Patrick Weil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weil.
Patrick Weil
Patrick Weil.jpg
Patrick Weil en 2012.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Distinction

Patrick Weil, né le , est un politologue français.

Marqué à gauche, il s'engage à de multiples reprises en faveur des droits des immigrés, étant membre du Haut Conseil à l'intégration (1996-2002), puis de la commission Stasi (1998-2004).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive[1], ancien élève de l'ESSEC, docteur en science politique de l'IEP de Paris (1988)[2], puis directeur de recherche au CNRS, rattaché au Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l'université de Paris I[réf. nécessaire], il travaille sur l'histoire de l'immigration en France.

Il a exercé la fonction de chef de cabinet du secrétariat d'État aux immigrés en 1981 et 1982[3] et a été membre du Parti socialiste jusqu'en 1985[4]. Il intervient depuis régulièrement dans le débat public sur les questions d'immigration[5].

Depuis plusieurs années, il intervient en qualité de Visiting Professor[6] au sein de la Yale Law School.

Prises de position, expertise et activités militantes[modifier | modifier le code]

Prises de positions politiques et militantes[modifier | modifier le code]

Il appuie en 2003 l'interdiction du port du voile dans les écoles en France en tant que membre de la commission Stasi[7].

Lors de l'élection présidentielle de 2007, il participe à un appel soutenant la candidate du PS, Ségolène Royal[8] dès le premier tour.

En 2012, il dirige un ouvrage collectif intitulé 80 propositions qui ne coûtent pas 80 milliards visant à faire des propositions pour "réduire la dette, assurer une meilleure participation des citoyens à la politique et renforcer l'égalité"[9].

En 2013, il publie une tribune pour défendre le cumul des mandats, car, selon lui, « la principale conséquence de l'interdiction faite aux parlementaires de cumuler des mandats exécutifs locaux serait de renforcer encore les pouvoirs du président de la République »[10]. Il défend aussi cette position avec deux professeurs de droit, Pierre Avril, Olivier Beaud, et un professeur de sciences politiques, Laurent Bouvet[11].

Le 3 juin 2014, il signe une tribune dans Le Monde dans laquelle il soutient qu'Edward Snowden a droit à l'asile constitutionnel en France, en raison du combat pour la liberté que ce dernier aurait mené[12].

Expertise et commissions[modifier | modifier le code]

En 1997, le Premier ministre socialiste Lionel Jospin lui confie la mission d'étudier une réforme des législations sur la nationalité et l'immigration[13]. Dans son rapport, la « mission Weil »[14] rappelle le débat qui, au cours du dix-neuvième siècle, a donné naissance à la « tradition républicaine » du droit du sol et présente l'évolution de la législation de la nationalité de 1889 à 1993. Après un état des lieux critique des réformes entreprises par le gouvernement Balladur, il propose une réforme de la législation sur la nationalité et sur l'immigration. Le gouvernement adopte par la suite la loi « Guigou » du 16 mars 1998 relative à la nationalité et la loi « Chevènement » (ou loi RESEDA) du 11 mai 1998, relative à l'immigration[15].

Il a été membre du Haut Conseil à l'intégration (1996-2002), affecté à son groupe statistique (qui a préfiguré l'Observatoire des statistiques de l'immigration et de l'intégration)[réf. nécessaire] puis de la commission Stasi, composée de 20 membres, et ayant débouché sur la loi portant interdiction du voile dans les établissements scolaires publics (décembre 2003).

Débats éducatifs[modifier | modifier le code]

Il défend la modification du système des grandes écoles par l'instauration d'un système de recrutement des étudiants utilisé au Texas : l'instauration d'une admission de droit dans ces grandes écoles pour les 10 % des lycéens les mieux placés dans les résultats du baccalauréat[16].

