Paul Charavel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Charavel
Naissance
Décès
Nom de naissance
Paul Frédéric Antoine Charavel
Nationalité
Français Drapeau de la France
Activité
Formation
Maître
Influencé par
Fratrie
Jean Charavel, architecte de la reconstruction

Paul Frédéric Antoine Charavel, né le à Marseille et décédé en 1961 est un peintre de genre et portraitiste français.
Il a notamment peint de nombreux paysages des alentours de Saint-Tropez, et réalisé des fresques religieuses essentiellement dans l'Aisne. Il se distingue en particulier par ses scènes de baignade et rend un hommage permanent à la lumière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Charavel est en 1896 élève de l'École des beaux-arts de Bordeaux avant d'être l'élève de Léon Bonnat et d'Albert Maignan à l'École nationale supérieure des beaux-arts. Après un séjour en Espagne en 1903 où les photographies qu'il réalise à Ávila demeureront citées comme remarquables[1], il s'installe à l'« Oustalet des pescadous », propriété voisine de Saint-Tropez (elle deviendra ensuite la propriété d'Henri Manguin) où il côtoie Paul Signac, Henri Matisse et Albert Marquet[2].

Après la Première Guerre mondiale, Paul Charavel s'installe pendant quelques années à Saint-Quentin (Aisne), exécutant, dans le sillage des travaux de son frère Jean Charavel (1881-1957)[3], architecte de la reconstruction[4], des fresques murales et des vitraux pour des églises du département[2], les deux frères contribuant de la sorte ensemble, par la reconstruction une et entière de villages complètement rasés, à façonner des modèles de nouveaux lieux de vie, modernes et animés[5]. La Société académique de Saint-Quentin évoque un Portrait de Jean Charavel peint par son frère Paul[6].

Paul Charavel devint aveugle au soir de sa vie[2].

Famille[modifier | modifier le code]

La famille de Paul Charavel est originaire du hameau de Charavel (commune de Sabran). Son épouse (Jubiot) était également originaire de la commune. Le couple a eu deux filles, dont Josette (1916-1956, violoniste), qui épousera Jacques Bugard[7] (1919-2006), violoniste, altiste, directeur de Conservatoire et compositeur de musique sacrée), environnement familial auquel se rattache une très rare nature morte de Paul Charavel, Nature morte au violon, conservée au musée des beaux-arts de Liège[8].

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Vente de l'atelier Paul Charavel, Hôtel Drouot, 24 mai 1967.
  • Gemälde-Galerie Abels, Cologne, mars-mai 1974.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Peintures[modifier | modifier le code]

L’essentiel des peintures et dessins de Paul Charavel fait partie de collections privées comme celle de l'altiste Maurice Vieux, ami de Josette Bugard-Charavel. Le musée des beaux-arts de Menton (Ávila), le musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole[9], le musée Fabre de Montpellier[10], le musée des Augustins de Toulouse (Paysage de la baie de Saint-Tropez, 114x146cm, 1935), le musée des beaux-arts de Liège (Nature morte au violon, 65x92cm)[8] possèdent des toiles de l’artiste.

Huiles sur toile

Élégantes sur la falaise (1909, huile sur toile, 170 × 266 cm)
Le couvert (ou La terrasse) à Sainte-Maxime (1930, huile sur toile, 149 × 198 cm)
Paysage au lac (1942, huile sur toile, 24 × 30,5 cm)
Vue du golfe de Saint-Tropez (1953, huile sur toile, 33,5 × 40,5 cm)
Assemblée de personnages sur les bords de Méditerranée au soleil couchant (huile sur toile, 73 × 54 cm)
Femmes au bord de mer (huile sur toile, 12,5 × 22 cm)
Femme faisant la lecture à un enfant (huile sur toile, 24 × 19,8 cm)
Chemin en forêt avec personnages (huile sur toile, 38 × 45 cm)
Bord de mer aux personnages (huile sur toile, 21 × 21 cm)
Femme dans un jardin au bord de mer (huile sur toile, 23,5 × 30,5 cm)
Paysage au soleil levant (huile sur toile, 50 × 50 cm)
Bord de rivière au coucher de soleil (huile sur toile, 54 × 73,5 cm)
Coucher de soleil (huile sur toile, 25 × 16,5 cm)
Odalisque (huile sur toile, 116 × 150 cm)
Grand nu féminin (huile sur toile, 150 × 80 cm)
Soleil couchant (huile sur toile, 65 × 54,5 cm)
Falaise sur la mer (huile sur toile, 22 × 27 cm)
Modèle en buste (huile sur toile, 55 × 46 cm)
Fort Mahon (huile sur toile, 38 × 46 cm)
Femme nue allongée (huile sur papier marouflé sur toile, 27 × 41 cm)
Les amours (huile sur papier marouflé sur panneau, 37 × 67 cm)

Huiles sur panneau

Personnages dans un sous bois (1921, huile sur panneau, 26 × 35 cm)
Promenade sous bois (1930, huile sur panneau, 38 × 46 cm)
Personnage en bord de Méditerranée (1946, huile sur panneau, 19 × 24 cm)
Paysage de Provence (1948, huile sur panneau, 24,5 × 32 cm)
Falaise au bord de mer (huile sur bois, 18 × 23 cm)
Santa Maria près St Raphaël (huile sur panneau, 33 × 41 cm)
Paysage aux coquelicots (huile sur panneau, 27 × 35 cm)
Nu (1940, huile sur panneau, 92 × 56 cm)
Forêt de pins (huile sur panneau, 50 × 61 cm)
Paysage de montagne (huile sur panneau, 33 × 41 cm)
Paysage à la rivière (huile sur panneau, 40 × 50 cm)

Dessins[modifier | modifier le code]

Paul Charavel a réalisé de nombreux dessins (au crayon noir, à la mine de plomb, au fusain, lithographies).

Paul Charavel, Visage du Christ, détail du chemin de croix de l'église de Roupy

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

  • Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie suivi de La chaumière indienne, dessins coloriés à l'aquarelle par Paul Charavel, collection « Lotus » des éditions Nilsson, Paris, 1928.
  • André Geiger, « La Côte de Provence - Aspects du Golfe à Saint-Tropez », huit illustrations de Paul Charavel, L'Illustration, journal universel - L'automobile et le tourisme, n°4727, 1933.

Ouvrages monumentaux[modifier | modifier le code]

Ces ouvrages ont notamment été réalisés dans des édifices religieux :

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Ce Marseillais donne à son impressionnisme une certaine solidité, le soleil fort cerne et sculpte ses volumes. » - Gérald Schurr[13]
  • « Ses scènes de genre et surtout de baignades prennent un caractère solide, grâce à la lumière qui souligne les formes. » - Dictionnaire Bénézit[14]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Au Salon des artistes français (dont il est devenu sociétaire en 1901) :

  • 1902 : mention honorable.
  • 1907 : médaille de troisième classe pour le tableau Ávila, conservé aujourd'hui au musée des beaux-arts de Menton.
  • 1927 : médaille d'or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Charmet, Paul Charavel, Éditions du Drap d'or, Cannes, 1965.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, tome 1, Les Éditions de l'Amateur, 1975.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]