Paul-Louis Courier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courier.
Ne doit pas être confondu avec Paul Vaillant-Couturier.
Paul-Louis Courier
Paul-Louis Courier par Ary Scheffer.jpg
Portrait par Ary Scheffer.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Paul
Nationalité
française
Activité
polémiste, épistolier, traducteur
Autres informations
Mouvement
Distinctions
Œuvres principales
  • Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser, 1822
  • Lettres de France et d’Italie, 1822
  • Pamphlet des pamphlets, 1824

Paul-Louis Courier de Méré, né le à Paris, mort assassiné le près de Véretz, est un pamphlétaire français.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Courier de Méré est une ancienne famille bourgeoise de Touraine[1]. Son fondateur, Jean-Paul Courier de Méré, né en 1732,est bourgeois d'Artannes-sur-Indre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Né clandestinement, et sous un nom d’emprunt, le samedi , rue du Mail, à Paris, Paul-Louis Courier est le fils de Louise-Élisabeth de Montdeville et de Jean-Paul Courier, riche bourgeois, érudit et familier du droit, propriétaire du fief de Méré, qui avait été victime, en 1764, du duc d’Olonne, seigneur prodigue et ruiné de la famille des Montmorency-Luxembourg, dont il était le lieutenant des chasses, le créancier et l’amant de sa femme ; celui-ci avait tenté de la faire assassiner[2],[3]:122-3.

Ses parents se marient le puis obtiennent, le 2 décembre suivant, un acte de réformation de son acte de baptême pour le légitimer[4],[3]:217. Le ménage Courier s’installe en Touraine, d’abord dans la vallée de l’Indre (où Balzac situera Le Lys dans la vallée), puis à Cinq-Mars-la-Pile, près de Langeais. En 1784, il quitte la Touraine pour Paris, afin de permettre à Paul-Louis d’y entreprendre des études propres à lui ouvrir la carrière des armes.

Le père de Paul-Louis, qui est attiré très tôt par la littérature grecque, l’incite à entreprendre l’étude des mathématiques, qu’il apprend à partir de l’âge de quinze ans auprès de Jean-François Callet et de Jean-Baptiste Labey, professeur à l’École militaire de Paris, sans pour autant pouvoir se soustraire à la séduction opérée sur lui par les écrivains antiques ; les livres grecs ne le quittaient pas. S’étant donc livré par goût à l’étude de la langue grecque, il suivit, de pair avec celle des mathématiques, les leçons de Vauvilliers, ami de son père, helléniste réputé et professeur au Collège royal, place de la Sorbonne, à quelques minutes de chez ses parents.

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , il est admis sur concours en qualité d’élève sous-lieutenant à l’École de l'artillerie de Châlons-sur-Marne ; le cours y est interrompu jusqu’en octobre, devant l’avancée de l’armée prussienne, et les élèves sont employés à la garde des portes de la ville, où ont été placées quelques pièces de canon. Élève peu appliqué, peu habitué à la discipline de l’école, il en sort avec le grade de lieutenant, le 1er juin de l’année suivante[5]. La défection des chefs militaires d’origine aristocratique aurait pu favoriser sa carrière. Après être allé embrasser ses parents, il rejoint sa compagnie, en garnison à Thionville.

Mais Paul-Louis Courier déteste la guerre et plus encore ceux qui la conduisent. De plus, il n’a pas ce feu républicain que les commissaires du gouvernement récompensent avec libéralité. Il passe son temps libre à lire dans les abbayes et les bibliothèques : « J’aime à relire les livres que j’ai déjà lus et par là, j’acquiers une érudition moins étendue, mais plus solide », écrit-il à sa mère[6].

