Paul Ibos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune française, voir Ibos.
Paul Ibos
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
VersaillesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Paul Lucien IbosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Autres informations
Distinctions

Paul Ibos, né le à Saigon et mort le à Versailles[1], est un résistant français, compagnon de la Libération[2]. Après la guerre, il est dirigeant d'entreprise, et notamment sous-directeur d'UTA[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du général et écrivain Pierre Ibos.

Études[modifier | modifier le code]

Il retourne dans la métropole pour faire ses études. Il entre successivement aux lycées Louis-le-Grand et Lakanal puis au Lycée Michel-Montaigne de Bordeaux où il prépare l'École de l'air. Il obtient ensuite son baccalauréat.

Engagement et Résistance[modifier | modifier le code]

Le , il s'engage dans l'armée de l'air. Il est admis aux cours d'élève officier de réserve (EOR) à Châteauroux, et est nommé aspirant en . Il est breveté observateur en aviation puis, en , affecté au Centre d'instruction de bombardement de Toulouse.

En juin, il se replie avec son unité à Port-Vendres. Le 17 juin, révolté par le discours radiodiffusé du maréchal Pétain[3], il cherche à se rendre en Angleterre avec ses camarades Henri Labit et Antoine Forat. Ils obtiennent de faux papiers polonais puis un visa pour l'Espagne, et s'embarquent au Portugal en août.

À Londres, il s'engage comme sous-lieutenant dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL). Il rejoint alors l'école de pilotage d'Odiham.

En , il est affecté au Groupe de bombardement n°2 de Georges Goumin à Takoradi; chargé de missions de reconnaissance, il participe à la première campagne de Libye. Il rejoint ensuite, à sa création en et comme officier observateur, le groupe de bombardement Lorraine, avec lequel il fait la seconde campagne de Libye.

En , il est cité une première fois à l'ordre de l'armée, après des résultats satisfaisants lors d'une mission de bombardement.

Il est promu lieutenant en . Il est détaché au Coastal Command à Saint-Jean-d'Acre auprès du squadron 203. En octobre, il obtient son brevet de pilote militaire à l'école de pilotage de Damas.

Retourné en Angleterre en , il réintègre le « Lorraine » auprès du squadron 342 en septembre. Dès lors, il est navigateur leader d'esquadrille sur le front de l'Ouest. Blessé, il reçoit également une nouvelle citation à l'ordre de l'armée.

Il est promu capitaine en . Après avoir accompli 145 heures de vol et 74 missions de guerre, il est, le , affecté au 2e bureau de l'État-Major des FAFL à Londres.

Par décret du , il est fait compagnon de la Libération.

En , il devient officier de renseignement au groupe de transport 1/15 Touraine, avant d'être démobilisé sur son instance en .

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Rendu à la vie civile, il intègre l'Union aéromaritime de transport (UAT), qui devient ensuite l'Union de transports aériens (UTA). Il en est le sous-directeur.

Il est nommé respectivement commandant de réserve puis honoraire en 1958 puis 1978.

Le dernier survivant du groupe Lorraine[4] et l'un des 17 derniers compagnons de la Libération, il meurt le à Versailles à l'âge de 95 ans. Le secrétaire d'État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire Jean-Marc Todeschini rend hommage à un « soldat de la liberté »[5] et le président François Hollande à un « héros de la Seconde Guerre mondiale »[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décoration Ruban Observations
Commandeur de la Légion d'Honneur
Legion Honneur Officier ribbon.svg
Compagnon de la Libération
Ordre de la Liberation 2nd ribbon.svg
décret du 20 novembre 1944
Croix de guerre 1939-1945
Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg
trois citations
Médaille coloniale
Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg
avec agrafes « Libye »

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]