Paul Chamberland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul et Chamberland.
Paul Chamberland
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Paul Chamberland (né à Longueuil en 1939) est un poète et essayiste québécois. On le décrit aussi comme un humaniste. Il a étudié en philosophie et en littérature[1]. Il a participé à La Nuit de la poésie 27 mars 1970, en compagnie de Gaston Miron, Claude Péloquin, Raôul Duguay, Michèle Lalonde, etc.

Il est professeur de littérature à l’Université du Québec à Montréal de 1991 à 2004. Il reçoit le Prix de l’essai de la revue Spirale, en 2000, pour En nouvelle barbarie, et le prix Victor-Barbeau de l’Académie des lettres du Québec, en 2005, pour son dernier essai paru chez VLB Éditeur, Une politique de la douleur. Il reçoit en 2007 le prix Athanase-David. Il est notamment reconnu pour son engagement souverainiste et ses textes pamphlétaires sur le sujet[2].

Son texte, Les pantins de la destruction porte un regard critique sur les systèmes d'oppression, sur les nouveaux oligarques déguisés en chantres de la démocratie et sur l'obscur concept du néolibéralisme. Avec pour toile de fond la crise étudiante et ses détracteurs, cohorte de baronnets, gérants d'estrade, juges autoproclamés à la solde des partis politiques et de leurs intérêts financiers, ce texte s'érige contre les prétendus lucides (Pour un Québec lucide), dépeints ici comme des acteurs aveuglés de la « nécrose collective organisée ». Il faut lire cet essai comme un véritable manifeste citoyen pour soutenir notre monde contre ceux qui, trop avides d' « y forer des puits, sont en train d'y creuser nos tombes ».[interprétation personnelle]

Le fonds d'archives de Paul Chamberland est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Genèses, 1962 [réédité aux Herbes rouges en 1971 et à L’aurore en 1974].
  • Le Pays, Éditions Librairie Déom, 1963.
  • Terre Québec, 1964 [réédité chez Typo en 2003 sous le titre Terre Québec. Suivi de L’Afficheur hurle et de L’Inavouable].
  • L’Afficheur hurle, 1965 [réédité d’abord en 1969, puis chez Typo avec Terre Québec et 2003].
  • L’Inavouable, 1967 [réédité d’abord en 1971, puis chez Typo avec Terre Québec et 2003].
  • Éclats de la pierre noire d’où rejaillit ma vie. Poèmes suivis d’une révélation (1966-1969), Éditions D. Laliberté, 1972 [réédité aux Éditions de l’Hexagone et 1991].
  • Demain les dieux naîtront, Éditions de l’Hexagone, 1974.
  • Le prince de sexamour, 1976 [réédité en 1991].
  • Extrême survivance, extrême poésie, Éditions Parti pris, 1978.
  • Terre souveraine, Éditions de l’Hexagone, 1980[4].
  • L’Enfant doré : 1974-1977, Éditions de l’Hexagone, 1980.
  • Le courage de la poésie. Fragments d'art total, Éditions Les Herbes rouges, 1981.
  • Émergence de l’adultenfant : poésies et essais, Éditions J. Basile, 1981.
  • Fidèles d’amour, 1981.
  • Du côté hiéroglyphe de ce qu’on appelle le réel. Suivi de Devant le temple de Louxor le 31 juillet 1980, Éditions Les Herbes rouges, 1982.
  • Aléatoire instantané, Écrits des Forges, 1983.
  • Le Recommencement du monde : méditations sur le processus apocalyptique, Éditions Le Préambule, 1983.
  • Un parti pris anthropologique, Éditions Parti pris, 1983 [réédité en 1991].
  • Compagnons chercheurs, Éditions Le Préambule, 1984.
  • Mise à distance de toute technologie. Conférence, Union des écrivains québécois, 1984.
  • L’Inceste et le génocide, Éditions Le Préambule, 1985.
  • Phoenix intégral. Poèmes, 1975-1987. Suivi de Après Auschwitz, Écrits des Forges, 1988
  • Intarsia, 1990.
  • Marcher dans Outremont ou ailleurs, VLB Éditeur, 1990.
  • Le multiple événement terrestre. Géogrammes I, Éditions de l’Hexagone, 1991.
  • Terre souveraine, Éditions de l’Hexagone, 1991.
  • L’enfant doré, Éditions de l’Hexagone, 1991.
  • Demi-tour, Éditions de l’Hexagone, 1991.
  • Un livre de morale. Essais sur le nihilisme contemporain, Éditions de l’Hexagone, 1991.
  • L’assaut contre les vivants. Géogrammes 2, Éditions de l’Hexagone, 1994.
  • Témoin nomade, Éditions de l’Hexagone, 1995.
  • Dans la proximité des choses, Éditions de l’Hexagone, 1996.
  • Le froid coupant du dehors. Géogrammes 3, Éditions de l’Hexagone, 1997.
  • Intime faiblesse des mortels, Éditions du Noroît, 1999.
  • En nouvelle barbarie, Éditions de l’Hexagone, 1999 [réédité chez Typo en 1991, édition augmentée en 2006].
  • Poésie et politique. Mélanges offerts en hommage à Michel van Schendel, Éditions de l’Hexagone, 2001.
  • Au seuil d’une autre terre, Éditions du Noroît, 2003.
  • Une politique de la douleur. Pour résister à notre anéantissement, coll. « Le soi et l’autre », VLB Éditeur, 2004.
  • Résister ou disparaître, un manifeste, 2007 [disponible en ligne : www.resisteroudisparaitre.org].
  • Cœur creuset. Carnets 1997-2004, Éditions de l’Hexagone, 2008.
  • Comme une seule chair, Éditions du Noroît, 2009.
  • Les pantins de la destruction, Éditions Poètes de brousse, 2012.
  • Accueillir la vie nue face à l'extrême qui vient, coll. « Le soi et l’autre », VLB Éditeur, 2015. (ISBN 978-2-89649-485-9)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]