Au printemps 1794, il quitte Thionville pour l’armée de la Moselle, qu’il joint au camp de Blieskastel. Après l’occupation de Trèves (), il sert au grand parc de l’armée et il est chargé d’organiser un atelier pour la réparation des armes, installé dans un monastère désaffecté. Dès , il prend part au blocus de Mayence. Plus tard, il écrira : « J’y pensai geler et jamais je ne fus si près de la cristallisation ». Il quitte Mayence à la fin de l’hiver avec l’autorisation d’un commissaire de la République en mission et rentre en France. On évoque à tort la mort de son père comme raison de son départ ; sa piété filiale l’aurait fait voler auprès de sa mère malade et désespérée. En réalité, son père était toujours vivant et il avait reçu l’assurance du commissaire d’obtenir une nouvelle nomination[6] : il fut affecté à Albi, où il arriva à l’automne 1795 pour présider à la réception des boulets fournis à l’État par les forges du Tarn et de l’Ariège.

L’Italie[modifier | modifier le code]

En , il est nommé au quartier général de Rennes comme chef de l’état-major de l’artillerie de l’aile gauche de l’armée d’Angleterre. Il visite la côte qui doit être fortifiée, et commence à apprendre la langue de Shakespeare. En novembre, il est nommé à l’armée d’Italie commandée par le général Championnet. Il arrive à Rome en . En février, il fait sommation aux habitants enfermés dans la citadelle de Civitavecchia de se rendre. La chance lui évitera d’être tué, contrairement à l’ordonnance qui l’accompagne.

Il y courut un risque plus grand encore en septembre, lorsqu’à leur tour les Français abandonnent la cité papale[7]. Rapatrié avec ses compagnons d’arme à Marseille puis Paris, il arrive dans la capitale presque mourant à la fin d’octobre. Il passe sa longue convalescence à la direction de l’artillerie à Paris. Il est ensuite présenté à tous les hellénistes de la capitale comme leur égal. Le , il arrive à Strasbourg, au 7e régiment d’artillerie à pied.

Il entretient une correspondance active avec les hellénistes parisiens D’Ansse de Villoison, Clavier et d’autres savants français et allemands. Pendant ce temps, ses anciens camarades de l’École de Châlons, Duroc et Marmont veillent à son avancement.

Le , il est nommé chef d’escadron au 1er régiment d’artillerie à cheval. À la mi-mars 1804, il arrive en Italie, à Plaisance. Le , il reçoit la Légion d’honneur. Le , il est nommé chef d’état-major de l’artillerie de l’armée de Naples. Il frôle la mort à plusieurs reprises, car les Calabrais insurgés mènent une guérilla impitoyable aux Français. Il écrit à Guillaume de Sainte-Croix, brillant helléniste : « Pour m’en tirer, il a fallu plusieurs miracles… Une fois, pour éviter pareille rencontre, je montai sur une barque, et ayant forcé le patron de partir par le mauvais temps, je fus emporté en pleine mer. Nos manœuvres furent belles. Nous fîmes des oraisons, nous promîmes des messes à la Vierge et à saint Janvier, tant qu’enfin, me voilà encore. »

Le , il charge, à la tête de sa brigade, le corps autrichien à la bataille de Castelfranco, commandée par le général Gouvion Saint-Cyr. Fait notable, il n’a ni éperons ni étriers, sous le prétexte que les Grecs anciens n’en avaient pas. Le , il est envoyé au corps d’armée du général Reynier, à Naples. Le , il est cité sur le champ de bataille après la victoire remportée sur les insurgés calabrais.

Révulsé par l’esprit d’arrivisme des autres officiers, il côtoie encore la mort plusieurs fois, assiste aux horreurs de la guerre, pillages, massacres, viols… Il en ressort écœuré et ne s’intéresse plus guère qu’aux Grecs. Il traduit notamment Xénophon et ses traités sur la cavalerie. Puis de Naples il court à Rome, qu’il quitte pour Florence, Brescia et Milan, explorant les bibliothèques et devisant avec les érudits, sans souci des devoirs de sa charge d’officier, et négligeant qu’il a ordre de rejoindre sans retard l’Armée d’Italie.

