Paul Monette (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monette et Paul Monette.

Paul Monette (Lawrence (Massachusetts), - Los Angeles (Californie), ) est un romancier, poète, scénariste et militant homosexuel américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme Paul Monette l'explique dans son autobiographie Becoming a Man, son grand-père paternel avait décidé de changer l'orthographe de son nom français Monet en Monette afin de lever l'ambiguïté sur sa prononciation.

Monette a étudié à l'université Yale, où il suit les cours de Harold Bloom et qu'il quitte en 1967. Après avoir enseigné pendant plusieurs années à Boston, il s'est installé à West Hollywood, un quartier de Los Angeles à forte population homosexuelle, et s'est consacré à l'écriture.

Né en 1945, et donc âgé d'un peu plus de 35 ans au début des années 1980, Monette est peut-être la personnalité la plus représentative, voire emblématique, de cette génération d'homosexuels qui a vécu l'émergence du virus du SIDA et qui, la première, a décidé de sortir du placard. Ce double événement a en quelque sorte été constitutive de son destin. Après avoir perdu son compagnon, Roger Horwitz, victime du SIDA, et lui-même atteint par la maladie, Monette consacre ses dernières années au militantisme gay, notamment par l'écriture de ses livres autobiographiques.

Ces textes développent le concept de « placard » (closet : situation d'une personne dissimulant son homosexualité) et célèbrent la libération que constitue la « sortie du placard ». Paul Monette peut être considéré à la fois comme une figure majeure et un exemple représentatif du communautarisme. Les homosexuels constituent dans ses termes une « tribu » de « frères » et de « sœurs » partageant une identité et une expérience communes qui les placent à part de la société hétérosexuelle avec laquelle ils doivent entrer en lutte pour conquérir leur liberté et affirmer leur identité.

Il a également signé des scénarios pour la télévision américaine et de plusieus novélisations.

En 1996, le réalisateur Monte Bramer lui consacre un film documentaire intitulé Paul Monette: The Brink of Summer's End.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Borrowed Time: An AIDS Memoir (ISBN 0-15-113598-3) (1988)
    Publié en français sous le titre Le Temps dérobé : chronique du SIDA, traduit par Manuela Dumay, Paris, Presses de la Renaissance, 1988 (ISBN 2-85616-509-5)

Poésie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Novélisations[modifier | modifier le code]

  • Scarface, d'après le film d'Oliver Stone, Paris, J'ai lu no 1615, 1984
  • Predator, d'après le film de John McTiernan, Paris, Presses de la Cité, 1987
  • Midnight Run, d'après le film de Martin Brest, Paris, Presses pocket no 3161, 1988
  • Havana, d'après le film de Sydney Pollack et le scénario de Judith Rascoe et David Rayfiel, Paris, Presses de la Renaissance, 1991 ; réédition, Paris, Presse pocket no 3901, 1991

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]