Paul-Frédéric Rollet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rollet.
Paul-Frédéric Rollet
Image illustrative de l'article Paul-Frédéric Rollet

Surnom Père de la Légion
Naissance
Auxerre, dans l’Yonne (France)
Décès (à 65 ans)
Paris (France)
Origine Drapeau de la France France
Arme Légion étrangère
Grade général
Années de service 1894-1935
Commandement RMLE
1er Régiment étranger
Légion étrangère
Conflits Première Guerre mondiale
Faits d'armes Bataille de la ligne Hindenburg
Distinctions Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
Autres fonctions Inspecteur de la Légion étrangère
Légion d'honneur française

Paul-Frédéric Rollet (né le à Auxerre et décédé le à Paris) est un général français. Il est connu pour avoir été le premier inspecteur de la Légion étrangère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-Paul-Frédéric Rollet (1846-1905, polytechnicien, qui devint général) et d'Elisa Dezoteux.

Il descend du Doyen Claude-Étienne Delvincourt, et est un cousin germain du Doyen Étienne Patte).

Né à Auxerre, dans l’Yonne (France), où son père servait comme officier au 46e régiment d'infanterie de ligne, il est admis à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1894.

Après de brillantes études, il est affecté au 91e Régiment d'Infanterie à Mézières. Il rejoint ensuite le 1er Régiment Etranger à Sidi-Bel-Abbès (Algérie).

Il sert d’abord en Algérie (1899-1902) puis à Madagascar (1902-1905), avant de revenir en Algérie (1905-1909). Promu capitaine en mars 1909, il commande la 3e compagnie montée du 1er bataillon de marche du 2e REI de 1909 à 1914.

Mais la Première Guerre mondiale éclate alors qu'il est en congé en France. Comme il veut absolument être au front, il se fait affecter au 31e Régiment d'Infanterie, puis au 331e Régiment d'Infanterie. Blessé deux fois, il est promu temporairement chef de bataillon, grâce à l'appui du général Gouraud. Après plusieurs victoires, il deviendra chef de bataillon à titre définitif.

Le , il retrouve la Légion étrangère et prend le commandement du Régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE) comme lieutenant-colonel.

Sous son commandement, le régiment se couvrira de gloire lors des combats de Hangard-en-Santerre, de la Montagne de Paris, puis en perçant la ligne Hindenburg, combat qui deviendra la fête du 3e REI, régiment héritier des traditions du RMLE. Le drapeau du régiment est alors décoré de quatre nouvelles citations (il en avait déjà cinq) ainsi que de la fourragère double, aux couleurs de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre.

À la fin de la guerre 1914-1918, il participe à la pacification du Maroc avec son régiment devenu le 3e Régiment Etranger d’Infanterie.

Paul-Frédéric Rollet est alors promu colonel. En 1925, il prend le commandement du 1er Régiment Etranger à Sidi-Bel-Abbès. Il y restera jusqu’à l'organisation des fêtes du « Centenaire »[1], le 30 avril 1931.

C'est qu'il prend le commandement de l'Inspection de la Légion étrangère, poste créé tout spécialement à son intention.

Après plusieurs années de combat, et de victoires, il prend sa retraite le Il aura effectué 41 années de service militaire, dont 33 ans à la Légion.

Il a consacré les dernières années de sa carrière à l’organisation de la Légion étrangère moderne et à la réalisation d’une œuvre sociale considérable au profit des légionnaires d’active, comme des anciens. Il poursuivra son action sociale après avoir quitté le service actif.

Il meurt à Paris, le .

Paul-Frédéric Rollet fut une figure légendaire de la Légion étrangère, grâce à ses qualités de chef, mais aussi de soldat, d'homme de caractère et de cœur. Il est encore surnommé "Père de la Légion". Ce titre reflètera son implication dans l'organisation des unités, ainsi que l'amour qu'il donnait à ses hommes.

Décorations[2][modifier | modifier le code]

Grand officier de la Légion d'honneur Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs Croix du combattant
Chevalier de l'Ordre du mérite agricole Médaille coloniale Médaille commémorative de la grande guerre Médaille interalliée
Médaille commémorative de la bataille de la Somme Médaille commémorative de la bataille de Verdun Médaille commémorative du Maroc Grand officier de l'ordre du Nichan Iftikhar
Ordre du prince Danilo

Liste des décorations[modifier | modifier le code]

Ordres et médailles français

Ordres et médailles étrangers

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Soulié, Le général Paul-Frédéric Rollet, Éditions Italiques, Triel-sur-Seine ; Légion étrangère, Société des amis du Musée, Marseille, 2007 (1re éd. 2001), 735 p. (ISBN 9782910536770)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ces cérémonies commémoraient le centenaire de la création de la Légion étrangère, en 1831, mais furent célébrées le jour anniversaire du combat de Camerone
  2. P.-F. Rollet sur le site phaléristique