Paul III de Constantinople

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Paul III.

Paul III (en grec : Παύλος Γ΄) est patriarche de Constantinople de 688 à 694. L'Église orthodoxe en a fait un saint.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul était un laïc formé dans une école supérieure[1]. Sous Justinien II et avant d'accéder au trône patriarcal, Il avait été nommé asekretis (en)[2],[3] ou protasekretis[4].

Paul III débuta son patriarcat en [5]. Il organisa le concile Quinisexte[6] en 691-692, le présida[7] en l'absence de Justinien II[8] et souscrivit à ses canons[9], le tout en collaboration avec l'empereur[10].

Il fut patriarche jusqu'au [5].

Ce patriarche est pour l'Église orthodoxe un saint, qui est fêté le 2 septembre[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bréhier 1970, p. 385.
  2. Bréhier 1970, p. 560.
  3. Thomas 1987, p. 117.
  4. Dagron 1993, p. 170.
  5. a et b Grumel 1958, p. 435.
  6. Taddei 2013, p. 54.
  7. Herrin 1989, p. 284.
  8. Antic 2011, p. 338.
  9. Salaville 1944, p. 278.
  10. Kazhdan 1991, vol. 2, « Justinian II », p. 1084.
  11. Gideon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Radiša Antic, « The controversy over fasting on Saturday between Constantinople and Rome », Andrews University Seminary Studies, vol. 49, no 2,‎ , p. 337-352.
  • Louis Bréhier, Le monde byzantin, vol. 2 : Les institutions de l'Empire byzantin, Paris, Albin Michel,‎ (1re éd. 1949) (ISBN 9782226223005).
  • Gilbert Dagron, « L'Église et l'État (milieu IXe -fin Xe siècle) », dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, vol. 4 : Évêques, moines et empereurs (610-1054), Paris, Desclée,‎ (ISBN 9782718906140), p. 167-240.
  • Venance Grumel, Traité d'études byzantines, vol. I : La chronologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque byzantine »,‎ .
  • (en) Judith Herrin, The Formation of Christendom, Princeton, Princeton University Press,‎ (1re éd. 1987) (ISBN 0-691-00831-0).
  • (en) Alexander P. Kazhdan (dir.), The Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford, Oxford University Press,‎ (ISBN 0-19-504652-8).
  • Sévérien Salaville, « L. Bréhier, L'enseignement classique et l'enseignement religieux à Byzance », Études byzantines, vol. 2,‎ , p. 277-278 (lire en ligne).
  • (en) Alessandro Taddei, « Some topographical remarks on Pope Constantine's journey to Constantinople (AD 710-711) », Eurasian Studies, vol. 11,‎ , p. 53-78.
  • (en) John Philip Thomas, Private Religious Foundations in the Byzantine Empire, Washington, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, coll. « Dumbarton Oaks Series » (no 24),‎ (ISBN 0-88402-164-5).

Lien web[modifier | modifier le code]