Paul Cabouat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Cabouat
Fonctions
Président du Comité local de Libération de Nîmes
Gouvernement Libération
Prédécesseur Étienne Velay (Collaborationniste)
Successeur Georges Bruguier (SFIO)
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Nationalité Française
Résidence Nîmes
Maires de Nîmes

Paul Cabouat est un médecin, naturaliste et homme politique français, né en 1888 et mort en 1983[1].

Mandats[modifier | modifier le code]

Lors de la libération de Nîmes, Étienne Velay, qui a été nommé à la tête de la municipalité en novembre 1940 par le régime de Vichy, est démis de ses fonctions. Le 24 aout 1944, Paul Cabouat, Président du comité local de Libération de Nîmes, prend la tête de la délégation municipale. Sa première décision est de rétablir dans ses fonctions de Directeur du Muséum d'histoire naturelle Paul Marcelin[2], avec lequel il a commencé une collaboration scientifique. Il reste à la tête de la municipalité jusqu'au 5 janvier 1945[3].

Carrière médicale[modifier | modifier le code]

Interne des hôpitaux, il soutient en 1921 une thèse sur les fractures du cou-de-pied chez l'enfant[4]. Il devient ensuite Chirurgien au Centre Hospitalier et à la clinique des Franciscaines, à Nimes.

Naturaliste[modifier | modifier le code]

Paul Cabouat s'investit dans la protection du patrimoine naturel et culturel des Cévennes. Il reçoit en 1935 la médaille du Club cévenol[5]. Il participe à la Société d'études des sciences naturelles de Nîmes : il dirige notamment l'établissement d'une carte du massif de l'Aigoual[6] ainsi que d'une carte de la Costière du Gard, remarquée par la Revue de géographie de Lyon en 1953[7].

Il fait partie du mouvement organisant la randonnée pédestre. Au début des années 1950, il lance l'idée d'un sentier qui relierait les Pyrénées aux Vosges en suivant la ligne de partage des eaux entre l'océan Atlantique et le Méditerranée. Il organise le repérage de son futur tracé et son marquage[8] : en 1959 ce sera le GR7. En 1972, il devient vice-président du Comité national des sentiers de grande randonnée[9].

Postérité[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée 7, qu'il a créé, porte aujourd'hui son nom[10], ainsi qu'une artère de Nîmes : l'Allée du docteur Paul Cabouat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les maires de Nîmes de 1723 à nos jours sur le site de la Mairie de Nîmes.
  2. « Paul Marcelin - Bienvenue sur le site », sur paulmarcelin.free.fr (consulté le 30 septembre 2015)
  3. Georges Mathon. Les maires de Nîmes de 1790 à nos jours, Ed. Nemausensis, février 2008.
  4. Paul Cabouat. Contribution à l'étude clinique et radiographique des fractures du cou-de-pied chez l'enfant, Imprimerie centrale, 1921.
  5. Les médaillés du Club cévenol.
  6. Société d'étude des sciences naturelles de Nîmes, sous la direction du Dr Paul Cabouat. Carte du massif de l'Aigoual, en trois feuilles et quatre couleurs au 20.000e. Monsanglant Ed, Paris, 1955.
  7. André Billange. Contribution à la mise en valeur de la Costière du Gard. Revue de géographie de Lyon, 1953 ; 28 (28-2) : 149-51.
  8. Histoire du GR7 en Cévennes.
  9. Site du Comité départemental de la randonnée pédestre de Saône-et-Loire.
  10. G.R. :[Grande randonnée] 7 :+sept+ : Vosges-Pyrénées, sentier Paul-Cabouat, dans les Vosges du Ballon d'Alsace à Serqueux (Bourbonne-les-Bains), 164 km, Paris, C.N.S.G.R, (ISBN 978-2-856-99098-8).