Paul-Émile Boutigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul-Émile Boutigny
Paul-Emile Boutigny photo.jpg

Photoportrait (1896) par Wilhelm Benque.

Naissance
Décès
Nationalité
Français Drapeau de la France
Activité
Peintre, illustrateur
Formation
Maître
Distinction

Paul-Émile Boutigny, né le à Paris où il est mort le , est un peintre, illustrateur et directeur de publication français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-Émile est le fils de Clothilde-Sophie Boutigny, couturière rue Coq-Héron, et d'un père non nommé. Sa mère s'en va vivre à Arras où il passe toute sa jeunesse. Plus tard, il s'installera à Wissant près de sa mère et y aura un atelier[1]. En 1883, il est déclaré définitivement adopté par sa mère[2].

Il entre à l'école des Beaux-Arts et est l'élève d'Alexandre Cabanel[3].

Membre de la Société des artistes français, il expose au Salon régulièrement à partir de 1876 et est médaillé d'argent à l'exposition universelle de 1889 et à celle de 1900. Sa toile Surprise dans un village, Bonaparte en Italie fut exposée à Chicago en 1893.

Peintre d'histoire principalement militaire, auteur de quelques portraits de personnalités et de paysages — rares mais d'une excellente facture —[1], il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1898 avec comme parrain Fernand Cormon[2].

Il est aussi le créateur en 1898 de la revue satirique, artistique et littéraire Cocorico qu'il fonde avec l'aide d'Alfons Mucha[4] qui défend l'Art nouveau (publiée entre le 31 décembre 1898 et le 1er mai 1902, 63 numéros au total, le deuxième numéro porte la mention « 2e année »)[5].

Il continue d'exposer après la Première Guerre mondiale, jusqu'à son décès en 1929.

Il a illustré les Chants du soldat (1888) de Paul Déroulède[3], ainsi que la collection « Héros de France » de Théodore Cahu ; ses toiles ont été gravées et reproduites de son temps par Goupil, entre autres.

Outre Wissant, son atelier parisien se situait 56 rue Nollet[2].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Henri de La Rochejaquelein au combat de Cholet (1899).

Le musée des beaux-arts d'Arras possède une quinzaine d'œuvres (toiles et dessins) de Boutigny[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]