Paul Bloas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Bloas
Paul Bloas en 2018.jpg
Paul Bloas en octobre 2018 lors de sa rétrospective à La Confluence de Betton
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
BrestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Paul Bloas, né le à Brest[1], est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Bloas s'est fait connaître à Brest, en 1984, en collant ses géants peints sur papier, sur des piles de ponts, qu'il remplaça par leurs silhouettes blanches quand elles vinrent à disparaître. Dès lors, il multiplia ses actions artistiques sur la ville et ses abords avant de séjourner à Berlin où son travail prit son véritable envol. Ernest Pignon Ernest, précurseur des arts urbains, lui préfaça sa première publication sur la ville enmurée. Quelques temps plus tard, il séjourna 2 mois durant, sans en sortir, dans l'ancienne prison de Pontaniou, à Brest pour y réaliser et y coller une cinquantaine d'images inspirées des lieux et du condamné à mort de Jean Genet. Depuis, Bloas vit et travaille à Brest et colle ses géants sur les murs de France et d'ailleurs ; quelques milliers à ce jour. Ses peintures se dégradent et s'effacent sous l'effet des intempéries ou de la griffe humaine.

Son « job » s'amorce par un travail préalable se situant entre la déambulation et le repérage cinématographique. Et, il avoue avoir un goût prononcé pour le débris et les « nulle-parts » qu'il tente d'éclairer par le collage de ses colosses aux pieds d'argiles. Bloas peint en atelier des histoires d'hommes aux allures de phoenix, qui vivent, meurent et renaissent sur les murs de nos cités. Berlin, Brest, centre ville de Beyrouth détruit, ruine d'un camp militaire à Madagascar, cimetière militaire marin et désert d'Atacama furent parmi d'autres le théatre de ses géants de papier aujourd'hui disparus. Il peint et déforme volontairement le corps de ses géants, pour magnifier ses modèles qui sont souvent des petites gens, assimilés à des quantités négligeables, comme à Valenciennes en 2007 en collaboration avec Jean-Bernard Pouy (parcours du tramway). L'artiste achève enfin son travail en le photographiant ou en le filmant et en exposant les traces de ses géants comme ici à Betton en 2018.

Parallèlement à son activité de peintre, il joue une dizaine de fois par an depuis 2010 une performance « Ligne de front » peinture et guitare avec son ami guitariste Serge Teyssot-Gay.

Il a reçu le titre d'artiste de l'année aux Victoires de la Bretagne 2018.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Interventions picturales in situ
« L'homme debout » - Naplouse - État de Palestine - 2014
  • 1980-1986 : Brest, premières interventions en ville et sur le port (îlot fortifié en rade, Bertheaume sweet home)
  • 1987 : Berlin, Anhalter Banhof, Un pied dans le sable (expo internationale Mythos Berlin)
  • 1988 : Brest, port et cale de radoub, Le manteau de papier
  • 1989 : Tulle, chapelle Saint-Pierre, Ainsi soit Tulle
  • 1990/93 : La réussite de Boris (Belgrade, centre ville ; Budapest, Bains turcs abandonnés ; Berlin, No man's land ; Brest, Prison de Pontaniou et port militaire)
  • 1992 : Bilbao, usine sidérurgique et centre ville, Les nuques de plomb
Performance « Ligne de front » - Madagascar - 2012
  • 1994 : Beyrouth, centre ville, Charmouta (Barcelone, Barceloneta, Demi-sommeil)
  • 1995 : Paris, Butte-aux-Cailles, Paris au mois d'août
  • 1996 : Brest, port de commerce
  • 1997 : Bordeaux, quartier Bastide, Terminus (Calvi, la citadelle, Sentinelles)
  • 1999-2002 : Bordeaux, base sous-marine, Poussières (Madagascar, Diego Suarez, ancien camp de la Légion, Mada)
  • 2001 : Toulouse, Théâtre de la cité, Recto / Verso
  • 2002 : Calvi, Festival du vent
  • 2003-2008 : Bruxelles, Paris, Brest, Madagascar, Bordeaux
  • 2007 : Valenciennes, Ma vie s'appelle peut-être
  • 2009 : Paris, canal Saint-Martin, les habits noirs
  • 2010 : Beyrouth. La Réunion. Madagascar. Nantes. Ile de Groix. Lisbonne
« AK47 » - Saint-Ouen - France - 2008
  • 2011 : Lisbonne. Porto. Bilbao. Gernika. Bordeaux. Nantes. Quimper. Brest. Aurillac, es cravos
  • 2012 : Rennes. Douarnenez
  • 2013 : NY. Lexington Ky USA. Ouesssant. Sassari
  • 2014 : Naplouse. Landevennec, cimetière marin militaire
  • 2016 : Valparaiso. Désert d'Atacama
  • 2017 : Taipei
  • 2018 : Betton (Ille-et-Vilaine), La Confluence, rétrospective
  • 2019 : Ouessant. Taïwan
Expositions personnelles et collectives

Depuis 1988, Paul Bloas présente régulièrement ses travaux in situ à travers des expositions d'études et de photographies de ses interventions : Bologne en 1988, le port de commerce de Brest entre 1988 et 1990, le Quartz de Brest depuis 1989, la galerie Loft à Paris, les centres culturels français de Beyrouth, Bilbao, Barcelone, Berlin, les musées de Tulle et de Brest, le théâtre de la cité à Toulouse, la base sous-marine de Bordeaux, les fêtes maritimes de Brest 96 et 2000 au Fourneau, Telgruc-sur-Mer, le no 15 square de Vergennes à Paris, phare de Penmarc'h en 2008. Chapelle des Ursulines à Quimperlé en 2015, au château de Vannes en 2019. Depuis 2010, avec son ami Serge Teyssot-Gay , ils créent et jouent une performance peinture & guitare « ligne de front » à raison d'une dizaine de fois par an en France et l'étranger.

Films et vidéos[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Bertheaume sweet home – Objectif Bertheaume, J.A. Kerdraon et P. Bloas (Paul Émile Victor sont dans un bateau (7 min), J.A. Kerdraon)
  • 1988 : Le manteau de papier (26 min), O. Bourbeillon, Lazennec Production/FR3
  • 2001 : In situ (26 min), J.A. Kerdraon, Alligal Production
  • 2003 : Mada ; Debout, de terre et d'eau (52 min), P. Bloas, Lamoot, Morgane Production (Prix de la création au festival international du film d'art de Montréal 2005)
  • 2008 : Zones d'ombres de Sylvain Bouttet (26 min)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Berlin 88/ Brest 89/ Tulle 90/ Bilbao 92 (catalogues)
  • 1993 : La réussite de Boris – Éditions Dialogues
  • 1997/2000 : Visuels pour Noir Désir et Serge Teyssot-Gay d'après G. Hyvernaud
  • 2002 : Brest de Mac Orlan – Éditions Dialogues
  • 2003 : Mada, Éditions Alternatives
  • 2006 : Visuels pour l'album "l'étreinte" de Christophe Miossec
  • 2008 : Ma vie s'appelle peut-être Paul Bloas, Laurence Mauriaucourt, Jean-Bernard Pouy, ÉditionsLa Voix du Nord, 2008
  • 2008 : Catalogue exposition de Penmarc'h
  • 2009 : Catalogue d'exposition de Guidel
  • 2013 : Les saigneurs - Éditions Dialogues
  • 2015 : Catalogue d'exposition Quimperlé - Éditions Locus Solus
  • 2019 : Visuel "Debout ds les cordages" de Zone libre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La réussite de Boris, Éditions Dialogues, 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]