Paul-Eugène Lequeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul-Eugène Lequeux
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Paul-Eugène Lequeux est un architecte français, né à Paris le , mort au Mont-Saint-Michel le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné de Jean-Louis Lequeux (ca.1760-1826), huissier de justice, et de Françoise Geneviève Maupin (ca.1775-1815), il aura une sœur en 1810, prénommée Adélaïde Adeline qui épousera en 1833 Victor Baltard (1805-1874) architecte. Il entre à l'École des beaux-arts de Paris et devient l'élève d'Auguste Guenepin (1780-1842) et de Louis-Pierre Baltard, il a obtenu le prix de Rome en 1834 sur le sujet de concours : un athénée. S'étant marié en 1833 avec Constance, fille de son professeur, sœur de Victor Baltard, pour ne pas quitter Paris, il décide de ne pas aller à la villa Médicis pour passer les cinq années réglementaires.

Il est nommé à la sortie de l'école architecte du département de la Seine, spécialement chargé de l'arrondissement de Saint-Denis.

Le , il est fait chevalier de la Légion d'honneur[2]. Il est le père de neuf enfants[3]:

  • Isabelle Lequeux (1834-1911)
  • Louise Lequeux (1839-1915)
  • Geneviève Lequeux (1841-1926)
  • Jacques-Paul Lequeux (1846-1907), architecte,
  • Gabrielle Lequeux (1847-1917)
  • Paul Lequeux (1850-1918)
  • André Lequeux (1852-1902), consul de France au Japon, puis à Londres[4]
  • Louis-Charles-Guillaume Lequeux (1852-?), architecte, élève de Gabriel Davioud (1824-1881).

Principaux édifices[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Ces édifices ne sont pas d'une grande originalité mais ils répondent parfaitement aux conditions exigées par leur destination.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Du Bois, Les architectes par leurs œuvres (tome III - Classiques et Romantiques), Elibron Classics, 2006 (ISBN 978-0-543-95111-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès, Archives départementales de la Manche
  2. « Cote LH/1601/52 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  3. Geneanet, généalogie par Alain Garric
  4. Auteur d'un livre: Le Théâtre japonais, 1889, Hachette 2018