Paul-Louis Leroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leroux.
Paul-Louis Leroux
Paul-Louis Leroux.tif
Lithographie de Jean-Marie Fugère
Fonction
Sociétaire de la Comédie-Française
Biographie
Naissance
Décès
(à 54 ans)
Alger (Algérie)
Sépulture
Nationalité
Activité
Sépulture de Paul-Louis Leroux, doyen de la Comédie-Française - Cimetière Montmartre.JPG
Sépulture de Paul-Louis Leroux au cimetière de Montmartre à Paris.

Paul-Louis Leroux, né le à Saint-Quentin et mort le à Alger, est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-Louis Leroux est le fils de Claude-François Leroux, aubergiste du Lion d'or, rue d'Isle à Saint-Quentin, et de Rose-Pélagie Dollé[1]. Son père est natif de Amigny-Rouy, sa mère de Saint-Quentin, où son grand-père maternel était aubergiste. Il épouse Althée-Maria Fassio le à Paris.

Son père le destinait à la prêtrise ou la pharmacie, mais Paul-Louis Leroux avait fait son choix : le théâtre. Son père céda, de sorte qu'il entra au conservatoire en 1839. Il obtient le premier prix en 1840 et fut engagé à la Comédie-Française en 1841. Sa création d'Octave dans L'Homme de bien d'Émile Augier () lui vaut le titre de sociétaire le 1er avril 1846. Bel homme, très distingué, il montra son talent dans les rôles de jeune premier et des rôles de genre. Il marchait de succès en succès lorsque, vers 1865, les défaillances de sa mémoire devenaient de plus en plus fréquentes. Il vécut la guerre franco-allemande de 1870 à Paris, avec ses fils, Maurice, garde mobile, et Georges, docteur en médecine, qui était aux ambulances. Il fut nommé doyen en 1871.

Il voulut reparaître sur la scène dans le rôle du comte Almaviva du Mariage du Figaro. Cette rentrée eut lieu le , mais ce fut un désastre et une décision ministérielle le mit d'office à la retraite le .

Il partit pour Alger où il se chargea de la direction du théâtre de cette ville, mais il y tomba malade et mourut. Il est inhumé à Paris au cimetière de Montmartre, dans une chapelle de la 30e division, avec son épouse et ses enfants, avenue de la Croix, à gauche de la tombe de Mitty Goldin de l'ABC (music-hall).

Charles Ménétrier et Edmond-Denis De Manne ont dressé la liste de tous les rôles qu'il créa à la Comédie-Française dans leur ouvrage Galerie historique de la Comédie Française pour servir de complément à La troupe de Talma[2].

Son portrait, ainsi que ceux de vingt-deux sociétaires de la Comédie-Française, est reproduit dans Le Monde illustré[3].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Carrière à la Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Caveau de Paul-Louis Leroux au cimetière de Montmartre à Paris.
  • Entrée en  ;
  • nommé 265e sociétaire en  ;
  • départ en  ;
  • doyen de 1871 à 1873.

(source : Base documentaire La Grange sur le site de la Comédie-Française)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 246, vue 66/385, registre BMS 1819 de Saint-Quentin.
  2. Avec une biographie, pages 265 à 277.
  3. , p. 392-3, avec une biographie.
  4. Distribution sur Les Archives du spectacle.net

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Lecocq, Histoire du théâtre de St-Quentin, 1878 (en ligne)
  • Charles Ménétrier et Edmond-Denis De Manne , Galerie historique de la Comédie Française pour servir de complément à La troupe de Talma (en ligne)
  • Henry Lyonnet, Dictionnaire des comédiens français, ceux d'hier : biographie, bibliographie, iconographie…, t. 2. (en ligne)
  • Le Monde illustré, 17 décembre 1859, portrait pp.392-393, biographie pp. 391 et 394 (en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :