Paul Germain (mathématicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Germain
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Comité national français d'histoire et de philosophie des sciences (d)
-
Secrétaire perpétuel
Académie des sciences
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ChâtillonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Dir. de thèse
Distinctions
Tombe Paul Germain.1.jpg
Vue de la sépulture.

Paul Germain (né le à Saint-Malo, mort le à Châtillon) est un scientifique et universitaire français. Il est inhumé au cimetière de Saint-Étienne-de-Crossey. Son épouse est décédée en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Normalien, agrégé de mathématiques[1], docteur ès sciences (thèse dirigée par Georges Valiron), il a été successivement maître de conférences à la Faculté des sciences de Poitiers et à l'Institut de mécanique et d’aérotechnique de Poitiers (1949-1954), professeur de mécanique à la Faculté des sciences de Lille et à l'Institut de mécanique des fluides de Lille (ONERA Lille) (1954-1958), professeur de mécanique à la Faculté des sciences de Paris (1958-1977), directeur de l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (ONERA) (1962-1967), et enfin professeur de mécanique à l'École polytechnique[2] (1973-1985).

En 1948, il fut aussi actionnaire de la Compagnie Industrielle des Aéromoteurs (CIAMO), d'avions-taxis, fondée par Claude de Cambronne au Maroc.

Paul Germain fut élu membre de l'Académie des sciences en 1970, il en a été secrétaire perpétuel de 1975 à 1996[3].

Ses travaux de recherche portent sur l'aérodynamique supersonique et les ondes de choc.

Dans le cadre du 9e colloque en calcul des structures organisé par le CSMA, Pierre Suquet (Académie des sciences) lui a rendu hommage en soulignant ce qu'il a apporté scientifiquement et dans diverses organisations[4]:

  • l’utilisation systématique des puissances virtuelles,
  • la Mécanique puis la Thermodynamique des Milieux Continus,
  • les interactions avec les mathématiques appliquées,
  • le journal de Mécanique (1962),
  • la création de l’AUM (Activités Universitaires en Mécanique) (1973, 1er Président),
  • la création du Département Sciences Pour l'Ingénieur par Robert Chabbal (1976),
  • la réforme de l’Académie des sciences,
  • le rapport sur les Sciences Mécaniques (1982),
  • le Haut Comité Mécanique (1988) et l’Association française de mécanique (1997),
  • la Présidence de l’IUTAM (en) de 1984 à 1988.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Mécanique des milieux continus, éd. Masson, 1962
  • Cours de Mécanique des milieux continus, Théorie générale, éd. Masson, 1973
  • Avec Patrick Muller, Introduction à la Mécanique des milieux continus, éd. Masson, 1979
  • Mécanique, 2 tomes, éd. Ellipses, 1986
  • Mémoires d'un scientifique chrétien[5], éd. L'Harmattan, 2006

Prix Paul Germain[modifier | modifier le code]

Le prix Paul Germain, anciennement prix AUM[6] est délivré tous les deux ans à l’occasion du Congrès Français de Mécanique. Ce prix récompense des travaux de thèse de qualité.

  • 2009 : David Grégoire, Philippe Meliga
  • 2011 : Phan Haï Trieu
  • 2013 : David Cebron
  • 2015 : Léo Morin
  • 2017 : Stella Brach
  • 2019 : Laetitia Caillé, Mehdi Khalloufi
  • 2022 : Svenja Hermann, Mathias Lebihain

Références[modifier | modifier le code]

  1. Classé 8e en 1942, d’après André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », (consulté le ).
  2. Hommage
  3. Fiche de P. Germain sur le site de l'Académie des sciences
  4. Comptes Rendus Mécanique Vol 338 no 2 p. 63-66
  5. [lire en ligne] sur Google Livres
  6. AUM

Liens externes[modifier | modifier le code]