Depuis sa création en décembre 2006, il est à l'initiative de Bibliothèques Sans Frontières dont il est le président[17]. Cette ONG française, à but non lucratif, est également présente en Belgique, au Mexique, aux États-Unis et au Portugal. Elle vise à faciliter l'accès au savoir dans les pays en voie de développement par l’appui au développement des fonds des bibliothèques, des écoles et des universités, la formation de documentalistes, l’informatisation de centres documentaires et la structuration de réseaux de bibliothèques.

Débats sur l'immigration et l'intégration[modifier | modifier le code]

Lorsque Nicolas Sarkozy annonce en 2005, lors d'une convention de l'UMP, sa volonté de fonder une « nouvelle politique de l'immigration » fondée sur la distinction entre immigration « choisie » et immigration « subie » et avec la mise en œuvre d'un système de « quotas » d'immigrés, Patrick Weil critique sévèrement ces propositions du ministre de l'intérieur dans un entretien accordé au journal Le Monde[18]. Le ministre de l'Intérieur répond alors publiquement à sa critique et l'échange épistolaire est publié dans Le Monde du 13 juillet 2005[19]. S'en suivront plusieurs échanges de lettres entre le chercheur et le ministre[20].

Le 18 mai 2007, il démissionne des instances de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration avec sept autres chercheurs pour protester contre l'instauration par Nicolas Sarkozy du ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale[21].

Alors qu'Éric Besson est devenu ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, en remplacement de Brice Hortefeux, il initie une pétition[22], avec Alexis Spire et Caroline Douki pour protester contre une réforme donnant la compétence aux préfectures pour refuser les naturalisations à la place de la sous-direction de l'accès à la nationalité française du ministère, compte tenu du risque d'inégalité de traitement. À ses yeux, cette réforme constitue « la manifestation la plus exemplaire de cette politique de “l'identité nationale” » et « risque d'abus et de favoritisme politique » et même de favoriser une sélection des dossiers sur la base des origines ethniques[23].

Il se montre aussi critique à l'égard des politiques menée par ce ministère particulièrement lors du « grand débat » sur l'identité nationale[24] ou encore le projet, annoncé lors du discours de Grenoble par Nicolas Sarkozy, de développer dans le projet de « loi Besson » les cas de déchéance de la nationalité française[25].

Il s'oppose aussi à une proposition du Premier ministre François Fillon de revenir sur la « loi Guigou » de 1998 d'acquisition automatique à la nationalité française à 18 ans pour les jeunes nés en France de parents étrangers en remettant en place « l'idée de Charles Pasqua[26] de demander aux jeunes nés en France de parents étrangers de choisir formellement la nationalité française à 18 ans, et ce, lors d'une cérémonie »[27].

En août 2013, réagissant à une déclaration du ministre de l'Intérieur Manuel Valls lors du séminaire gouvernemental consacré à la France de 2025 estimant que le regroupement familial, particulièrement des Africains, allait « poser un problème », Patrick Weil estime :

« Vous savez combien il y a de personnes qui bénéficient du regroupement familial tous les ans en France ? 16 000 personnes. On était à 80 000, il y a trente ans. On est en baisse depuis des années. Ça n’est plus un problème, le regroupement familial. C’est un faux problème. Et c’est vraiment regrettable que monsieur Valls l’ait relancé[28]. »

Travaux[modifier | modifier le code]

Après la traduction en langue anglaise de Qu'est-ce qu'un Français?[29] et la publication de plusieurs articles dans des revues américaines[30], il a publié en 2012 une recherche sur l'histoire des dénaturalisations aux États-Unis sous le titre The Sovereign Citizen: Denaturalization and the Origins of the American Republic[31]. Dans le prolongement de ses travaux sur les dénaturalisations en France, il aborde un pan peu connu de l'histoire de la nationalité aux États-unis en éclairant, selon Nicolas Barreyre, certes un phénomène « marginal » mais en démontrant « de façon saisissante comment s’est construite la stabilité juridique de la citoyenneté »[32].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Il a reçu en 1992 le prix de thèse de l'Assemblée nationale pour son ouvrage La France et ses étrangers[33], issu de sa thèse de doctorat[34].

Il est chevalier de la Légion d'honneur[Depuis quand ?].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Costa-Lascoux et Patrick Weil, Logiques d’états et immigrations, Paris, Kimé, coll. « Histoire des idées, théorie politique et recherches en sciences sociales », 1992, 298 p. (ISBN 978-2908212129)
  • La France et ses étrangers. L'aventure d'une politique de l'immigration de 1938 à nos jours, Paris, Calmann-Lévy, 1991, 403 pages ; nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Gallimard, « Folio », 1995, 403 pages ; nouvelle édition refondue, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2005, 579 p. (ISBN 978-2070411955)
  • Mission d'étude des législations de la nationalité et de l'immigration : Des conditions d'application du principe du droit du sol pour l'attribution de […] politique de l'immigration juste et efficace, Paris, La Documentation Française, coll. « Rapports officiels », 1997, 175 p. (ISBN 978-2110038517)
  • Patrick Weil et Randal Hansen, Nationalité et citoyenneté en Europe, Paris, La Découverte, 1998, 330 p. (ISBN 978-2707131409) ; traduction : Towards a European Nationality. Citizenship, Immigration and Nationality Law in the EU, Houndmills : Macmillan, décembre 2000
  • Patrick Weil et Randall Hansen, Dual Nationality. Social Rights and Federal Citizenship in the U.S. and in Europe. The Reinvention of Citizenship, New York, Oxford, Berghan Press, 2002 (en codirection avec Randall Hansen)
  • Patrick Weil, Andreas Fahrmeir, Olivier Faron, From Europe to North America, Migration Control in the Nineteenth Century, The Evolution of States Practices in Europe and the United States from the French Revolution to the Inter-War Period, New York/London, Berghahn Books, 2003
  • Marie-Claude Blanc-Chaléard, Stéphane Dufoix et Patrick Weil, L’Étranger en questions du Moyen Âge à l'an 2000, Paris, Le Manuscrit, 2005, 532 p. (ISBN 978-2748159844)
  • Patrick Weil (dir.), Stéphane Dufoix, (dir.) et coll., L'Esclavage, la colonisation, et après…, Paris, PUF, coll. « Hors collection », 2005, 628 p. (ISBN 978-2130543701)
  • Qu'est-ce qu'un Français ? : Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Gallimard, 2002 (rééd. revue et augmentée, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2005, 646 p. (ISBN 978-2070426577) traduit How to be French? Nationality in the Making since 1789, Duke University Press, 2008 (traduction par Catherine Porter),
  • Patrick Weil, Rémi Fabre, Guillaume Tronchet et Laurent Joly, Politiques de la laïcité au XXe siècle, Paris, PUF, 2007, 631 p. (ISBN 978-2130559009)
  • Liberté, égalité, discriminations : L'identité nationale au regard de l'histoire, Paris, Grasset, 2008, 205 p. (ISBN 978-2246646815)
  • La République et sa diversité : Immigration, intégration, discrimination, Paris, Le Seuil, coll. « La république des idées », 2005, 111 p. (ISBN 978-2020693776)
  • Être français, les quatre piliers de la nationalité, La Tour d'Aigues, France, L'Aube, coll. « L'urgence de comprendre », 2011, 35 p. (ISBN 978-2815901970)
  • 80 propositions qui ne coûtent pas 80 milliards, Paris, Grasset, coll. « Essais français », 2012, 336 p. (ISBN 978-2246790914)
  • (en) The Sovereign Citizen: Denaturalization and the Origins of the American Republic, Penn Press, Nov. 1, 2012
  • Patrick Weil, Nicolas Truong, Le sens de la République, , 180 p. (ISBN 9782246858225)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Segré, « Les dits et non dits au sujet des juifs et des arabes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  2. http://www.theses.fr/1988IEPP0018.
