Patrick Schindler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrick Schindler
Image illustrative de l'article Patrick Schindler

Naissance 7 mars 1956
Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne)
Origine français
Type de militance journaliste
activiste
Cause défendue libertaire
droits LGBT
anticléricalisme
anticapitalisme
antifascisme
antiraciste

Patrick Schindler, né le 7 mars 1956 au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), écrivain et journaliste, militant du Front homosexuel d’action révolutionnaire et de la Fédération anarchiste dont il est le secrétaire général en 2007[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son grand-père maternel immigré tchécoslovaque, artisan tricoteur était de sensibilité socialiste anti-autoritaire, à la mode tchèque. Cet homme a eu sans doute une influence sur son petit-fils et sur son engagement libertaire depuis l'adolescence[2].

Après une licence de lettres modernes à Paris-VIII Vincennes (1977), il poursuit ses études au Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ).

En 1971-1972, il adhère au Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) au lycée Buffon et diffuse La Cause du peuple, puis le journal Tout !, puis Le Monde libertaire.

De 1972 à 1974, il rejoint le groupe Germinal de la Fédération anarchiste, où il participe à la rédaction du Monde libertaire. Dans le même temps, il est l’un des animateurs du Collectif radical anarchiste du lycée Buffon (CRAB), jusqu’à son exclusion de l’établissement pour action militante en 1973[1].

Dans l'après Mai 68, il participe à la création du Front homosexuel d’action révolutionnaire.

En 1974, Patrick Schindler signe l'appel des Cent et rejoint la lutte des soldats appelés dans les casernes pour obtenir des droits. Incorporé, il fait une grève de la faim, puis plusieurs mois de prison pour agitation avant d'être renvoyé de l'armée. Il y écrit un journal qui deviendra Contingent Rebelle.

De 1975 à 1977, il est claviste puis journaliste à Libération. Après des séjours aux États-Unis et en Asie, à son retour en France, il participe au magazine homosexuel Le Gai Pied.

À partir de 1995, particulièrement après l’évacuation musclée des sans-papiers de l’église Saint-Ambroise à Paris et la montée du Front national dans plusieurs régions françaises, il s’engage dans l'association Ras l'front avant de fonder le Collectif libertaire, anticapitaliste, antireligieux, antifasciste, antiautoritaire, antiraciste, antirévisioniste, antisexiste et antihomophobe, Claaaaaash[2]. En 1998, les animateurs du Claaaaaash adhèrent à la Fédération anarchiste et fondent un groupe qui porte ce nom[1].

En 2002, après la nomination de Nicolas Sarkozy au poste de ministre de l'intérieur, il s'engage durant une décennie dans les actions pacifistes de résistance des séropositifs militants à Act-UP Paris.

Après des problèmes de santé en 2014, Patrick Schindler cesse définitivement son activité professionnelle pour se consacrer entièrement à ses passions : la littérature, le militantisme, l'écriture, l'étude de l'histoire et le travail de mémoire.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Avec Mireille Guillaume, Le Front national à l’assaut de la culture, Éditions Ras l'front, 1996.
  • Collectif, Agir contre le Front national, Éditions Ras l'front, 1997.
  • Avec Claudie Lesselier, Contre l’homophobie, Éditions Ras l'front, 1998.
  • Collectif, Des femmes et des homosexuel(le)s contre l’extrême droite, Éditions Ras l'front, 1998.
  • Avec Daniel Giraud, Maurice Rajsfus, René Schérer, Criminalisation de l'immigration, répression policière : arguments pour l'émancipation sociale, Éditions du Monde libertaire, 2006, (OCLC 470536333).

Préfaces[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Christiane Passevant, « Rencontre de deux auteurs, Patrick Schindler pour "Arthur Rimbaud ou l'anarchiste inachevé" et Michel Arouimi pour "Vivre Rimbaud" », Divergences, no 27,‎ (lire en ligne).
  • Collectif, « Comptes rendus du n°49 », Histoires Littéraires,‎ (lire en ligne).
  • Charles Jacquier, « Contingent rebelle. Récit d’un réfractaire au service militaire dans les années 1970 », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  • Patrick Schindler, Quentin Houdas, Ma démocratie idéale en tant qu’anarchiste, c'est en finir avec les privilèges, les enjeux financiers, l'ego, HuffPost, 21 octobre 2017, [lire en ligne].

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « SCHINDLER Patrick, Jean-Marc [Dictionnaire des anarchistes] - Maitron » (consulté le 25 septembre 2014)
  2. a et b Collectif, « Comptes rendus du n°49 », Histoires Littéraires,‎ (lire en ligne)