Aussi, arrivé à Vérone, sa destination, en février 1808, est-il mis aux arrêts sans appointements. Appelé le suivant à Livourne, en qualité de sous-chef d’état-major d’artillerie, las de demander inutilement un congé, il se résout à envoyer sa démission au ministre de la guerre le . Celle-ci est acceptée le . À peine de retour à Paris, il sollicite sa réintégration, et heureux de l’avoir obtenue officieusement, il part en toute hâte, sans prendre la peine d’acheter le cheval indispensable pour avoir une quelconque utilité sur le champ de bataille. Arrivé à Vienne, Il fait donc campagne à pied à la bataille de Wagram (5-)[8].

Ayant définitivement quitté l’armée, il passe en Suisse puis regagne l’Italie, où il découvre, dans la bibliothèque Laurentienne de Florence, un exemplaire complet du roman Daphnis et Chloé, de Longus, roman jusque-là traduit avec une lacune prétendument « érotique ». Il en donne une nouvelle édition calquée sur la traduction de l’évêque Amyot, en 1810. Il s’attire de sérieux ennuis, accusé par les bibliothécaires d’avoir maculé d’encre la page comportant la lacune. Il encourt une non moins méchante affaire, en faisant, sans autorisation du préfet, imprimer à Rome une lettre adressée à son libraire Renouard, dans laquelle il lui rapporte des circonstances de sa querelle avec le bibliothécaire de Florence, il signor Del Furia, qui l’a accusé d’avoir sciemment taché le manuscrit de Longus. Aussi a-t-il deux ministres à ses trousses, mais l’Empereur pour lequel il n’a nulle admiration[9], sur ce qu’on lui dit d’un officier retiré à Rome, qui faisait du grec, ordonne qu’on le laisse tranquille.

Enfin, le ministre de la guerre, le général Clarke, le fait rechercher pour s’enquérir de ce qu’il est devenu après Wagram. Il réussit à convaincre le général Gassendi, directeur général de l’artillerie, qu’il a pensé que sa réintégration dans l’armée n’avait pas été officielle.

Le retour à Paris[modifier | modifier le code]

De retour à Paris, au début de juillet 1812, il renoue avec Étienne Clavier, trouve Herminie, l’aînée des deux filles de ce dernier, âgée de dix-sept ans, fort jolie et, le , l’épouse à la mairie de l’ancien 7e arrondissement. Ils auront deux fils, Paul (le 30 septembre 1820) et Louis (le 19 octobre 1824). Ayant conservé une propriété en Touraine, à Luynes, il achète une immense forêt au sud du Cher en .

L’année suivante, il adresse aux deux assemblées de parlementaires à Paris une pétition : la Pétition aux deux chambres. Dans ce premier pamphlet politique, il proteste contre des arrestations arbitraires survenues en début d’année à Luynes. Pendant deux ou trois ans, il se demande s’il va s’installer à Paris ou en Touraine avec son épouse. Finalement, le couple opte pour la Touraine et achète, en , une ferme à Véretz : la Chavonnière[5].

Politique[modifier | modifier le code]

Après cette installation, il entre dans l’opposition à la Restauration de manière de plus en plus affirmée. Jugé par Stendhal comme « l’homme le plus intelligent de France », le plus vif intérêt s’attacha à Courier dès qu’il parut[10]. Le refus de sa candidature à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en , lui donne l’occasion d’écrire son premier pamphlet, Lettre à Messieurs de l’Académie. Son talent dans le persiflage le rend célèbre, mais lui coûte deux mois de prison, où il se rend de sa volonté, fin . Là, il reçoit la visite de Béranger ; Stendhal lui fait remettre une copie dédicacée de son Histoire de la peinture en Italie[11].