  3. Voir le fonds d'archives, qui traite de la politique d'immigration en France de 1981 à 1986 et plus particulièrement sous le ministère de Georgina Dufoix, qu'il a remis aux Archives de la Fondation nationale des sciences politiques [1]
  4. Cf. Ripostes, nº 304, 9 septembre 2007.
  5. Voir par exemple en 1993 une intervention télévisée sur la réforme du statut des étrangers en France par Charles Pasqua, archives de l'INA.
  6. Voir sur sa page personnelle sur le site de la Yale Law School.
  7. « La situation permet donc de protéger les enfants des fondamentalistes, sans compromettre les liens familiaux, religieux ou de bon voisinage » in Lever le voile, article de Patrick Weil, publié dans la revue Esprit en janvier 2005, pp.45-53. Il avait au cours des discussions au sein de la commission Stasi évoqué une interdiction partielle du port du voile, en faisant la distinction entre salles de classe et cour de récréation.
  8. « Un appel d'intellectuels pour Ségolène Royal ».
  9. Voir son entretien vidéo en anglais sur France 24 par Marc Perelman en février 2012.
  10. Patrick Weil, « Il faut cumuler les mandats politiques ! », Le Monde, 19 février 2013.
  11. « Non-cumul des mandats : la mise en garde de quatre universitaires », Le Monde.fr avec AFP, 25 mars 2013. Voir leur tribune en PDF du 20 mars 2013 sur le site Acteurs publics - « Un plaidoyer pour le cumul des mandats », Acteurs publics, 25 mars 2013. Voir aussi Patrick Weil, « Le cumul des mandats, pour sauvegarder la République ? », Huffington post, 6 mars 2013. Voir la réponse de trois professeurs de sciences politiques: Bastien François, Olivier Nay, Frédéric Sawicki, « En finir avec les cumulards et l'aristocratie parlementaire », Le Monde, 29 mars 2013.
  12. Voir sur lemonde.fr.
  13. Voir la lettre de mission du 1er juillet 1997 Voir sur ladocumentationfrancaise.fr.
  14. Étaient membres de cette mission : Sandra Lagumina, auditeur au Conseil d'État ; Hélène Rauline, juge d'instance au tribunal de Pontoise ; Michel Dejaegher, secrétaire des affaires étrangères ; Laurent Dubois, doctorant en histoire à l'université du Michigan ; Alexandre Gohier Del Re, inspecteur de l'administration Jérôme Guedj, inspecteur des affaires sociales ; Mattias Guyomar, auditeur au Conseil d'État ; Jean-Claude Monod, agrégé de philosophie ; Thomas Piketty, économiste, chercheur au CNRS ; Nicolas Revel, conseiller référendaire à la Cour des comptes ; Rémy Schwartz, maître des requêtes au Conseil d'État ; Maryse Lescault, magistrate à la cour d'appel de Paris ; Ronny Abraham, maître des requêtes au Conseil d'État ; Yves Carcenac, inspecteur général des affaires sociales ; Stéphane Hessel, ambassadeur de France ; Bernard Hagelsteen, préfet ; Gérard Moreau, conseiller-maître à la Cour des comptes
  15. Patrick Weil, Mission d'étude des législations de la nationalité et de l'immigration : rapports au Premier ministre, La Documentation française, Collection des rapports officiels, décembre 1997, 176 pages.
    Voir aussi son intervention au journal télévisé de France 2 du 31 juillet 1997, archives INA et la remise du rapport à Lionel Jospin dans un reportage du même jour.
  16. Patrick Weil, La République et sa diversité : Immigration, intégration, discrimination, Le Seuil, 2005, p. 94 à 97.
  17. Voir sur le site de l'association et son intervention au Grand journal de BFM TV du 23 août 2013.
  18. « La méthode des quotas est la plus mauvaise qui soit », Entretien réalisé par Laetitia Van Eeckhout, Le Monde, 12 juin 2005 [2]
  19. Echange épistolaire avec Nicolas Sarkozy publié dans Le Monde du 13 juillet 2005.
