Paul Boghossian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boghossian.

Paul Boghossian est professeur à l'Université de New York (acronyme NYU), où il a tenu la chaire de philosophie de 1994 à 2004[1]. Ses domaines de recherche sont principalement l'épistémologie, la philosophie de l'esprit, et la philosophie du langage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boghossian a obtenu son B.S. en physique à l'Université de Trent en 1976[2], et son doctorat à l'Université de Princeton en 1987. Outre son poste de professeur à NYU, il a également enseigné à l'Université du Michigan et a été professeur invité à l'Université de Princeton. Il a obtenu des bourses de recherche du National Endowment for the Humanities (en), du Magdalen College, Oxford, de l'Université de Londres, et de l'Université nationale australienne. Il est membre du New York Institute for the Humanities. Il fait partie du comité éditorial des revues scientifiques Philosophical Studies and Philosophers' Imprint. Dans les cercles postmodernes, Boghossian est connu pour sa réponse à l'Affaire Sokal[3].

Boghossian s'est rendu célèbre par ses positions très marquées contre le relativisme épistémologique. Son livre La Peur du savoir a reçu le Prix Choice Award pour l'année 2006.

Il est membre du bureau scientifique du World Knowledge Dialogue. Il est d'origine arménienne[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Profil Académique sur le site de l'université de New York
  2. Professor Paul Boghossian Profil sur le site de l'Université Birmingham.
  3. (en) Paul Boghossian, « What the Sokal hoax ought to teach us », Times Literary Supplement,‎ , p. 13–14 (lire en ligne)Ce que le canular Sokal devrait nous apprendre.
  4. Une interview de Paul Boghossian, Khatchig Mouradian Aztag Daily.