Paul LaRocque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Paul LaRocque (évêque))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Larocque.
Paul LaRocque
Biographie
Naissance
Marieville
Décès (à 79 ans)
Sherbrooke
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Sherbrooke

Biographie[modifier | modifier le code]

Mgr Paul LaRocque (Sainte-Marie-de-Monnoir, - Sherbrooke, ) est un ecclésiastique canadien, 2e évêque du diocèse de Sherbrooke.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est consacré évêque le 30 novembre 1893 dans l'ancienne cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke par Mgr Fabre, archevêque de Montréal.

C'est lui qui a fait bâtir le sous-sol de l'actuelle Basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, ainsi que l'évêché de Sherbrooke, qui deviendra plus tard un archevêché[1].

Il donna la reconnaissance canonique à deux communautés de fondation diocésaine: les petites sœurs de la Sainte Famille, qu'il accueille en 1895, et les Missionnaires de Notre-Dame des Anges[2]. Toutes deux installent à Sherbrooke leur maison-mère. Mgr LaRocque accueille également trois communautés contemplatives qui fondent une maison dans le diocèse de Sherbrooke, soit les Sœurs Adoratrices du Précieux Sang, les Servantes du Très-Saint-Sacrement, dont la maison générale est à Sherbrooke depuis 2008[3], et les bénédictins qui fondent le monastère de Saint-Benoît-du-Lac[4]. Plusieurs autres communautés s'installeront aussi dans le diocèse sous son épiscopat.

Ayant une santé fragile, Mgr LaRocque demande un évêque auxiliaire ce que le pape Benoît XV lui accorde. C'est son vicaire général, Mgr Hubert-Olivier Chalifoux, qui est choisi[5].

Il décède suite à ses problèmes de santé le 15 août 1926, jour de la solennité de l'Assomption de Marie. On raconte qu'il était particulièrement joyeux ce jour-là[6].

Son corps est inhumé dans la crypte de la Basilique-Cathédrale Saint-Michel avec les autres évêques de Sherbrooke et sa sœur, Delphine LaRocque.

Le portrait de monseigneur LaRocque figure dans un vitrail du transept nord de la cathédrale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Baril et al., Une Église entre lacs et montagnes, Archidiocèse de Sherbrooke 1874-2010, Corporation archiépiscopale catholique romaine de Sherbrooke, 2010, 429 p., p. 156.
  2. Gilles Baril et al., Une Église entre lacs et montagnes, Archidiocèse de Sherbrooke 1874-2010, Sherbrooke, Corporation archiépiscopale catholique romaine de Sherbrooke, , 429 p., p. 38-39
  3. Gilles Baril et al., Une Église entre lacs et montagnes, Archidiocèse de Sherbrooke 1874-2010, Sherbrooke, Corporation archiépiscopale catholique romaine de Sherbrooke, , 429 p., p. 41
  4. Gilles Baril et al., Une Église entre lacs et montagnes, Archidiocèse de Sherbrooke 1874-2010, Sherbrooke, Corporation archiépiscopale catholique romaine de Sherbrooke, , 429 p., p. 41-44
  5. Gilles Baril et al., Une Église entre lacs et montagnes, Archidiocèse de Sherbrooke 1874-2010, Sherbrooke, Corporation archiépiscopale catholique romaine de Sherbrooke, , 429 p., p. 35
  6. Gilles Baril et al., Une Église entre lacs et montagnes, Archidiocèse de Sherbrooke 1874-2010, Corporation archiépiscopale catholique romaine de Sherbrooke, 2010, 429 p., p. 52.