Paul Beyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Beyer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
BourgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Paul Beyer (1873-1945), est un céramiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sculpture céramique, La Borne début XXe - Musée des arts décoratifs, Paris.

Paul Beyer est né à Strasbourg le 9 novembre 1873, son père Joseph Beyer (1837-1876) était maître verrier, spécialisé notamment dans les travaux religieux. Peu après sa naissance, la famille s'installe à Besançon où son père établit son atelier. Après la mort de celui-ci en 1876, sa mère, née Sophie Boone, reprend la fabrique familiale avant de s'associer avec son fils ainé Joseph Beyer (1871-1936)[1].Après une formation classique à l'Ecole des Beaux-Arts de Besançon, puis un séjour à Munich, il revient à Besançon dans l'atelier familial qu'il quitte en 1906 pour s'installer à Lyon. Il choisit d'exercer l'art de la céramique, d'abord à Lyon puis à Paris.

Se considérant lui-même comme un humble artisan, Paul Beyer consacre une grande partie de son œuvre à la redécouverte de la technique du grès au sel. Son travail, très épuré, met à l'honneur le monde paysan et les animaux. Le "potier" comme il aimait à se faire appeler, produit également un nombre important d'objets utilitaires : cruches, pots, vases et écuelles[2].

De décembre 1931 à mai 1932, la Manufacture de Sèvres met un four et des ateliers à sa disposition.

Il participe à de nombreuses expositions en France (Union Centrale des Arts Décoratifs, Petit Palais, Salon d'Automne, ...), il est membre du jury lors de l'Exposition Universelle des Arts et Techniques de 1937 ; il expose aussi à l'étranger (Belgique, Italie, Canada).

En 1938, il est fait Chevalier de l'ordre de la Légion d'Honneur, sur les recommandations de Robert Mallet-Stevens.

Georges-Henri Rivière l'invite en 1942 à s'installer au centre de production céramique de La Borne, où il met au point un four à flammes renversées[3]. Travaillant sans relâche jusqu'à ses derniers jours, il meurt à Bourges le 10 septembre 1945.

Paul Beyer a eu deux enfants : Marie-Louise et Lucien Beyer (1908-1983) peintre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Paul Beyer : céramiste 1873-1945, Catalogue d'exposition Union Centrale des Arts Décoratifs (Paris), Palais du Louvre, mars-avril 1947.
  • Anne Lajoix, La céramique en France, 1925-1947, éditions Sous le vent, 1983.
  • Marc Ducret, Paul Beyer, éditions Beau Fixe, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mobilier et Décoration n°3,
  2. Œuvres conservées au Musée des Arts Décoratifs, Paris http://opac.lesartsdecoratifs.fr/search/apachesolr_search/%22Beyer%20Paul%22%20+Beyer%20Paul
  3. Notice Céramique de La Borne sur culture.gouv.fr.