches, menée par Pierre Laval ( en compagnie de  Lucien VoilinJean MartinCharles Auray), avec une moyenne de 27,7 % des suffrages, contre 5 élus à la liste d'union républicaine (droite) qui obtient 29,8 % des suffrages et 31,4 % à la liste communiste qui remporte 9 sièges (dont Paul Vaillant-Couturier et Jacques Doriot)[3], ce jusqu'en 1936 où il est sèchement battu par le communiste Jacques Duclos. Il abandonne alors la politique et retourne à la peinture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il livra des compositions, entre autres, à L'Assiette au beurre (1902-1909) et au Radical (1905-1908).
  2. Fred Zeller, Trois points, c'est tout, Éditions Robert Laffont, 1976, p. 286-287
  3. Le Petit Parisien 13 mai 1924.

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :