Paul-Émile Botta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Botta.
Charles-Émile Callande de Champmartin (1797-1883), Paul-Émile Botta, orientaliste (1840), Paris, musée du Louvre[1].

Paul-Émile Botta, né le à Turin Italie et mort le à Achères (Yvelines)[2], est un diplomate, archéologue et entomologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-Émile Botta est le fils de Carlo Giuseppe Guglielmo Botta, médecin militaire dans l'armée de Bonaparte, puis enseignant en médecine à Rouen à partir de 1820. Paul-Émile Botta nait en décembre 1802 à Turin, peu après l'annexion du Piémont par la France le 11 septembre 1802. Il étudie la médecine à Rouen puis à Paris. En avril 1826 au Havre, il embarque à bord du Héros, voilier commandé par le capitaine Auguste Duhaut-Cilly. Il sert comme naturaliste et médecin de bord, quoiqu'il n'ait pas encore son diplôme, et fait le tour du monde, revenant au Havre en juillet 1829. Il passe sa thèse de doctorat le 5 janvier 1830.

Paul-Émile Botta se destine d'abord à une carrière diplomatique. Son premier poste diplomatique le conduit à Alexandrie en Égypte[3]. En 1837, il est envoyé par le Muséum d'histoire naturelle de Paris collecter les produits naturels de la côte d'Arabie et du Yémen. Ses notes sont publiées à Paris en 1841[4].

En 1842, il est nommé consul à Mossoul, poste créé par Louis-Philippe pour Émile Botta. Ce dernier qui avait une bonne connaissance des textes de la Bible, beaucoup de curiosité et la volonté de connaître les civilisations anciennes, cherchait Ninive et Babylone. C'est de 1843 à 1844 qu'il découvre à Khorsabad, sur la rive orientale du Tigre, l'angle du palais de Sargon II, qu'il croit être des ruines de Ninive. Dirigeant trois cent ouvriers, il dégage 14 salles et trois cours[5]. Les sculptures et les reliefs les mieux conservés découverts sur ce site furent chargés sur des radeaux et acheminés sur le Tigre jusqu'à Bassorah, puis au Havre en bateau, pour créer à Paris en 1847 le premier musée assyrien d'Europe. Ils sont aujourd'hui conservés au musée du Louvre. En l'absence de photographie, le relevé des fouilles a été fait par le peintre et dessinateur Eugène Flandin[6] qui publie en 1849 Les Monuments de Ninive. De 1852 à 1855, Victor Place, successeur de Botta sur les fouilles de Khorsabad, achève le dégagement du palais de Sargon[7].

En 1848, Botta est nommé consul à Jérusalem en Palestine[8]. Les motifs d'amertume s'accumulent : sa suggestion de fouilles à Saïda et à Sour, les anciennes Sidon et Tyr, reste sans écho[9] ; la publication de ses manuscrits de fouilles, contenant des textes en cunéiforme, traîne en longueur[10]. Un abus de confiance lui fait perdre ses rentes[11]. Envoyé en 1854 à Constantinople pour demander le transfert des Grecs orthodoxes aux Latins de la garde du Saint-Sépulcre, il échoue dans cette négociation face à l'influence russe[10]. Subissant « l'hostilité des uns et l'ingratitude des autres », il est affecté en juin 1855 à Tripoli de Barbarie (aujourd'hui capitale de la Libye)[12]. En 1868, il est promu à Tripoli commandeur de la Légion d'honneur[13].

Paul-Émile Botta décède le 31 mars 1870 et est inhumé à Achères (Yvelines). Sa tombe a depuis disparu après la construction du monument aux morts de la commune[14].

Une rue de Jérusalem-ouest à son nom a été inaugurée le 29 octobre 1948 à l'occasion du centenaire de la prise de poste de Botta comme consul[8], on y trouve le consulat général de France à Jérusalem[15].

Gustave Flaubert dressa de Paul-Émile Botta un portrait très critique : « Dîner chez Botta. Homme en ruines, homme de ruines. Nie tout et m'a l'air de tout haïr. [] Il apprend maintenant le piano et avoue qu'il n'est pas un creuseur. Fatigué de tentatives (sa vie en est un tissu : médecin, naturaliste, archéologue, consul), il essaye de celle-là[12] ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • De l'usage de fumer l'opium. (Cand. Paul-Emile Botta), In-4 ° Pièce, Voyez tome 8, page 257. Paris, 1829, Édition : Paris , 23 novembre 1829
  • Lettres de M. Botta sur ses découvertes à Khorsabad, près de Minire, publiées par M. J. Mohl,..., Extrait au "Journal asiatique", 1843-1845, Édition : Paris, Impr. royale , 1845. In-8°, XII-72 p., pl.
  • Lettres... sur ses découvertes à Khorsahad..., In-8°, Édition : Paris , 1845
  • Monument de Ninive découvert et décrit par M. P-E. Botta, mesuré et dessiné par M. E. Flandin... Tome V. Texte, Gr. In-fol., XI-361 p., Édition : Paris : Imprimerie Nationale , 1850
  • Relation d'un voyage dans l'Yémen, entrepris en 1837 pour le Muséum d'histoire naturelle de Paris, par Paul-Émile Botta, précédée d'une notice sur l'auteur par Ch. Levavasseur,..., In-8° , 172 p., portr., Édition : Paris : E. de Soye et fils , 1880

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paul-Emile Botta, orientaliste », notice sur photo.rmn.fr.
  2. Compte rendu de la séance du 8 avril 1870 de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 55
  3. Arkéo Junior, no 163, mai 2009.
  4. Radt Charlotte, « Contribution à l'histoire ethnobotanique d'une plante stimulante : le Kat. Le Kat au Yemen (Note Préliminaire) », Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, vol. 16, n°2-5, Février-mars-avril-mai 1969, p. 234-235 et 239lire en ligne
  5. Parrot 1946, p. 173
  6. Parrot 1946, p. 174-175
  7. Parrot 1946, p. 175
  8. a et b Dussaud et Parrot 1949, p. 395
  9. Parrot 1946, p. 181
  10. a et b Parrot 1946, p. 182
  11. Parrot 1946, p. 183
  12. a et b Parrot et Neuville 1950, p. 374
  13. a, b et c Base Léonore, dossier LH/302/51 [1]
  14. Parrot 1946, p. 184
  15. « Coordonnées - Consulat Général de France à Jérusalem », (consulté le 14 mars 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renan, « Annonce du décès de M. Paul Émile Botta, correspondant de l'académie », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 14ᵉ année,‎ (lire en ligne)
  • André Parrot, « Centenaire de la fondation du "Musée Assyrien", au Musée du Louvre », Syria, t. 25, no 3-4,‎ , p. 173-184 (lire en ligne)
  • René Dussaud et André Parrot, « Nouvelles archéologiques », Syria, t. 26, no 3-4,‎ , p. 388-395 (lire en ligne)
  • André Parrot et René Neuville, « Heurs et malheurs des Consuls de France à Jérusalem aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles », Syria, t. 27, no 3-4,‎ , p. 373-374 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :