Patrick van Rensburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrick van Rensburg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Nationalités
Activités
Diplomate, homme politique, pédagogue, pédagogue socialeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Patrick van Rensburg est un diplomate sud-africain et ancien activiste anti-apartheid, né le à Durban, en Afrique du Sud et mort le à Serowe au Botswana[1].

Il a fondé le Mouvement de Brigades au Botswana et la Fondation pour l'Éducation et la Production qui est active en Afrique du Sud, Botswana et Zimbabwe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ses parents se sont séparés quand il était jeune et il a été élevé par sa grand-mère sud-africaine et son mari français. La famille parlait anglais à la maison et était catholique : ce qui est une différence notoire dans l'Afrique du Sud traditionnelle. Il a suivi les cours du St. Henry's Marist Brothers' College et de l'école Glenwood. Il a trois enfants Mothusi van Rensburg, Thomas van Rensburg et Joanna Forbes.

Van Rensburg fut le vice-consul sud-africain au Congo belge (maintenant la République démocratique du Congo) de février 1956 à mai 1957, quand il a démissionné en signe de protestation contre la politique de l'apartheid. Il a rejoint le Parti libéral (Afrique du Sud), en devenant le secrétaire pour la province du Transvaal en septembre 1958[2].

En 1959, il a émigré au Royaume-Uni, où il a presque immédiatement commencé à aider dans l'organisation de la campagne de boycott des marchandises sud-africaines dans le Royaume-Uni et les Pays-Bas. D'autres l'ont suivi tels Julius Nyerere, Trevor Huddleston, Canon John Collins et Tennyson Makiwane. Ce mouvement de boycottage est bientôt devenu le Mouvement Anti-Apartheid britannique. Van Rensburg a été diffamé par les Sud-Africains pour sa participation dans la campagne et quand il est revenu en Afrique du Sud en 1960, son passeport lui a été confisqué et, après les meurtres de Sharpeville, il a été forcé de fuir au Swaziland.

Après une brève période en Grande-Bretagne, où il a écrit et a publié Guilty Land, Patrick van Rensburg a choisi de résider au Botswana, dont il est devenu citoyen en 1973. Dans le milieu des années 1980, Patrick van Rensburg a relancé le journal Mmegi ; ce fut une réussite, il est aujourd'hui un quotidien national. Depuis 1990, il est revenu en Afrique du Sud, où il a été actif dans la propagation du concept Éducation et Production.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Patrick van Rensburg est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 1981, « pour le développement de modèles éducatifs dans le tiers-monde.  ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick van Rensburg, Guilty Land., Uppsala, Penguin, (ASIN B0000CL9AT)
  • (en) Patrick van Rensburg, Report from Swaneng Hill., London, Dag Hammarskjold Foundation, (ISBN 91-85214-01-9)
  • (en) Patrick van Rensburg, The Serowe brigades: Alternative education in Botswana., Macmillan for the Bernard van Leer Foundation, (ISBN 0-333-23594-0)
  • (en) Patrick van Rensburg et Andrew Boyd, Atlas of African Affairs., London, Methuen, (ISBN 0-416-64770-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  • Autres sources
  1. (en) « Van Rensburg, founder of Mmegi dies », sur Mmegi, (consulté le 24 mai 2017)
  2. (en) [1], sur rightlivelihood.org

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geseko von Lüpke et Peter Erlenwein, "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, Sète, La Plage, , 213 p. (ISBN 978-2842211912)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites en français[modifier | modifier le code]

Sites étrangers[modifier | modifier le code]