Patrick Cohen (pianiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Patrick Cohen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Pianiste, pianofortisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Instrument

Patrick Cohen, né en 1964 à Mulhouse, est un pianiste, pianofortiste et pédagogue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrick Cohen, naît à Mulhouse en 1964, commence le piano à sept ans[1] et y effectue ses études au conservatoire, jusqu'à son premier prix à quinze ans. Il poursuit son cycle à Bâle avec Klaus Linder.

C'est le chef d'orchestre Paul Sacher à Bâle, qui lui fait découvrir le piano-forte[1] et dès 1979, le pianiste alterne entre piano et piano-forte. Dès sa vingtième année (1984), il enseigne d'abord à l'Académie de musique de Bâle, puis le piano-forte au Conservatoire national supérieur de musique de Paris depuis 1995 (à la suite de Jos van Immerseel)[2]. Il donne également des classes de maître notamment à Madrid, Londres, Cologne, Graz et à l'Université d'Arizona[1]. Il enseigne le piano-forte des périodes pré-classique, classique et romantique, le Lied et la mélodie avec piano-forte.

Il joue de la musique de chambre avec Gérard Poulet, Barthold Kuijken, Erich Höbarth, Christophe Coin et le Quatuor Mosaïques ; mais collabore également avec Jordi Savall, Rita Streich, Philippe Herreweghe, Ton Koopman et Jaap Schröder[1] et avec les quatuors Talich et Anton, sur piano moderne[3],[4].

Parmi les nombreux festival qui l'on invité on trouve le Festival de Bâle, la Roque d'Anthéron, Grenade, Aix-en Provence, Cork, le Mozartwoche et le festival de Salzbourg.

Parmi ses élèves, notamment, Simon Zaoui[5] et Kazuko Hiyama.

Patrick Cohen est un ami du philosophe Michel Onfray[6],[7] et se réclame de Diogène de Sinope[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

Patrick Cohen réalise son premier enregistrement avec la troisième sonate, op. 69 de Beethoven avec le violoncelliste Christophe Coin pour le label Harmonia Mundi. Il a seulement vingt-deux ans.

  • Beethoven, Gassenhauer-trio op. 11 ; Trio op. 1 no 3 ; Trio op. posth. 154/WoO 39 - Wolfgang Meyer, clarinette ; Eric Höbarth, violon ; Christophe Coin, violoncelle (avril 1993, Harmonia Mundi HMA1951475)
  • Beethoven, Sonates pour piano et violoncelle op. 5 nos 1 & 2 - sur un pianoforte Anton Walter de 1785 ; Christophe Coin, violoncelle (1994, Harmonia Mundi HMC 901179)
  • Beethoven, Sonate pour piano et violoncelle, op. 69 ; Variations sur un thème de Haendel, Variations sur la flûte enchantée de Mozart - Christophe Coin, violoncelle (avril 1986, Harmonia Mundi HMA 1901180) (OCLC 45673599)
  • Boccherini, Quintettes op. 56 nos 1, 2 & 5, Quintettes op. 57 nos 2, 3 & 6 dédiés à la Nation Française [G.414, 415, 418, 407, 408, 411] - Quatuor Mosaïques (novembre 1989/janvier 1993, 2CD Auvidis / Naïve) (OCLC 611575667)
  • Chopin, Mazurkas - sur piano Érard (août 1997, Glossa GCD 920507) (OCLC 838880172)
  • Haydn, Six sonates (Hob. XVI:21 à 25) (1993, Valois/Auvidis)
  • Haydn, Trios nos 25 à 27 (Hob. XV:12 à 14) pour pianoforte, violon & violoncelle - Erich Höbarth, violon ; Christophe Coin, violoncelle (janvier 1988, Harmonia Mundi HMC901277)
  • Haydn, Trios nos 32 à 37 (Hob. XV:18 à 23) pour pianoforte, violon & violoncelle - Erich Höbarth, violon ; Christophe Coin, violoncelle (mars 1990, 2CD Harmonia Mundi HMC901314 / HMX2968298/99) (OCLC 30144519)
  • Haydn, Trios nos 38 à 40 (Hob. XV:24 à 26) pour pianoforte, violon & violoncelle - Erich Höbarth, violon ; Christophe Coin, violoncelle (Harmonia Mundi HMC901514)
  • Haydn, Trios nos 43 à 45 (Hob. XV:27 à 29) pour pianoforte, violon & violoncelle - Erich Höbarth, violon ; Christophe Coin, violoncelle (juillet 1995, Harmonia Mundi) (OCLC 233837270)
  • Haydn, Trios nos 28 à 30 (Hob. XV:15 à 17) pour pianoforte, flûte & violoncelle - Konrad Hünteler, flûte ; Christophe Coin, violoncelle (juin 1994, Harmonia Mundi HMC901521)
  • Jadin, Six sonates pour piano op. 4 et op. 5 - forte-piano Christopher Clarke, 1986 d'après Walter, c.1800 (mars 1994, Valois V 4689)
  • Jadin, Quatre sonates pour piano op. 3 nos 1 & 2 et op. 6 nos 2 & 3 (1996, Valois V 4777)
  • Mendelssohn, Sonates pour violoncelle et piano - Christophe Coin, violoncelle (20-23 novembre 1989, Decca/L'Oiseau Lyre 430 245-2)
  • Mozart, Concertos pour piano nos 6, 9, 20 & 21 - Ensemble baroque de Limoges, dir. Christophe Coin (5 avril 1996, 2CD Astrée/Auvidis E 3006-2)
  • Mozart, Sonates pour piano et violon - Erich Höbarth, violon (janvier 1995, Astrée/Auvidis)
  • Mozart, Trio « Les quilles » KV. 498 - Wolfgand Meyer, clarinette ; Anita Mitterer, alto (novembre 1992, Astrée/Auvidis E 8736)
  • Satie, Pièces pour piano - sur piano Érard c.1855 (décembre 1997, Glossa GCD P30508)[9],[10]
  • El último adiós : Pièces pour piano de Marcial del Adalid, Martín Sánchez Allú, Teobaldo Power, Adolfo de Quesada et Eduardo Ocón - sur piano Érard, 1855-1860 (avril 1995, Glossa GCD 920501)[11] (OCLC 719496672)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Courte biographie sur hexagone.net
  2. Aux origines de l'école française de pianoforte de 1770 à 1815 (2005) p. 232.
  3. Musique ancienne sur crr.paris.fr.
  4. Cycles supérieurs de pianoforte sur conservatoiredeparis.fr.
  5. Simon Zaoui sur musicales-orcival.eu.
  6. (en) The return of Patrick Cohen par Richard Brody (25 mars 2013) sur newyorker.com
  7. Le miroir aux alouettes (2016), p. 133.
  8. [vidéo] Une vie, une œuvre : Diogène de Sinope, le chien royal (2011) par Matthieu Garrigou-Lagrange, Françoise Estèbe et Dominique Costa sur YouTube. Vers la minute 21.
  9. Lors de sa sortie ce disque a été durement critiqué par Philippe Simon, recevant un « 4 » dans le magazine Répertoire no 114, p. 52 et un petit « 2 » dans le magazine Classica no 2.
  10. (en)/(es) Satie sur glossamusic.com.
  11. El último adiós sur glossamusic.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]