  20. Réponse adressée à M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, le 24 février 2006 à un courrier du 13 février 2006 (publiée par la revue Esprit, « Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy sur sa politique d'immigration », mai 2006, pp. 79-88). Réponse adressée à M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, le 25 mars 2006, à un courrier du 16 mars 2006. Échange épistolaire avec Nicolas Sarkozy (31 août 2006-11 septembre 2006) publié sur le site du journal Sud-Ouest le 17 septembre 2006 : « Lettre du 31 août 2006 » et « Lettre du 11 septembre 2006 ». Voir aussi « 50 % d'immigration économique, c'est mission impossible », Le Monde, 7 juillet 2007. « Le dessous des chiffres », Le Monde, 14 janvier 2009.
  21. Critique envers la politique de Nicolas Sarkozy, il indique cependant dans l'émission Ripostes du 9 septembre 2007, qu'il avait travaillé avec le cabinet de Sarkozy lorsque celui-ci était ministre de l'intérieur - il y juge notamment que Nicolas Sarkozy avait mené dans ses premières années au ministère « une politique relativement équilibrée de l'immigration ».
  22. Naturalisations : non à l’arbitraire ! (pétition)
  23. « Politique d'immigration : le dessous des chiffres », Le Monde, 14 janvier 2009
  24. En décembre 2009, il fait partie des vingt chercheurs à exiger dans un appel la suppression du ministère l'immigration et de l'identité nationale, « ce rapt nationaliste de l’idée de nation, les idéaux universalistes qui sont au fondement de notre République » (« Nous exigeons la suppression du ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration », Libération, 4 décembre 2009). Les autres signataires de cet appel sont Michel Agier, Etienne Balibar, Marie-Claude Blanc-Chaléard, Luc Boltanski, Marcel Detienne, Eric Fassin, Michel Feher, Françoise Héritier, Daniel Kunth, Laurent Mucchielli, Pap Ndiaye, Gérard Noiriel, Mathieu Potte-Bonneville, Richard Rechtman, Serge Slama, Emmanuel Terray, Tzvetan Todorov, Paul Virilio, Sophie Wahnich
  25. « Il y a toujours eu un lien entre la situation économique et les tensions sur la question de la présence des immigrés », TV5 Monde, 29 septembre 2010.
  26. L'idée a été concrétisée dans la « loi Méhaignerie » nº 93-933 du 22 juillet 1993.
  27. Patrick Weil : « Sécuriser les deuxièmes générations d'immigrants », Le Point, 28 août 2012.
  28. Patrick Weil : « Le regroupement familial, ce n'est plus un problème », entretien avec Par Chantal Lorho, AFP via RFI, 21 août 2013.
  29. How to be French? Nationality in the Making since 1789, Duke University Press, 2008.
  30. Patrick Weil, « Races at the Gate : Racial Distinctions in Immigration Policy : A Comparison between France and the United States », in From Europe to North America, Migration Control in the Nineteenth Century, The Evolution of States Practices in Europe and the United States from the French Revolution to the Inter-War Period, New York & London, Berghahn Books, 2003, p. 368-402 ; « Why the French Laïcité is Liberal », Cardozo Law Review, June 2009, Vol. 30, Number 6, 2699-2714; Patrick Weil & Son-Thierry Ly, « The Anti-racist Origins of the American Immigration Quota System » ; Social Research, Volume 77, Number 1 (Spring 2010), pp. 45-79; . “From Conditional to Secured and Sovereign: The New Strategic Link Between the Citizen and the Nation-State in a Globalized World”, International Journal of Constitutional Law, September 2011.
  31. Penn Press, Nov. 1, 2012.
  32. Nicolas Barreyre, « Qu’est-ce qu’un Américain ? », La vie des idées, 18 janvier 2013.
  33. Voir l'émission d'Olivier Barrot présentant sur France 3 ce livre le 18 novembre 1991, archives INA.
  34. Patrick Weil, « Analyse d'une politique publique : la politique française d'immigration (1974-1988) », thèse de doctorat, Institut d'études politiques de Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]