Paul Otchakovsky-Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurens.
Paul Otchakovsky-Laurens
Paul Otchakovsky-Laurens 20100329 Salon du livre de Paris 1.jpg

Paul Otchakovsky-Laurens en 2010.

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Conjoint
Enfant
François Otchakovsky-Laurens (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

Paul Otchakovsky-Laurens, né Otchakovsky[1] à Valréas (Vaucluse, France) le [2] et mort le à Marie-Galante (Guadeloupe)[3], est un éditeur français, fondateur des éditions P.O.L.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Paul Otchakovsky-Laurens est le fils du peintre Zelman Otchakovsky, mieux connu sous le nom de Zelman qui fit partie du groupe Témoignage, et d'Odette Labaume, professeure de lettres classiques[4].

Son père, issu d'une famille juive originaire de Bessarabie dans l'actuelle Moldavie, meurt de tuberculose lorsque Paul a l'âge de trois mois[2]. Sa mère trouve alors refuge avec ses deux garçons, Henry et Paul, chez une cousine, Berthe Laurens, à Sablé-sur-Sarthe (France). Deux ans plus tard, atteinte de tuberculose elle aussi, elle intègre un sanatorium. Henry, son fils aîné, sera placé dans un orphelinat[1], tandis que le jeune Paul est adopté par Berthe Laurens, dont le nom sera ajouté à son patronyme initial[2].

Paul Otchakovsky-Laurens a un fils, François, enseignant et chercheur en histoire[5], et une fille, Marie[6], enseignante[réf. souhaitée]. D'abord marié à Monique Otchakovsky-Laurens, il se remarie en 2014 avec Emmelene Landon[6], peintre et romancière .

Parcours[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, ses années lycée, il se destine au cinéma, anime des ciné-clubs, participe à la revue Jeune Cinéma et à la Fédération Jean-Vigo des ciné-clubs, ainsi qu’à Téléciné. Il pense même à préparer l’Idhec, mais en est dissuadé par sa tante et s’oriente alors vers le droit[4].

Au cours de ces études, il se découvre une passion pour la littérature et se dirige vers le domaine de l'édition, milieu dans lequel il débute en tant que stagiaire chez Christian Bourgois, puis lecteur chez Flammarion[3].

Au début des années 1970, Paul Otchakovsky-Laurens crée, après l'avoir proposée à Henri Flammarion[2], la collection « Textes » aux éditions Flammarion, puis en 1977 la collection « POL » (ses initiales) chez Hachette. Il y publie notamment La Vie mode d'emploi de Georges Perec en 1978.

Fondation des éditions P.O.L[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éditions P.O.L.

1983 : Matra, actionnaire d’Hachette, aspire à plus de rentabilité et Paul Otchakovsky-Laurens décide de fonder sa propre maison d'édition : P.O.L, avec l'appui du groupe Flammarion qui détient 66 % du capital. Après le retrait des Flammarion, Gallimard entre à hauteur de 25 %, distribue et diffuse la production de P.O.L tandis que Jean-Jacques Augier en devient l'actionnaire majoritaire. En 2003, Antoine Gallimard acquiert les parts de Jean-Jacques Augier et détient désormais 88 % du capital, Paul Otchakovsky-Laurens en détenant 11 %[3].

Paul Otchakovsky-Laurens fait émerger ou découvrir de nombreux auteurs. Il collabore avec Marguerite Duras : La Douleur (1985) sera son premier grand succès d'édition. Il soutient aussi Emmanuel Carrère, Marie Darrieussecq, Camille Laurens, Olivier Cadiot, Leslie Kaplan, Renaud Camus dont il se sépare en 2012, Valère Novarina, René Belletto, Martin Winckler, Mathieu Lindon, Guillaume Dustan et bien d'autres encore.

Il décède le à Marie-Galante (Guadeloupe) dans un accident de voiture[3]. Dans un communiqué de l'Elysée, le président de la République a rendu hommage au disparu.

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 2009, il réalise un premier documentaire autobiographique intitulé Sablé-sur-Sarthe, Sarthe puis, en 2017, un second : Éditeur, dans lequel il fait « le récit de sa vocation, tout en tentant des expérimentations cinématographiques[7] » (Murielle Joudet, Le Monde).

Paul Otchakovsky-Laurens a présidé l'avance sur recette au CNC de 2011 à 2014 et a également été président du conseil d'administration du Festival international du documentaire de Marseille (FID) [8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ma vie, mode d'emploi, Jérôme Garcin, L'Obs, 19 juin 2009.
  2. a, b, c et d Odile Benyahia-Kouider, « Éditeur, en trois lettres », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c et d « L’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens est mort », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. a et b P.O.L, l’éternité en trois lettres, Alain Nicolas, L'Humanité, 5 janvier 2018.
  5. Fiche sur le site du collège doctoral de l'université Aix-Marseille.
  6. a et b « Paul Otchakovsky-Laurens », sur whoswho.fr.
  7. Murielle Joudet, « « Éditeur » : dans le dédale de Paul Otchakovsky-Laurens », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Le pôle cinéma de P.O.L, Marcos Uzal, Libération, 4 janvier 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]