Paul Gout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Gout
Fonction
Architecte en chef des monuments historiques
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Paul Gout (1852-1923) est un architecte en chef des monuments historiques français.

Formé à l'École des Beaux-arts, il fut l'élève de Constant-Dufeux, de Laisné et de Viollet-le-Duc, et fera partie, comme ce dernier, de l'« école rationaliste ».

Il entre dans le service des monuments historiques en 1879 et est chargé du Sud-Ouest : il entreprend dans le Lot la restauration du pont Valentré et du palais de Jean XXII à Cahors, et de l'église de Souillac ; dans l'Aveyron, il restaure l'ancienne chartreuse de Villefranche-de-Rouergue et l'abbaye de Loc-Dieu ; dans le Tarn, l'hôtel de ville de Cordes ; en Tarn-et-Garonne le château de Caylus ; et en Lot-et-Garonne le château de Bonaguil. Il devint ensuite architecte en chef des départements de la Bretagne, où il exécuta de nombreux travaux, comme la chapelle Notre-Dame du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon et l'église de Quimper ainsi que la seconde restauration de l'Église Saint-Tudy de Loctudy, dans les années 1880.

Il fut nommé, en 1898, à la mort de Petitgrand, architecte en chef du Mont Saint-Michel et le resta jusqu'à sa mort. En 1913, il devint architecte en chef de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en remplacement de Selmersheim, décédé. Il fut chargé de la cathédrale Notre-Dame de Reims de 1904 à 1915.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels on peut citer :

  • Le lycée Racine, entre 1885 et 1886,
  • L'œuvre de Viollet-le-Duc,
  • Histoire et l'architecture française au Mont Saint-Michel, 1899,
  • Guide du visiteur au Mont Saint Michel, 1909,
  • Le Mont Saint-Michel, histoire de l'abbaye et de la ville. Étude archéologique et architecturale des monuments, 1910.

Il fut aussi l'architecte diocésain de Vannes, Soissons, Troyes et Reims.

Notes et références[modifier | modifier le code]