Paul Guimezanès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Guimezanès
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Nationalité

Paul Guimezanes est un graveur et illustrateur français, né le à Brest (Finistère), et mort le à Villejuif (Val-de-Marne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Guimezanes est issu d'une famille d'origine catalane, son père est un médecin de la Marine ; il est un petit-fils d' Eugène Barret, médecin général de la Marine. Il fait des études à l'Académie Julian à Paris. Il est inscrit à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1939, à l'atelier de René Jaudon.

Il est mobilisé le 25 novembre 1939 et fait prisonnier le 25 juillet 1940 au stalag de Luckenwalde en Allemagne. Il y crée l'académie du camp où étaient présents des artistes, architectes, peintres, graveurs, décorateurs, anciens élèves comme lui des Beaux-Arts dont les plus célèbres sont Bourgain, Bouxin, Craquelin, Diot, Grandpaul, Lucien Guezennec (1914-1980)[1], Hanoun et Melliès.

En 1942, il est démobilisé et retourne aux Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Nicolas Untersteller (1900-1967), qui prendra en 1948 la direction de l'établissement. Il apprend la gravure avec Pénat et Robert Cami. En 1946, il obtient le premier prix de Rome de gravure en taille-douce. En 1949, il part faire à bicyclette un pèlerinage à Rome, et à cette occasion il décide de témoigner de sa foi en illustrant la Bible. En 1952, il est lauréat de la 22e promotion artistique de la Casa de Velázquez à Madrid[2].

À son retour d'Espagne en 1952, il obtient un poste de professeur de dessin au Lycée français de Londres où il reste jusqu'en 1956. De retour en France, il est nommé professeur de dessin et de gravure à l'école régionale des beaux-arts de Tours où il a entre autres comme élèves Pierre-Marie Clavier, Annick Assémian, Myriam David, Patrice Jacopit. De 1974 à 1984, il occupera les mêmes fonctions à l'école des beaux-arts de Nantes où il enseigne son art à Yves Calméjane, Jean-Paul Barré, Chantal Delanoë. En 1985, il rejoint la région parisienne où il a un atelier à Montrouge (Hauts-de-Seine).

Il meurt le 4 février 2001 à l'hôpital de Villejuif. Sur sa pierre tombale, au cimetière de Montrouge, est gravée sa signature emblématique.

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

  • Jean Anouilh, Nouvelles Pièces Noires, frontiscipe orné d'un portrait de Jean Anouilh d'après un burin, Éditions La Table Ronde, 1946, 403 p.
  • Théophile Gautier, Cinq Contes, bois originaux de René Quillivic, Martin, Fontainas, Pierre, Paul Guimezanes, 1946.
  • Paris Rome : croquis d'un pèlerin, recueil de croquis à la plume, huit planches hors-texte, édition numérotée, tirage à 500 exemplaires, Éd. de L'Arche de Noë, 1950.
  • Guy de Lioncourt, Un témoignage sur la musique et la vie au XXe siècle, page de couverture, Éd. de l'Arche de Noé, 1956.
  • Maurice Moreau, Jean Dessoutter et Geslin, De la vapeur à l'atome, avant propos par Henri Geslin, illustrations de Paul Guimezanes, 1958.
  • Paul Guimezanes, Je découpe des animaux, Casteilla, 1978, 31 p. (ISBN 2-7135-0281-0).

Expositions[modifier | modifier le code]

- Dessins et gravures

  • 1948, 1949 : Salon de la Société des artistes français et de la Société nationale des beaux-arts, au Palais de New-York à Paris (burins).
  • 1956 : exposition avec A. Montigny dans les salons de la Maison de la Bretagne à Paris (dessins à la plume).
  • 1961 à 1968 : Salon de la Société des artistes français, au Grand Palais des Champs-Élysées à Paris (burins et dessins).
  • 1967 : Les Côtes du Finistère à la galerie Saluden de Quimper — avec reportage Télé-Bretagne (gravures).
  • 1980 : Baumard ; Breton ; Guimezanes au château de Blois (gravures).

- Peinture

  • 1971 : La Genèse à la chapelle Saint-Jean d'Amboise.
  • 1972 : Le Livre de Job à l'église Saint-Florentin d'Amboise.
  • 1982 : exposition présentée par l'Arapède de l'Ecole des beaux-arts de Tours.
  • 1984 : exposition au musée municipal de La Roche-sur-Yon.
  • 1985 : exposition au musée des beaux-arts de Tours.
  • 1985 : Paul Guimezanes à l'Atelier sur l'herbe, galerie des beaux-arts de Nantes[3].
  • 1986 : Menschen am Leidensweg, Ludwig Windthorst Haus à Lingen (Allemagne).
  • 1989 : Le Sang de Dieu à la basilique de Neuvy-Saint-Sépulchre.
  • 2016 : Bildmeditation : Menschen am Leidensweg Jesu, à Ballweiler (sous la direction de Michael Schneider, avec la Katholische Erwachsenenbildung du Palatinat sarrois).

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1944 : premier prix du concours Chenavard.
  • 1945 : prix Lefranc.
  • 1946 : premier prix du concours Roux.
  • 1946 : premier prix de Rome de gravure en taille-douce.
  • 1952 : lauréat de la Casa de Velãzquez.
  • Distinctions de la Société des artistes français :
    • 1950 : médaille de bronze ;
    • 1961 : médaille d'argent ;
    • 1961 : prix Belin-Dollet ;
    • 1963 : médaille d'or ;
    • 1965 : prix Belin-Dollet.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Espagne
En France
En Italie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui le suit d'un an à la Casa de Velázquez à Madrid en 1953.
  2. En compagnie de Georges Cinquini, Pierre-Yves Trémois, autres graveurs, de Paul Collomb, Jean Joyet, accompagné de son épouse Marcelle Deloron, François Marcepoil, Marc Perrin, du sculpteur José Raussell, Josée-Josette Raynal, André Roger, Jean-Louis Viard et Louis Vuillermoz.
  3. [PDF] p6.storage.canalblog.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Menschen am Leidensweg, brochure de méditation avec douze diapositives, publiée par le Deutscher Katechetenverein, 1986.
  • Alain Valtat, Catalogue Raisonné du Peintre Geoffroy Dauvergne (1922- 1977), Sceaux, 1996.

Liens externes[modifier | modifier le code]