Paul Nogier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Nogier, né en 1908 à Lyon et mort en 1996 dans la même ville, est un médecin français. Il a notamment permis le développement de l'auriculothérapie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Nogier est né à Lyon en 1908. Il est le fils de Thomas Nogier, professeur de physique médicale à la faculté de médecine de Lyon qui lui donne ce goût des sciences et de la découverte. Il étudie alors la physique pendant trois ans avant de s'intéresser à la médecine, l'homéopathie, l'acupuncture et les manipulations vertébrales.

Après la visite de quelques patients qui étaient passés chez un guérisseur, Paul Nogier, curieux, s'intéresse à la méthode de celui-ci. C'est ainsi, qu'en 1951 il découvre l'auriculothérapie[1].

C'est une réflexothérapie tégumentaire qui utilise le pavillon de l'oreille comme zone réflexe. Quelques points étaient partiellement connus depuis la nuit des temps, mais la découverte réelle revient bien au Docteur Paul Nogier qui émet la première hypothèse et dessine la première véritable carte de localisation des points réflexes publiée en 1956.

Pendant quinze ans, le docteur Nogier poursuit ses recherches, multiplie les expérimentations, développe les mesures, remet lui-même en question ses découvertes. En 1966, il met alors en évidence le RAC, Réflexe Auriculo Cardiaque, renommé ensuite VAS par le Professeur Pierre Magnin pour Vascular Autonomic Signal , parfois aussi nommé "pouls de Nogier".

C'est la naissance de l'Auriculomédecine[2].

Tout au long de sa vie, Paul Nogier s’intéresse à la recherche médicale en restant simplement présent auprès de ses patients. Il crée en 1965 le Groupe Lyonnais d'Études Médicales (GLEM)[3], toujours actif grâce à ses élèves. Les résultats de ses travaux sont aujourd'hui enseignés et utilisés en Europe, aux États-Unis et même en Chine où est née l’acupuncture. Plus que connus, ils sont même reconnus[4] par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.).

En mai 1996, à peine 5 mois après la création de l'École Internationale Paul Nogier, il décède à Lyon.

Notes et références[modifier | modifier le code]