Paul Balluriau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Balluriau
Paul Balluriau by Edmond Charles.png
Son portrait à l'encre par Edmond Charles (1893).
Naissance
Décès
[1] (à 56 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Baptiste Balluriau dit Paul Balluriau, né à Oullins en 1860 et mort à Paris en 1917, est un dessinateur, illustrateur et affichiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Illustration pour Le Rire (avril 1906).

Né Jean-Baptiste Balluriau dans le Rhône, il commence comme mécanicien au Creusot.

Autodidacte, il dessine sur modèle vivant, s'inspire de la rue. Il fut aussi escrimeur et membre des Humoristes.

Sous le nom d'artiste de « Paul Balluriau », il est surtout connu en tant que dessinateur caricaturiste et illustrateur : il travaille pour des publications périodiques telles que La Chronique parisienne (1886-1887), Le Journal amusant (1887), Fin de Siècle dont il est le premier directeur artistique (1891-1894), Don Juan (1895-1897), L'Assiette au beurre (1901-1904), Le Rire (1903-1910), Le Journal, Le Courrier français, L'Éclair de Paris...

Pour L'Estampe moderne, il livre une remarquable composition lithographiée, Crépuscule (1897).

Il est, avec Steinlen, l'un des principaux contributeurs au Gil Blas illustré dont il assure la direction artistique à partir de 1897 jusqu'en 1900.

Par ailleurs, il illustre de nombreux ouvrages et réalise quelques affiches.

Il contribue à des recueil de chansons, des partitions et des livrets comme les Chansons du Quartier latin de Paul Delmet ou les Chansons de là-haut et de là-bas de Léon Durocher et il illustre les recueils de chansons du Barde Breton Théodore Botrel.

Son atelier parisien était situé au 49 boulevard Saint-Marcel.

Affiches[modifier | modifier le code]

  • 1892 : Fêtes des Tuileries, pour les pauvres de Russie[2]
  • 1894 : Le Journal publie. L'Amour à Paris. Mémoires inédits de M. Gorot ancien Chef de la Sûreté[3]
  • 1895 :
    • En vente partout Don Juan 10 c. Grand journal illustré[4]
    • Pauvre Femme ! roman inédit par Gaston Rayssac[5]
    • Jouets, 30 Avenue des Ternes, à l’Économie Ménagère[6]
  • Le Pôle Nord, 18, rue de Clichy. Patinage perpétuel sur vraie glace, non daté[7]
  • L’Éclair, Ernest Judet directeur, non daté
  • Le Journal, Dubut de Laforest, non daté

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

  • Paul Hugounet, Mimes et pierrots : notes et documents inédits pour servir à l'histoire de la pantomime, Fischbacher, 1889.
  • Armand Silvestre et al., Noël joyeux…, E. Bernard, 1896.
  • Alexandre Kellern, La Grèce antique amoureuse…, Librairie L. Borel, 1902.
  • Recueils des chansons de Jean le terrien , jean le rêveur et jean le marin de Théodore Botrel - éditions Rueff et Gallet Paris 1902
  • H. G. Wells, La Guerre des mondes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Paul Balluriau » par René Émery, dans La Plume, , p. 160-161sur Gallica.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article « Balluriau », dans Gérard Solo et Catherine Saint-Martin (sous la direction), Dico Solo, dessinateurs de presse et supports en France de Daumier à l'an 2000, Vichy, AEDIS, 2004, p. 46-47.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]