Il n’est absolument pas bonapartiste ; ses pamphlets Conversation chez Mme d’Albany et Conseils à un colonel donnent une idée de son point de vue sur Bonaparte et la discipline militaire en général. Pas de discipline, pas de gloire. C’est après la chute de l’Empire, qu’il commence la publication de ses autres pamphlets. Trop individualiste pour appartenir à un parti, son opposition ne concerne que lui mais, dans cette période d’oppression étouffante, il est tout de suite remarqué. À la différence des libéraux, Courier fait preuve d’un intérêt permanent pour la question sociale. La misère le scandalise et il estime que le travail, surtout celui de la terre, la terre devenue propriété de celui qui en vit, est un accès à la dignité humaine. Pour lui, le partage de la terre est un puissant moteur économique. Il est sensible aux idées des physiocrates, mais n’est jamais indifférent au sort des hommes que broient les contraintes économiques. Cependant, il n’a pas senti monter la question ouvrière, qui commencera à se poser sous la monarchie de Juillet, engendrant d’importants conflits sociaux.

II se distingue à la fois comme helléniste et comme écrivain politique. On lui doit en outre le traité de Xénophon Sur la Cavalerie, et quelques autres travaux d’érudition. Mais son domaine d’excellence, c’est le pamphlet, cette petite pièce de guerre qui, sans crier gare, éclate à la figure et produit d’irréparables dégâts. Dès son intégration dans l’armée, il se méfie de tous les systèmes d’idée et se montre jaloux de ce qu’il place au-dessus de tout : la liberté d’esprit.

Libéral et anticlérical, il s’oppose de plus en plus violemment aux nouveaux seigneurs qui, dit-il, frappent sans pitié et terrorisent le pays. Pour le Dictionnaire Bouillet écrit au XIXe siècle, il excelle comme écrivain politique dans le pamphlet et combat avec l’arme du ridicule, dans le style le plus caustique, les mesures rétrogrades de la Restauration ; il se cache quelquefois sous le nom de Paul Louis, vigneron[12],[13]. Il s’en prend à la tentative cléricale de nouvel assujettissement des consciences. Il sait combien il s’expose et le dit clairement dans le Livret de Paul-Louis, vigneron : « Ce matin, me promenant dans le Palais Royal, M…ll…rd passe, et me dit : Prends garde, Paul-Louis, prends garde ; les cagots te feront assassiner… »

Édifice en pierre, recouvert de mousses et lichens. Sur la face droite, une photo et une courte biographie de la victime figurent. On peut y lire l’inscription suivante : « À LA MÉMOIRE de Paul Louis COURIER assassiné en cet endroit le 10 Avril 1825 sa dépouille mortelle repose à VERETZ mais ici sa dernière pensée a rejoint l’Éternité. »

L’assassinat[modifier | modifier le code]

Ses écrits lui vaudront de nombreux procès, des amendes et une peine de prison. Quand on retrouve son corps sans vie, percé de plusieurs balles, dans son bois de Larçay, dans les environs de Véretz[14], le , son garde-chasse, Louis Frémont, est soupçonné du meurtre et mis en jugement, mais acquitté à l’unanimité, le . Courier est inhumé à Véretz le . Pendant cinq ans, le mystère demeurant sur sa mort, celle-ci est attribuée à des motifs politiques.

Toutefois, en , l’affaire prend un tour nouveau quand Sylvine Grivault, une jeune bergère un peu simplette mais de grand cœur, révèle avoir été témoin cachée du crime : elle dénonce un complot et un guet-apens de domestiques de la Chavonnière congédiés (le valet Pierre Dubois le ) ou craignant de l’être à leur tour après que Courier eut vendu ou affermé ses propriétés : Frémont, garde-chasse porté sur la boisson, l’auteur principal du crime, Symphorien Dubois (mort en 1827), frère de Pierre, François Arrault, Martin Boutet et un homme inconnu, tous auxiliaires actifs et complices. Lors du second procès, Frémont finit par avouer l’avoir tué d’un coup de fusil mais couvert par l’acquittement de 1825, il ne peut être condamné. Il meurt peu après le procès. Quant à ses complices, ils sont acquittés à leur tour, le .

Lors de l’instruction de ce second procès, Courier est présenté comme un maître dur au caractère difficile. Mais cette assertion est maintenant battue en brèche : avec ses proches, il était bon, tendre et doux. Dans le domaine public, il était prodigieusement agacé par le climat de flagornerie instauré par le pouvoir napoléonien, puis sacralisé par la monarchie restaurée et par l’hypocrisie sociale.

