Patrick Tambay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick Tambay

Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Années d'activité 1977-1986
Qualité Pilote automobile
Nombre de courses 114
Pole positions 5
Podiums 11
Victoires 2

Daniel Patrick Charles Maurice Nasri Tambay, dit Patrick Tambay (né le 25 juin 1949 à Paris, France) est un ancien pilote automobile français. Il a piloté en Formule 1 de 1977 à 1986 et a remporté deux Grands Prix. Son fils Adrien Tambay, né en 1991, est aussi pilote automobile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Patrick Tambay débute en sport automobile en 1971 par sa victoire dans le Volant Elf qui lui offre le financement nécessaire pour disputer, en 1973, le championnat de Formule Renault qu'il termine en seconde position. En 1974, il accède au championnat d'Europe de Formule 2 et décroche l'année suivante un nouveau titre de vice-champion. Très attendu en 1976 pour sa troisième saison dans la discipline, il marque un temps d'arrêt dans sa progression en terminant à la troisième place finale.

Carrière en Formule 1[modifier | modifier le code]

Son horizon étant bouché en Europe, Tambay s'exile en Amérique du Nord pour y disputer le challenge CanAm en 1977. Au volant d'une voiture engagée par Carl Haas et Jim Hall, Tambay domine le championnat et décroche facilement le titre. Ces performances lui permettent parallèlement d'effectuer ses débuts en championnat du monde de Formule 1 en cours d'année. Après une tentative manquée de se qualifier sur une Surtees au Grand Prix de France, il prend son premier départ en Formule 1 à l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne sur une Ensign engagée par Teddy Yip, un homme d'affaires de Hong Kong. Cette première course se solde par un abandon mais il réussit ensuite à entrer dans les points à trois reprises.

Considéré comme un espoir de la Formule 1, il est recruté par McLaren en remplacement de Jochen Mass afin d'épauler James Hunt, le champion du monde 1976. Ce qui ressemble à une belle opportunité se révèle être un cadeau empoisonné pour Tambay dans la mesure où son arrivée chez McLaren correspond au brutal déclin de l'écurie britannique. Après une année 1978 juste correcte (8 points et une quatrième place au Grand Prix de Suède), il connaît le pire en 1979, avec aucun point marqué, de multiples abandons et deux non-qualifications. Son image passablement écornée, il ne retrouve pas de volant en Formule 1 pour 1980 et s'exile une nouvelle fois en Can-Am au sein de l'équipe de Carl Haas. Comme en 1977, il remporte le titre. Tambay retrouve la F1 en 1981, sur une Theodore de l'écurie de Teddy Yip avec laquelle il décroche le point de la sixième place à Long Beach puis, à la mi-saison chez Ligier en remplacement de Jean-Pierre Jabouille, mal remis de son accident survenu en fin de saison précédente.

Patrick Tambay sur Renault RE50 en 1984 à Dallas

De nouveau sans volant début 1982, il est appelé au printemps par la Scuderia Ferrari pour remplacer son ami Gilles Villeneuve, décédé lors des essais du Grand Prix de Belgique. Dès son arrivée chez Ferrari, Tambay s'affirme comme une précieuse recrue et inscrit des points importants dans l'optique du championnat du monde des constructeurs. Lors des essais du Grand Prix d'Allemagne, le premier pilote Ferrari, Didier Pironi, alors en tête du championnat du monde, est victime d'un grave accident qui met un terme à sa carrière. Portant sur ses épaules tous les espoirs de la Scuderia, Tambay remporte le lendemain son premier succès en Formule 1 dans une ambiance pesante. Avec un podium en fin de saison à Monza, il assure à Ferrari le titre mondial des constructeurs.

Conservé par Ferrari pour la saison 1983, Patrick Tambay réalise un bon début de saison qui fait de lui un candidat au titre mondial. Il remporte notamment une victoire au Grand Prix de Saint-Marin à Imola pour la plus grande joie des tifosi, lesquels sont totalement acquis à sa cause alors même qu'il s'impose aux dépens du pilote italien Riccardo Patrese. Malgré quelques places d'honneur, la suite de sa saison est plus délicate et il est distancé au championnat qu'il termine finalement quatrième. En fin d'année, Ferrari le remplace par l'espoir italien Michele Alboreto et il trouve refuge chez Renault. Compte tenu du potentiel affiché par Renault lors des saisons précédentes, il peut nourrir de belles ambitions mais, encore ébranlée par la perte du titre mondial en 1983, l'écurie française plonge dans la crise, et ni lui ni son coéquipier Derek Warwick ne parviennent à obtenir mieux que quelques places d'honneur.

