Paul Chauchard (pilote)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chauchard.
Paul Chauchard
Paul Chauchard (La Vie au Grand Air, 1er avril 1898).jpg
Paul Chauchard en 1898 (Nice).
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Paul Yves Chauchard, né le à Buxières-les-Mines (Allier) et mort le à Clermont-Ferrand, est un ancien pilote automobile français, ayant presque exclusivement couru sur Panhard (sauf indication contraire) ; il est aussi un renommé skipper français de son temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après de rapides débuts sur tricycle motorisé[1], son activité en course automobile s'étale de 1898 à 1902, essentiellement en Italie et en Provence avec cependant également des parcours dans les empires allemand et austro-hongrois, en fin de présences. Il est à l'époque nommé vice-président de l'Automobile Club de Nice.

Membre également du Yacht Club de France, il devient après ses performances au volant le vice-président puis le président du Club nautique de Nice (le CNN, où il entre en 1894), jusqu'au premier conflit mondial[2]. Il est encore Président de l'Union des Sociétés Nautiques de la Méditerranée[3], et membre du Conseil supérieur de la Navigation maritime.

En juin 1910, il épouse à La Ferté-sous-Jouarre Mlle Odette Londe, fille d'Albert Londe propriétaire alors du château de Bréau[4].

Il est à l'époque le propriétaire de plusieurs bateaux à moteur : l'Anthéor (long de 8 mètres et équipé d'un moteur de 10HP), le Janot (de 6 mètres 50 avec un 5HP), le houari Mimi (d'une tonne), le sloop Calabrais (d'une tonne), et le lougre Raton (également d'une tonne). Il fait aussi don à son club du houari le Grèbe (d'une tonne), destiné à être librement utilisé par les membres et leurs invités.

Il possède encore avec le parfumeur parisien Henri Rigaud (admis au C.N.N. en 1905) le sloop Guibel (de 2 tonnes 5), et il navigue fréquemment en compagnie de l'architecte Maurice Tranchant de Lunel (admis au C.N.N. en 1902, membre du comité de direction en 1906), possesseur quant à lui des Salve et Eagle (chacun de 6 mètre 50, et équipés de 5HP).

En mai 1905 Chauchard participe de façon dramatique à l'épreuve Alger-Toulon (The 500 miles Marathon pour les anglais)[5], puis en 1906 il organise la course nautique Nice-Cannes-Toulon (dénommée The Riviera Maritime Raid par ceux-ci), dont le trajet est repris l'année suivante pour la compétition Nice-Cannes-Monaco-San Remo-Genoa-Nice.

Il meurt subitement en 1916, alors qu'il remplit à l'EM de la 13e Région les fonctions de capitaine.

Il ne doit pas être confondu avec Paul Chauchard, médecin, chercheur, philosophe, enseignant et écrivain, né en 1912.

(Nota bene : André Chauchard, également admis en 1894 à l'ICC dont il fut aussi le vice-président, publia quant à lui en 1896 l'ouvrage La navigation en vue des côtes - Connaissances indispensables pour conduire un yacht - Tables pour faire le point, réédité en 1911 toujours par A.Pedone.)

Palmarès[modifier | modifier le code]

Paul Chauchard sur Panhard 70 hp (de près d'une tonne) en 1902 au kilomètre de Deauville.
Chauchard vainqueur du Critérium de Provence en septembre 1902, entre Arles et Salon.

Article évènementiel[modifier | modifier le code]

  • Les Sports n°167 du 16 mai 1905 : Les canots étaient bien assurés (à propos d'Alger-Toulon à laquelle participe Camille du Gast, ainsi que le duc Jean Decazes -décédé en 1912- et Paul Chauchard -déjà président du C.N.N.- qui manquent y laisser ensemble la vie, n'ayant été retrouvés que près de quinze jours après leur avarie alors dérivants au large de la Sardaigne, déshydratés, les secours les ayant cru un temps déjà morts en abandonnant durant plusieurs journées leurs recherches[14]). Decazes (admis au C.N.N. en 1900 alors qu'il est le vice-président du Yacht Club de France, et possesseur du Velleda le deuxième plus important navire du C.N.N.) et Chauchard sont alors à bord du Quand-Même II, avec également Baudouin le concepteur de ce bâtiment, qui a été vice-champion olympique avec le duc en 1900. Six des sept participants de la course ont finalement pu être recueillis.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Sport Universel Illustré du 15 février 1897, p. 59 (bas à droite).
  2. Littoral (8 juin 1914, p. 2).
  3. La Vie au Grand Air, article Le yachting en 1919 (Gallica).
  4. Le Figaro (10 juin 1910).
  5. (première véritable course nautique au large en passant par Mahon aux Îles Baléares)
  6. 1899 Grand Prix (team DAN, et suivants).
  7. (Ivan Sache, le 22 mai 2010 sur CRWFlags, voir liens externes).
  8. La Vie au Grand Air, 8 avril 1900, p. 373.
  9. Lyon-Sport no 167 du samedi 9 mars 1901, page 2 (journal notant au passage un défi lancé par Paul Chautard avec cette fois sa Panhard 12HP, à Mr Naglemakers sur Daimler 28HP sur un parcours Nice-[[Saint-Raphaël (Var)|]] de 330 kilomètres
  10. Lyon-Sport no 171 du samedi 6 avril 1901, page 3.
  11. Lyon-Sport (no 118, troisième année, 7 avril 1900, p. 9)
  12. Lyon-Sport no 171, p. 3.
  13. (établissant l'année suivante -1899- le parcours du rallye-paper qui clôtura la semaine automobile de Nice (Exposition Une formidable invention à hauts risques - L'automobile dans les Alpes-Maritimes, catalogue de l'exposition des archives départementales des Alpes-Maritimes, 2008))
  14. Ouvrage de souvenirs de l'architecte naval André Mauric Mémoires Marines - 100 ans d'architecture navale, éd. Agep, 2000 (ISBN 978-2902634422)..
  15. Le Littoral (n°11.643, du 8 janvier 1913, 29e année).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]