Cette mort mystérieuse a inspiré La Ferme des sept péchés, un film de Jean Devaivre () où Jacques Dumesnil interprète le rôle de Paul-Louis Courier. Le film fut tourné en Touraine, et quelques scènes à Véretz même.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Laissez le gouvernement percevoir des impôts et répandre des grâces ; mais, pour Dieu, ne l’engagez point à se mêler de nos affaires. Souffrez, s’il ne peut nous oublier, qu’il pense à nous le moins possible. Ses intentions à notre égard sont sans doute les meilleures du monde, ses vues toujours parfaitement sages, et surtout désintéressées ; mais, par une fatalité qui ne se dément jamais, tout ce qu’il encourage languit, tout ce qu’il dirige va mal, tout ce qu’il conserve périt, hors les maisons de jeu et de débauche. » (Lettre II au rédacteur du Censeur)
  • « De l’acétate de morphine, un grain dans une cuve se perd, n’est point senti, dans une tasse fait vomir, en une cuillerée tue, et voilà le pamphlet. » (Pamphlet des pamphlets)
  • « Ce manant devinait les droits de l’homme. Il fut pendu, cela devait être. » (Lettre au rédacteur du Censeur)
  • « Rendons aux grands ce qui leur est dû ; mais tenons-nous en le plus loin que nous puissions. » (Discours)
  • « Les gens qui savent le grec sont cinq ou six en Europe ; ceux qui savent le français sont en bien plus petit nombre. » (Extrait d’une lettre à M. Renouard)
  • « Adieu mes amis ; buvez frais, mangez chaud, faites l’amour comme vous pourrez. » (Lettre à un collègue militaire au sujet de sa démission de l’armée)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Grand helléniste, excellent traducteur, il est également un habile épistolier. Mais il est surtout connu comme polémiste, un polémiste qui eut le tort d’être libéral et anticlérical à l’époque du romantisme et du christianisme renaissants. Certains l’ont considéré comme un écrivain mineur. Ainsi, André Suarès lui a consacré un chapitre de ses Essais (1913) où on lit : « Partout, Paul Louis Courier sent la lampe, et la lampe qui fume. Il traduit mieux qu’il n’écrit pour son compte. Encore a-t-il des élégances vieillotes et des mines surannées[15]. » Gilles Deleuze confesse dans L'Abécédaire l'avoir lu dans sa jeunesse car ses œuvres complètes, relativement courtes, se trouvaient disponibles[16]. Deux livres, publiés l’un par Jean-Pierre Lautman, en 2001, et l’autre par Michel Crouzet, en 2007, prennent le contrepied de ces critiques et vantent la qualité de l’écriture de Courier.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lettre à M. Renouard, libraire, 1810.
  • Pétition aux deux chambres, 1816.
  • Lettres au rédacteur du Censeur, 1819-1820.
  • Lettre à Messieurs de l’Académie, 1819.
  • Lettres particulières, 1820.
  • Simple discours de Paul-Louis, vigneron de la Chavonnière, aux membres du Conseil de la commune de Véretz... pour l’acquisition de Chambord, 1821.
  • Aux âmes dévotes de la paroisse de Véretz, 1821.
  • Procès de Paul-Louis Courier, vigneron, 1821.
  • Pétition pour des villageois que l’on empêche de danser, Paris, (lire en ligne).
  • Lettres de France et d’Italie, 1822.
  • Livret de Paul-Louis, vigneron, à Paris, 1823.
  • Gazette du village, 1823.
  • Pamphlet des pamphlets, 1824.
  • Œuvres complètes (préf. Armand Carrel), Bruxelles, Librairie Parisienne, , 4 vol., in-8° (lire en ligne).
  • Œuvres, Paris, Jouaust, Librairie des bibliophiles, E. Flammarion successeur, coll. « Nouvelle bibliothèque classique », , 3 vol. (lire en ligne)
    Préface peu élogieuse de Francisque Sarcey.

