Patrick Ilboudo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Patrick Ilboudo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Patrick Gomdaogo Ilboudo, né le à Ouagadougou et mort le , est un écrivain burkinabé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ilboudo est né au quartier Bilbalgo de Ouagadougou. Il a fréquenté l’école primaire publique de Baoghin de Ouagadougou, puis le collège privé Laurent Gilhat, actuel lycée Saint-Joseph, mais il dut interrompre ses études secondaires après le BEPC pour travailler afin de payer les classes suivantes qu’il acheva au collège privé Volta, actuel SPA par l’obtention du baccalauréat en 1975.

Il décroche une licence de lettres modernes de l'université de Ouagadougou en 1978, puis une maîtrise en 1979 avant de rejoindre l'Institut français de presse (IFP) de Paris qu’il fréquente pendant l'année universitaire 1979-1980.

En 1983, il soutient sa thèse de doctorat du 3e cycle en sciences de l'information et de la communication à l'université Panthéon-Assas sous le titre : La politique française vue par les journaux africains[1], à partir de l’étude de quatre journaux : Ehuzu, Fraternité Matin, L'Observateur paalga et Jeune Afrique.

En 1980, Patrick Ilboudo va initier la création de la mutuelle pour l’union et la solidarité des écrivains (MUSE) avec d’autres écrivains comme Norbert Zongo.

De 1983 à 1985, il est nommé assistant à l’institut africain d’études cinématographique (INAFEC) de l’université de Ouagadougou. En 1983, il crée le premier mouvement associatif à caractère humanitaire international au Burkina Faso ; il crée aussi le mouvement voltaïque contre le racisme et pour l’amitié entre peuples devenu (MOVRAP) après le changement du nom du pays.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Toilettes : 1er prix de la série « nouvelle » au 1er prix national des arts et lettres en 1983.
  • Le Procès du Muet : obtient le 2e prix de la 1re édition au grand prix sidwaya en 1986
  • Le Vertige du trône : 1er prix de la 1re édition du grand prix du meilleur roman de l’imprimerie national du Burkina en 1990.
  • Le Héraut têtu : Grand prix littéraire d'Afrique noire de l’ADELP en 1992[2].

Distinction[modifier | modifier le code]

En 1992, il reçoit le Grand prix littéraire d'Afrique noire, pour son ouvrage, Le Héraut têtu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. SUDOC 04121255X
  2. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salaka Sanou, « Ilboudo, Gomdaogo Patrick », in La littérature burkinabè : l'histoire, les hommes, les œuvres, PULIM, Limoges, 2000, p. 101-103 (ISBN 2-8428-7190-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]