Paul Monette (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monette et Paul Monette.
Paul Monette
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Paul Monette (Lawrence (Massachusetts), - Los Angeles (Californie), ) est un romancier, poète, scénariste et militant homosexuel américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme Paul Monette l'explique dans son autobiographie Becoming a Man, son grand-père paternel avait décidé de changer l'orthographe de son nom français Monet en Monette afin de lever l'ambiguïté sur sa prononciation.

Monette a étudié à l'université Yale, où il suit les cours de Harold Bloom et qu'il quitte en 1967. Après avoir enseigné pendant plusieurs années à Boston, il s'est installé à West Hollywood, un quartier de Los Angeles à forte population homosexuelle, et s'est consacré à l'écriture.

Né en 1945, et donc âgé d'un peu plus de 35 ans au début des années 1980, Monette est peut-être la personnalité la plus représentative, voire emblématique, de cette génération d'homosexuels qui a vécu l'émergence du virus du SIDA et qui, la première, a décidé de sortir du placard. Ce double événement a en quelque sorte été constitutive de son destin. Après avoir perdu son compagnon, Roger Horwitz, victime du SIDA, et lui-même atteint par la maladie, Monette consacre ses dernières années au militantisme gay, notamment par l'écriture de ses livres autobiographiques.

Ces textes développent le concept de « placard » (closet : situation d'une personne dissimulant son homosexualité) et célèbrent la libération que constitue la « sortie du placard ». Paul Monette peut être considéré à la fois comme une figure majeure et un exemple représentatif du communautarisme. Les homosexuels constituent dans ses termes une « tribu » de « frères » et de « sœurs » partageant une identité et une expérience communes qui les placent à part de la société hétérosexuelle avec laquelle ils doivent entrer en lutte pour conquérir leur liberté et affirmer leur identité.

Il a également signé des scénarios pour la télévision américaine et de plusieus novélisations.

En 1996, le réalisateur Monte Bramer lui consacre un film documentaire intitulé Paul Monette: The Brink of Summer's End.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Borrowed Time: An AIDS Memoir (ISBN 0-15-113598-3) (1988)
    Publié en français sous le titre Le Temps dérobé : chronique du SIDA, traduit par Manuela Dumay, Paris, Presses de la Renaissance, 1988 (ISBN 2-85616-509-5)

Poésie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Novélisations[modifier | modifier le code]

  • Scarface, d'après le film d'Oliver Stone, Paris, J'ai lu no 1615, 1984
  • Predator, d'après le film de John McTiernan, Paris, Presses de la Cité, 1987
  • Midnight Run, d'après le film de Martin Brest, Paris, Presses pocket no 3161, 1988
  • Havana, d'après le film de Sydney Pollack et le scénario de Judith Rascoe et David Rayfiel, Paris, Presses de la Renaissance, 1991 ; réédition, Paris, Presse pocket no 3901, 1991

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]