La Bibliothèque de la Pléiade a publié en un volume de ses Œuvres complètes (pamphlets politiques, mémoires pour procès, pamphlets littéraires, traductions du grec, œuvres diverses, Lettres de France et d’Italie) établi et annoté par Maurice Allem. Sorti « du canon que la collection avait elle-même établi », celui-ci fait partie des ouvrages « pieusement déclarés indisponibles provisoirement ou épuisés[17] ». Il figure parmi les plus mauvaises ventes de la collection[18].

La librairie Klincksieck a publié deux volumes et la librairie Nizet un troisième d’une édition de la correspondance de Paul-Louis Courier, présentée et annotée par Geneviève Viollet-Leduc. Cette édition est plus complète que celle présentée dans la Pléiade, elle-même fondée sur l’édition Sautelet de 1828. L’ouvrage d’Alain Dejammet (Paris, Fayard, 2007, coll. "Vies"), plus récente biographie sur Paul-Louis Courier, se réfère au travail de Mme Viollet-le-Duc.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Une rue Paul-Louis-Courier lui est dédiée à Paris dans le 7e arrondissement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd. Sédopols, 2012, p.240
  2. Jean-Pierre Lautman, Paul-Louis Courier : ou la plume indomptée, Paris, C.L.D., , 335 p. (ISBN 978-2-85443-388-3, lire en ligne), p. 18.
  3. a et b André Lelarge, Paul-Louis Courier, Parisien : Origine et fortune de sa famille, l’attentat du Duc d’Olonne, la naissance et l’enfance de Paul-Louis, recherches sur sa maison natale et ses domiciles à Paris. Lettres et documents inédits suivis d’un essai bibliographique, Paris, Presses universitaires de France, , 307 p. (lire en ligne).
  4. Robert Gaschet, La Jeunesse de Paul-Louis Courier : étude anecdotique et critique sur sa vie et ses oeuvres de 1772 à 1812 d’après des documents inédits, Paris, Hachette, , 518 p. (lire en ligne), p. 13.
  5. a et b Gustave Lanson, « Histoire de la Littérature Française », dans L’Époque Romantique, Hachette, 1951, p. 910.
  6. a et b Robert Gaschet, Œuvres de Paul-Louis Courier, vol. 2e, Paris, Garnier, coll. « Classiques Garnier », .
  7. Ce jour-là, s’étant enfermé comme de coutume dans la bibliothèque du Vatican, il y resta tard et n’en sortit qu’à nuit close. Cette circonstance eût été favorable à sa sûreté, si, passant devant la lampe d’une madone, son uniforme ne l’eût trahi. Assailli par le cri de : Morte al Giacobino, il eût été infailliblement massacré, quand un coup de feu dirigé sur lui, au lieu de l’atteindre, frappa une vieille femme à ses côtés. Profitant de cet accident pour s’éloigner, il gagne son logement ; son ami Chiaramonte le conduit en sécurité, au château Saint-Ange où s’étaient réfugiés les Français.
  8. « J’étais, en outre de cela, fort malade, écrit-il au général Gassendi, je me traînai cependant aux batteries de l’île d’Alexandrie, où je restai tant qu’elles firent feu. Les généraux me virent et me donnèrent des ordres, et l’Empereur me parla. »
  9. « le premier capitaine du monde, vouloir qu’on l’appelle Majesté !… Être Bonaparte et se faire Sire !… Il aspire à descendre ».
  10. Aussi avait-il tout ce qu’il faut pour se rendre populaire : une grande liberté d’opinion, une originalité piquante dans les formes du style, il faut dire aussi cette audace satirique qui fait jouir les petits de l’humiliation des grands, surtout cet art de rendre la vérité accessible à tous, simple, et, comme il disait, vulgaire et villageoise.
  11. Lettres écrites de France et d’Italie : 1787 à 1812, Paris, Nilsson (lire en ligne).
  12. Dans quelques-uns de ces petits écrits où Courier mettait tant d’art à n’en pas laisser paraître, et réussissait si bien à cacher la malice de sa pensée sous une certaine bonhomie d’expression, l’écrivain cède la place à Paul-Louis, bon paysan de la Touraine, qui cause avec ses voisins de son bois de Larçay, de ses vignes de Véretz ; prenant là occasion pour leur donner, en leur langage, une leçon non pas d’agriculture (ce qui l’eût peut-être embarrassé un peu), mais de morale et de politique.
  13. Ses paysans, ses vignerons, amoureux de la terre, laborieux, rudes et simples, ont une sorte de grâce robuste qui évoque l’image des laboureurs attiques de la Paix : et lui-même s’est composé son personnage à demi idéal de vigneron tourangeau, tracassier, processif et bonhomme, d’une façon qui rappelle le talent de logographes athéniens à dessiner les figures de leurs clients. Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, p. 912.
  14. Une stèle commémorative marque le lieu du méfait.
  15. Éd. de la Nouvelle Revue Française, 1913, p. 114.
  16. « L comme Littérature », in L'Abécédaire, avec Claire Parnet et Pierre-André Boutang, Paris, Édition Montparnasse, 2004, DVD 02.
  17. Joëlle Gleize et Philippe Roussin, « La Bibliothèque de la Pléiade : travail éditorial et valeur littéraire », Archives contemporaines,‎ , p. 64 (lire en ligne).
  18. Matricule des anges, Paris, Centre national du livre, , chap. 69-78, p. 173.

