Paul Bodin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul-Joseph Bodin
Image dans Infobox.
Fonction
Président
Société des ingénieurs civils de France
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Association philotechnique
Société des sciences, arts et belles-lettres du Tarn (d)
Conseil supérieur des travaux publics (d)
Syndicat de la construction métallique de FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Œuvres principales

Paul-Joseph Bodin (, Saumur - [1], Paris) est un ingénieur français. On lui doit entre autres la construction du viaduc du Viaur en 1902.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'architecte et archéologue Camille Bodin-Legendre, il sortit diplômé de Centrale.

Après avoir servi comme capitaine aide-major lors de la Guerre franco-allemande de 1870, il entre à la Société de construction des Batignolles (SCB) en tant qu'ingénieur en 1873. Il se spécialisa dans l'étude et l'exécution des grands travaux de ponts et charpentes métalliques.

En 1883, il devient répétiteur et professeur à l'École centrale de Paris. Il en devint membre du conseil en 1897 et y enseigna jusqu'en 1919, devenant alors professeur honoraire, après avoir refusé la direction de l'école en 1911. Il fut l'un des fondateurs et président de la Société des amis de l'École centrale et de la Maison des Centraux. Il fut également président durant vingt-cinq ans de la Caisse de secours des élèves.

Bodin devient président de la Société nouvelle des Mines d'Hamimaté, administrateur délégué de la Société franco-tunisienne d'entreprises et travaux métalliques et de la Société française d'entreprises au Brésil, ainsi qu'administrateur des Chargeurs d'Extrême-Orient.

Devenu ingénieur en chef de la SCB, Jules Goüin le fait entrer au conseil d'administration et au comité de direction.

Il est président de la Société des ingénieurs civils de France en 1903, du Congrès général du génie civil et de l'École spéciale d'architecture, membre du Conseil Supérieur des Travaux Publics, du Conseil de la Chambre syndicale des constructions métalliques de France et de nombreuses commissions.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il était officier de la Légion d'honneur, officier d'Académie, chevalier de l'ordre du Christ du Portugal.

Il reçut en outre la médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris de 1889 comme collaborateur de la Société de construction des Batignolles et spécialement pour le projet du viaduc du Viaur, et le Prix Montyon (catégorie scientifique) en 1903 pour sa conception des « arcs équilibrés ».

Hommage[modifier | modifier le code]

Buste de Paul-Joseph Bodin, viaduc du Viaur.

En 1932, la rue Paul-Bodin dans le 17e arrondissement de Paris est nommée en son honneur. La rue se trouve a l'emplacement des anciens ateliers de la Société de construction des Batignolles et à proximité de la rue Ernest-Goüin, le fondateur de la SCB.

Un boulevard d'Albi porte également son nom.

Le village de Tanus a baptisé son axe routier principal (anciennement RN 88) avenue Paul-Bodin.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction d'Antoine Picon, L'art de l'ingénieur constructeur, entrepreneur, inventeur, p. 85, Centre Georges Pompidou/éditions Le Moniteur, Paris, 1997 (ISBN 978-2-85850-911-9) ;
  • Frédéric Seitz, L'École spéciale d'architecture: 1865-1930 : une entreprise d'idée, 1995 ;
  • Revue du Rouergue, Volumes 17 à 18, 1963 ;
  • Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles: Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914), Presses Paris Sorbonne, 2005, (ISBN 2840503891), (extraits en ligne) ;
  • Anne Burnel, La Société de construction des Batignolles de 1914-1939 : histoire d'un déclin, Librairie Droz, 1995, (ISBN 2600000941), (extraits en ligne).
  • Max Assié, Il était une fois Paul Bodin. Biographie de Paul Bodin, constructeur du viaduc du Viaur, Éditions Bleu pastel, Albi, 2016, (ISBN 979-10-93188-06-5) ; 256p.

Liens externes[modifier | modifier le code]