Paul Julius Möbius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Julius Möbius
Image dans Infobox.
Paul Julius Möbius.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
LeipzigVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Paul Möbius (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Paul Julius Möbius (ou Moebius) né le à Leipzig et mort le dans la même ville, est un médecin neurologue allemand[1].

Il a laissé son nom à une anomalie congénitale rare en 1884 : le syndrome de Möbius.

Il est le petit fils de l'astronome et mathématicien August Möbius.

Travail sur la maladie mentale[modifier | modifier le code]

Il est aussi connu pour s'être intéressé à l'hystérie avec cette définition de 1888 qui, dans son contenu, précédait les théories de Sigmund Freud, Josef Breuer et Pierre Janet : « Sont hystériques toutes les manifestations pathologiques causées par des représentations. » Puis « Une partie seulement des phénomènes pathologiques correspond par son contenu aux idées motivantes, c.à.d. à celles provoquées par des suggestions étrangères et des autosuggestions, dans le cas par exemple, où l'idée de ne pouvoir mouvoir le bras entraîne une paralysie de celui-ci. D'autres phénomènes hystériques, tout en émanant bien de représentations, ne leur correspondent pas au point de vue du contenu[2]. ».

Son ouvrage sur les femmes[modifier | modifier le code]

Moebius a acquis une renommée plus douteuse en publiant en 1900 un ouvrage intitulé De la Débilité mentale physiologique chez la femme (Ueber den physiologischen Schwachsinn des Weibes), considéré aujourd'hui comme typique de la misogynie scientifique de l'époque[3],[4],[5]. Reprenant des analyses craniologiques du XIXe siècle[6] qui associaient sexisme et anthropologie raciale, il écrit notamment : « On peut définir la femme en la situant à mi-chemin entre la sottise et le comportement normal. Il convient d’abandonner l’idée abstraite de « genre humain » pour parler désormais de « genres humains ». Comparé à celui de l’homme, le comportement de la femme paraît pathologique, comme celui des nègres comparé à celui des Européens. »[7].

Analyse[modifier | modifier le code]

Le livre est composé dans le contexte d'un débat en Allemagne sur la possibilité offerte aux femmes de faire des études de médecine[7]. Möbius prétend démontrer scientifiquement l’infériorité intellectuelle de la femme par rapport à l'homme en se fondant sur le petit volume de leur cerveau[7]. La femme serait selon lui «un être hybride entre l’homme et l’enfant» ; elle est menteuse, rusée, influençable, incapable d'une réflexion abstraite ou morale. La Nature l'a faite ainsi : la femme est requise pendant de longues années par les soins qu'elle doit donner aux enfants, de sorte que le processus de différenciation des sexes est plus marqué dans l'espèce humaine que dans d'autres espèces animales[7]. Selon Moebius,« la Nature a doté la femme de tous les attributs utiles à sa destinée et lui a refusé les facultés spirituelles et intellectuelles de l’homme» ; pour cet auteur, «la procréation et le soin apporté aux enfants» constituent le but ultime de l'existence féminine[7].

Accueil[modifier | modifier le code]

L'ouvrage, très bien accueilli, a connu 8 éditions entre 1900 et 1906. Cependant, il a suscité également des critiques, comme celles de Hedwig Dohm (1831-1919) dans Les Anti-féministes (1902). Oda Olberg a répondu à Moebius dans Les femmes et l'intellectualisme en 1903, de même que Johanna Elberskirchen dans Féminisme et science en 1902. Ainsi Elberskirchen écrit : "La vérité est que lorsque les savants émettent des opinions concernant les femmes, ils sont trop hommes (Mann) et trop peu ou pas du tout humains (Mensch)." (Elberskirchen 1902 p. 4). Dans les rééditions du livre, Moebius publie des lettres qui lui avaient été adressées pour et contre le livre.

Liste partielle de ses publications[modifier | modifier le code]

  • Grundriss des deutschen Militärsanitätswesens . Leipzig, 1878 - Aperçu du service médical militaire allemand.
  • Über hereditäre Nervenkrankheiten . dans Sammlung klinischer Vorträge de Richard von Volkmann . Leipzig, 1879 - Sur les maladies nerveuses héréditaires.
  • Das Nervensystem des Menschen . Leipzig, 1880 - Le système nerveux des humains.
  • Die Nervosität . Leipzig, 1882; troisième édition, 1906 - Les maladies nerveuses.
  • Über angeborene Facialis-Abducenslähmung . Münchener mediznische Wochenschrift, 1888 - Sur la paralysie faciale congénitale du nerf abducens.
  • Die Basedowsche Krankheit . Dans Handbuch der speciellen Pathologie und Therapie de Hermann Nothnagel . Volume 12; Vienne - 1894; deuxième édition, 1903 - Sur la maladie de Graves.
  • Über den physiologischen Schwachsinn des Weibes . Slg. Abh. Nervenkrkh. Volume 3, H. 3. Halle, 1900; neuvième édition, 1908 - De la débilité mentale physiologique des femmes, traduction en français aux éd. Solin (1980).
  • Beiträge zur Lehre von den Geschlechtsunterschieden . Halle, 1903–1904 - Contributions à la théorie des différences entre les sexes .
  • Im Grenzlande . Aufsätze über Sachen des Glaubens . Leipzig, 1905 - Essais sur des questions de foi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Paul Julius Möbius (1853-1907), un auteur et un éditeur basé à Leipzig, a longtemps été considéré comme un neurologue allemand de premier plan», «Paul Julius Möbius (1853-1907), a Leipzig-based author and editor on a vast majority of subjects, has often been acknowledged as a leading 19th-century German neurologist», C. Schobeß et H. Steinberg, « [Knowledge of German neurologists on migraine around 1890. Paul Julius Möbius and his 1894 monograph Die Migräne] », Der Nervenarzt, vol. 84, no 8,‎ , p. 995–1001 (ISSN 1433-0407, PMID 23836302, DOI 10.1007/s00115-013-3826-4, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2020)
  2. (de) Über den Begriff der Hysterie, 1894 cité par Freud et Breuer dans les études sur l'hystérie
  3. (en) Dolores Sanchez, « Translating Science: Contexts and Contests On the Translation of a Misogynist Scientific Treatise in Early Twentieth-Century Spain », Translator,‎ (lire en ligne)
  4. «L'ouvrage du physiologiste P. J. Moebius De la Débilité mentale physiologique chez la femme est une bonne illustration du climat misogyne de l'époque», Françoise Vouillot, Les métiers ont-ils un sexe ?: Pour sortir des sentiers battus de l’orientation des filles et des garçons, Humensis, (ISBN 978-2-410-00790-9, lire en ligne)
  5. «P. J. Möbius, a flagrant misogynist in his own right», (en) Laura Engelstein, The Keys to Happiness: Sex and the Search for Modernity in fin-de-Siecle Russia, Cornell University Press, (ISBN 978-1-5017-2129-8, lire en ligne), p. 310
  6. «P.J. Moebius utilise la phrénologie de Franz Joseph Gall (1758-1828) pour justifier l’infériorité intellectuelle», Olivier Hanse (Maître de conférences), Rythme et civilisation dans la pensée allemande autour de 1900, Univ. Rennes, 2007, p.171, lire en ligne
  7. a b c d et e Nadine Boucherin, « Les usages politiques de la médecine », sur unil.ch, , p.20

Liens externes[modifier | modifier le code]