Paul-Louis Ladame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ladame.
Paul-Louis Ladame
Portrait de Paul-Louis Ladame
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à NeuchâtelVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
à GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité SuisseVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Neurologue (en) et philanthrope (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Paul-Louis Ladame, né le à Neuchâtel et mort le à Genève, est un médecin neurologue et philanthrope suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du physicien Henri Ladame (1807-1870), il étudie la médecine à Zurich où il est l'élève de Griesinger, à Wurzbourg et à Paris où il est influencé par Charcot. Il obtient son diplôme de médecine à Berne, en 1865, avec une thèse de doctorat intitulée (de)Symptomatologie und Diagnostik des Hirngeschwülste (symptomatologie et diagnostic des tumeurs du cerveau). Il est médecin-adjoint à l'hôpital Pourtalès de Neuchâtel de 1865 à 1866 et Médecin-chirurgien au Locle de 1866 à 1878. Durant cette période, il s'engage énergiquement dans diverses causes ayant trait à l'hygiénisme et au progrès social, militant notamment pour l'abolition des maisons de tolérance de la Chaux-de-Fonds. Intéressé par les problèmes de protection de l'enfance, il entreprend en 1879 un voyage à travers la Suisse et d'autres pays européens pour y étudier les systèmes éducatifs destinés aux orphelins. Il est directeur, en 1880, du premier orphelinat du canton de Neuchâtel à Dombresson. Il complète en outre, jusqu'en 1883, sa formation neurologique dans différents centres cliniques de Paris et de Berlin.

C'est en 1884 qu'il s'établit définitivement à Genève. Nommé Privat-docent de l'université de Genève, il y enseignera la neurologie, la psychiatrie et l'anthropologie criminelle jusqu'en 1908.

À la fin des années 1880, Ladame s'intéresse particulièrement aux applications médicales de l'hypnose et défend avec Charcot un point de vue scientifique en opposition à la tradition des magnétiseurs[1]. Il consacre aussi une part notable de son activité à des études sur les applications médicales de l'électricité : en 1885, il est l'auteur d'un important travail de revue sur l'histoire de l'électrothérapie dans lequel il insiste sur le rôle pionnier du Genevois Jean Jallabert (1712-1768).

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Fondateur et président (en 1874) de la Société médicale de Neuchâtel
  • Membre de la Société médicale de Genève (président en 1892)
  • Membre de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève
  • Cofondateur de l'Asile des enfants abandonnés et de la Société genevoise de patronage des aliénés
  • Membre correspondant étranger de l'Académie de médecine de Paris en 1916
  • Président d'honneur de la Société suisse de Neurologie en 1919

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Les orphelinats de la Suisse et des principaux pays de l'Europe, [avec un aperçu historique], Paris, Neuchâtel, Genève, 1879.
  • « Notice historique sur l'Électrothérapie à son origine. L'Électricité médicale à Genève au XVIIIe siècle. », in: Rev Med Suisse Romande 1885; Ve année, n°10, 15 octobre 1885, pp. 553-572; n°11, 15 novembre 1885, pp. 625-656; n°12, 15 décembre 1885, pp. 697-717.
  • La responsabilité criminelle des aliénés dans l'Antiquité, au Moyen Age et à la Renaissance
  • Du Traitement électrothérapique des troubles sexuels chez l'homme, Clermont (Oise), impr. de Daix frères , 1888.
  • Les possédés et les démoniaques à Genève au XVIIe siècle (1892)
  • Procès criminel de la dernière sorcière brûlée à Genève le 6 avril 1652 (Michée Chaudron), Paris, 1888.
  • (en) The Mental state of Rousseau, Revue critique.
  • Une séquestration arbitraire dans la Maison des Aliénés à Genève au XVIIIe siècle
  • Inversion sexuelle chez un dégénéré traitée avantageusement par la suggestion hypnotique, Impr. administrative (Melun), 1891, disponible sur Gallica

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Naville, Le docteur Paul-Louis Ladame, 15 juin 1842-21 octobre 1919, [Notice nécrologique], Zurich, Orell Füssli, 1919, [tiré à part de : Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie].
  • « Paul Louis Ladame Nécrologie », in: Paris-médical, 1919. 34. p. 321.
  • Denise Pazeller-Piguet, Le docteur Paul-Louis Ladame et la médecine neuchâteloise à la fin du XIXe siècle, [Thèse de médecine de l'Université de Lausanne], 2002. Résumé en ligne
  • I. Benguigui, « Paul-Louis Ladame (1842-1914[2]) et l'électricité médicale à Genève. À propos d'une série d'article parus dans la Revue en 1885 », in: Revue Médicale de Suisse Romande, 1987, 107, pp. 77-82.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul-Louis Ladame, « La nécessité d'interdire les séances publiques d'hypnotisme » in Edgar Bérillon, Premier Congrès international d'hypnotisme, Paris, 1889, p. 30
  2. Le titre de l'article comporte une coquille sur l'année de décès de PL Ladame qui est 1919 et non 1914

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]