Patrick Declerck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick Declerck (né à Bruxelles, le (60 ans)) est un anthropologue (École des hautes études en sciences sociales), psychanalyste (Société psychanalytique de Paris) et philosophe français, se présentant comme un nietzschéen.

Après avoir mené des études d’ethnologie, d’analyse et de philosophie consacrées aux questions de la désocialisation, de l’errance et de l’alcoolisme, il s'est tourné vers l’écriture littéraire et l’autobiographie.

Dans les années 1980, il est ethnographe. Il entame son travail auprès des clochards de Paris, d’abord en tant qu’observateur.

Au cours de cette décennie, il fonde avec la collaboration d’autres spécialistes les missions « France » de Médecins du monde où il exerce en tant que psychanalyste et crée la première consultation d’écoute pour les sans domicile fixe.

En tant qu’anthropologue, il fait lui-même à cette époque l’expérience de la vie dans la rue, de la mendicité et de la modeste qualité d’accueil des centres d’hébergement d’urgence. Son livre Les Naufragés - Avec les clochards de Paris s'inspire de ses expériences d’analyste et de ses observations d’anthropologue.

Durant la majeure partie des années 1990, il exerce comme consultant au célèbre centre d’accueil et de soins hospitaliers (le CASH) de Nanterre, qui est et reste encore aujourd’hui une grande « centrale » d’accueil des personnes sans domicile fixe de Paris et de sa région.

Enfin, il publie des ouvrages littéraires, et de psychanalyse et d’ethnologie, qui rendent compte d’une longue expérience sur les questions de l’accueil d’urgence, de la grande marginalisation, de la désocialisation et de l’alcoolisme : Les Naufragés est ainsi salué par la critique. De manière encyclopédique, l’ouvrage rend compte du phénomène de la grande marginalisation en passant en revue tous les corps de métiers concernés (corps médical, politique ; travailleurs sociaux, ethnologues, anthropologues, etc.).

Son œuvre se tourne résolument par la suite vers la littérature. Dans Le Sang nouveau est arrivé, on retrouve l’horreur de l’univers de ceux qu’il appelle les « clochards » (en opposition au terme "SDF") bien que la tonalité y soit bien différente de celle des Naufragés. Patrick Declerck considère lui-même Le Sang nouveau est arrivé comme un pamphlet voué à dénoncer « la cécité totale » de la société, « son sadisme » vis-à-vis des personnes sans-abri.

Il publie ensuite un recueil de nouvelles placé sous l’égide de Nietzsche, Garanti sans moraline (Flammarion, 2004). Suivent des contes pour enfants (Arthur, hippopotame et autres histoires...) et un roman autobiographique où il évoque sa tumeur au cerveau (Socrate dans la nuit).

Collaborateur ponctuel des revues Les Temps Modernes et Esprit, il a également publié plusieurs articles dans le journal Le Monde et dans le magazine Philosophie. Il est connu pour ses prises de position en faveur de l’athéisme.

Dans l’émission de Paris Première, Ça balance à Paris, en avril 2012, étant invité pour son dernier livre (Démons me turlupinant) il annonce que, depuis 6 ans, il a une tumeur au cerveau inopérable. Il « vit donc avec sa propre mort, inéluctable, ce qui [lui] donne une immense liberté ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Naufragés - Avec les clochards de Paris., Éditions Plon, col. « Terre Humaine », 2001 ; Pocket "Terre Humaine", 2003, (ISBN 978-2266129893).
  • Garanti sans moraline, Éditions Flammarion, 2004 ; Gallimard "Folio", 2008.
  • Arthur, hippopotame et autres histoires... Éditions Plon, 2004.
  • Le Sang nouveau est arrivé, Éditions Gallimard, 2005 ; "Folio", 2007.
  • Socrate dans la nuit, Éditions Gallimard, 2008, (ISBN 2070781100).
  • Démons me turlupinant, Éditions Gallimard, 2012, (ISBN 9782070128297).
- Prix Victor Rossel 2012[1],[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucie Cauwe, Xavier Flament, « Le Rossel 2012 sacre Patrick Declerck » dans Le Soir du 06/12/2012, p. 33-35
  2. Xavier Flament, « Patrick Declerck remporte le Prix Rossel 2012 », sur Le Soir,‎ 10 juillet 2011 (consulté le 6 décembre 2012)