Paul Esprit Marie de La Bourdonnaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blossac et famille de La Bourdonnaye.
Paul Esprit Marie de La Bourdonnaye
Plaque de rue à Poitiers - Blossac.JPG
Plaque de la rue de Blossac à Poitiers
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Enfant

Paul Esprit Marie de la Bourdonnaye, marquis de la Bourdonnaye et comte de Blossac né le 29 août 1716 à Rennes et mort le 26 fructidor an VIII (13 septembre 1800)[1] à Goven.

Il est le fils de Louis Gabriel de La Bourdonnaye et de Françoise Charlotte Ferret du Tymeur (1692-1758). Il épouse le 3 mai 1740 à Saint-Sulpice de Paris Madeleine Louise Charlotte Le Peltier de la Houssaye (1723-1764) dont il a 8 enfants dont Esprit Charles Clair de La Bourdonnaye et Charles Esprit Marie de La Bourdonnaye.

Carrière d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Conseiller au Parlement de Paris en 1737, maître des requêtes en 1742, il est intendant du Poitou de 1750 à 1784 au Bureau des finances de la Généralité.

Voici le portrait qu'en fait l'auteur d'un article publié dans une revue de Poitiers en 1841[2] : « Il était de petite taille, d'une affabilité remarquable, ses manières respiraient la simplicité. Il était, dit-on, grand seigneur qu'à table : alors, il se montrait magnifique. Quelques-uns l'ont accusé d'aimer un peu trop ses loisirs, mais d'autres ont prétendu que ce reproche n'était pas fondé. Nous préférons cette dernière opinion. »

Pour donner de l'ouvrage aux ouvriers pauvres, pendant une année de disette, il entreprend la promenade de Blossac, à l'entrée de laquelle subsiste encore une grille surmontée de ses armes, et où une statue lui a été érigée en 1924. Il dote les villes de la région de promenades qui portent toujours son nom (Châtellerault, Fontenay-le-Comte, Saint-Maixent, Lusignan, Melle).

Il encourage l'agriculture (culture du mûrier, élevage des vers à soie), les arts (école de dessin créée par Boucher à Poitiers), l'industrie (manufacture de coton).

Il est nommé avec son fils cadet, Charles Esprit Marie de La Bourdonnaye, intendant de Soissons en 1784.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Il offre sa démission en 1789 ; les députés du Soissonnais supplièrent qu'on ne l'acceptât point.

Il émigre à Bruxelles en 1790, après le pillage de son château de Blossac. Il revient en France en 1792, réside à Paris, puis à Rouen.

Arrêté le 3 thermidor an II, il est conduit à la Conciergerie le 6, puis, le 13, à la maison d'arrêt du Plessis. Sauvé par la réaction de Thermidor, il est libéré le 19 vendémiaire an III, retourne vivre à Rouen chez son neveu Le Bret, et ne peut rentrer à Blossac qu'à la levée du séquestre sur ses biens, en 1797.

Il achève sa vie dans cette demeure qu'il avait profondément remaniée entre 1760 et 1770.

Héritage[modifier | modifier le code]

Le parc de Blossac est un des plus beaux parcs de Poitiers et des alentours. Terminé en 1770, il est bordé au sud et à l’est par les remparts de la ville. Jardin à la française, il est traversé par des allées parfaitement rectilignes et planté essentiellement de tilleuls de Hollande. En 1905, un « jardin anglais » fut créé à l’angle nord-ouest du parc. Le parc de Blossac abrite un petit jardin zoologique avec des cervidés, des coatis et une belle collection d’oiseaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvie Nicolas, préf. Michel Antoine, Les derniers maîtres des requêtes de l'Ancien régime (1771-1789) : Dictionnaire prosopographique, Paris, École des chartes, coll. « Mémoires et documents de l'École des chartes » (no 51), 1998, 398 p. (ISBN 2-900791-21-9), p. 206.
  2. « Paul Esprit Marie de La Bourdonnaye », Prosper Levot, Biographie bretonne, recueil de notices sur tous les bretons qui se sont fait un nom, 1852-1857 [détail des éditions]