Fin 1985, l'écurie Renault ferme ses portes et Tambay est recruté par l'ambitieuse équipe montée la saison précédente par Carl Haas, qui fut son employeur en Can-Am. Malgré le soutien officiel de Ford, l'aventure Team Haas Lola est un échec et Tambay, dont la saison est en outre perturbée par un accident au Grand Prix du Canada où il se fracture le pied, doit se contenter d'une cinquième place au Grand Prix d'Autriche comme meilleur résultat. En fin d'année, il quitte la Formule 1.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Il reprend le volant en 1989 dans le cadre du championnat du monde des sports-prototypes et se classe quatrième des 24 heures du Mans 1989 sur une Jaguar officielle du TWR). Il abandonne ensuite les circuits pour se reconvertir dans les rallye-raids, en participant notamment à plusieurs reprises au Paris-Dakar qu'il termine deux fois à la troisième place, tout au long des années 1990. Éphémère actionnaire et directeur sportif de l'écurie Larrousse en 1994, Patrick Tambay sort de sa retraite sportive en 2005 pour participer aux épreuves du championnat Grand Prix Masters, une compétition de monoplaces réservée aux anciennes gloires de la Formule 1.

À partir de 1991, il entame une carrière de consultant dans les médias, en commentant sur La Cinq les Grands Prix du Championnat du monde de Formule 1 et les trois premiers Grands Prix du Championnat du monde de Formule 1 1992 en compagnie de Jean-Louis Moncet et Eric Bayle avant que La Cinq cesse d'émettre en avril 1992.

De 1997 à 2001, il commente les courses sur la chaîne à péage Kiosque du groupe Canal Satellite avec Jean-Luc Roy. Après l'arrêt de Kiosque, il est consultant sur RMC Info depuis 2002 où il commente les Grands Prix de Formule 1 en compagnie de Jean-Luc Roy (Alexandre Delpérier jusqu'en 2008) dans les studios parisiens. Il participe aussi à diverses émissions consacrées à la Formule 1 (Spécial F1 puis Les experts F1, Motors...). Parallèlement, il est également le consultant Formule 1 de BFM TV après avoir été celui de L'Equipe TV.

Le 27 Octobre 2012, avec ses amis Argentins Gustavo Linquet et Luciano Allegro, il crée un site internet dédié aux passionnés de sports mécaniques.

En 1995, Patrick Tambay s'est aussi lancé dans la politique en devenant adjoint au maire du Cannet et conseiller général des Alpes-Maritimes 2002 Canton du Cannet. Il est membre du groupe UMP.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Pole positions Meilleurs tours Points inscrits Classement
1977 Team Surtees
Theodore Racing Hong Kong
TS17
Ensign N177
Ford V8 Goodyear 7 0 0 0 5 17e
1978 Marlboro Team McLaren
Löwenbräu Team McLaren Team McLaren
M26 Ford V8 Goodyear 15 0 0 0 8 13e
1979 Marlboro Team McLaren
Löwenbräu Team McLaren Team McLaren
M26
M28
Ford V8 Goodyear 13 0 0 0 0 n.c.
1981 Theodore Racing Team
Equipe Talbot Gitanes
TY01
JS17
Ford V8
Matra V12
Michelin 14 0 0 0 1 18e
1982 Scuderia Ferrari SpA SEFAC 126C2 Ferrari V6 turbo Goodyear 6 1 0 0 25 7e
1983 Scuderia Ferrari SpA SEFAC 126C2B
126C3
Ferrari V6 turbo Goodyear 15 1 4 1 40 4e
1984 Equipe Renault Elf RE50 Renault V6 turbo Michelin 15 0 1 1 11 11e
1985 Equipe Renault Elf RE60
RE60B
Renault V6 turbo Goodyear 15 0 0 0 11 11e
1986 Team Haas USA Ltd Lola THL1
Lola THL2
Hart 4 en ligne turbo
Ford V6 turbo
Goodyear 14 0 0 0 2 15e

Liens externes[modifier | modifier le code]