Annexes[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Louis Courier, statue en pierre, à l’hôtel de ville de Paris par Édouard Houssin v. 1882.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sainte Beuve, Causeries du lundi, Paris, Garnier, 1876.
  • Robert Gaschet, La Jeunesse de Paul-Louis Courier : étude anecdotique et critique sur sa vie et ses oeuvres de 1772 à 1812 d’après des documents inédits, Paris, Hachette, , 518 p. (lire en ligne).
  • Robert Gaschet, Paul-Louis Courier et la Restauration, Paris, Hachette, , 278 p. (lire en ligne).
  • André Lelarge, Paul-Louis Courier, Parisien : Origine et fortune de sa famille, l’attentat du Duc d’Olonne, la naissance et l’enfance de Paul-Louis, recherches sur sa maison natale et ses domiciles à Paris. Lettres et documents inédits suivis d’un essai bibliographique, Paris, Presses universitaires de France, , 307 p. (OCLC 496048481, lire en ligne), p. 122-217.
  • Jean Guillon, Paul-Louis Courier : Pamphlets politiques choisis, Paris, Éditions sociales, coll. « Les Classiques du peuple », , 256 p., in-8° (lire en ligne).
  • Louis Desternes, Paul-Louis Courier et les Bourbons. Le pamphlet et l’histoire, Les Cahiers bourbonnais, 1962.
  • Geneviève Viollet-le-Duc, Correspondance générale de Paul-Louis Courier, présentée et annotée par G. Viollet-le-Duc, tome 1 : (1787-1807), 1976 et tome 2 : (1808-1814), Paris, Klincksieck 1978 ; tome 3 (1815-1825), Paris, Nizet, 1985.
  • Jean-Pierre Lautman, Paul-Louis Courier : ou la plume indomptée, Paris, C.L.D., , 335 p. (ISBN 978-2-85443-388-3, lire en ligne), p. 18.
  • Michel Crouzet, Paul-Louis Courier, une écriture du défi : tous les pamphlets, Paris, Kimé, coll. « Détours littéraires », , 474 p., 1 vol. 21 cm (ISBN 978-2-84174-425-1, OCLC 421914576, lire en ligne).
  • Alain Dejammet, Paul-Louis Courier, Paris, Fayard, coll. « Vies », , 683 p., 1 vol. 25 cm (ISBN 978-2-21364-338-0, OCLC 470898047, lire en ligne).

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]



Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :