Patrick Chauvel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chauvel.
Patrick Chauvel
Description de cette image, également commentée ci-après

Patrick Chauvel en 2012.

Naissance
Paris
Nationalité France France
Profession
Famille
grand-père : Jean Chauvel

Patrick Chauvel, né en 1949 à Paris, est un correspondant de guerre photographe, réalisateur de documentaire et écrivain français. Il vit et travaille à Paris.

Il a couvert 34 guerres.

Il a été blessé sept fois, par balle en caoutchouc, balle de M 16 (un tir ami), obus de mortier de 82 mm, obus d'artillerie lourde (155 mm).

Il est le petit-fils de Jean Chauvel (ambassadeur), le fils de Jean-François Chauvel (journaliste), et le neveu de Pierre Schoendoerffer (cinéaste).

Biographie[modifier | modifier le code]

Scolarité à Jouy-en-Josas au collège de Valvert-Le Montcel.

Passionné par les récits de son père, de Pierre Schoendoerffer et de leurs amis, Joseph Kessel, Lucien Bodard, Jean Lartéguy et du photographe de guerre Gilles Caron, il décide, à 17 ans, d'être grand reporter photo.

Il part travailler dans un kibboutz en Israël. À peine arrivé, la guerre des Six Jours éclate. Il s’arrange pour suivre l’armée israélienne et commence son premier reportage. La plupart des photos seront ratées.

1969 : stage au service photo de France-Soir.

Il décide de repartir en reportage et choisit, en hommage aux anciens d'Indo, le Vietnam. Arrivé par hasard à Cholon quelques jours avant le début de l'offensive du Tet Il y fera plusieurs séjours et deviendra pigiste pour Associated Press et Reuters au sein de leurs bureaux de Saïgon.

L'agence Sipa[modifier | modifier le code]

En 1970, il travaille pour l’agence Sipa Press et effectue alors une série de reportages photos sur le conflit nord-irlandais, en 1972 sur la guerre civile au Mozambique, en Israël (pour la guerre du Kippour) et sur la guerre civile au Cambodge, où il sera blessé par quatre éclats d'obus de mortier de 82 mm lors d’un assaut contre les Khmers rouges en 1974.

L'agence Sygma[modifier | modifier le code]

En 1975, il est engagé par Hubert Henrotte, fondateur et patron de l’agence Sygma et recommence à allier reportages photos et documentaires. En Érythrée, pour un reportage sur le Front de libération de l'Érythrée et un documentaire avec Arnaud Hamelin.

En Irlande ensuite, où il sera à nouveau blessé à la jambe par un tir à balle de caoutchouc de l’armée anglaise lors d’émeutes à Londonderry. Après une convalescence de quelques semaines, il partira couvrir la Révolution des Œillets au Portugal et la résistance de Jonas Savimbi en Angola.

Lorsque, cette même année, débute la guerre civile au Liban, commence également pour lui une longue série d’allers-retours dans ce pays. Présent lors du siège de Tel al-Zaatar, il fait de nombreuses photos des combats. Le journal Newsweek (USA) lui proposera alors de devenir l’un de ses collaborateurs.

En 1978, il est fait prisonnier lors d’une offensive syrienne à Beyrouth par la Saika (groupe militaire palestinien d’obédience syrienne). Il est remis aux militaires syriens, emprisonné et interrogé pendant plusieurs jours. Il ne doit sa libération qu’à l’intervention de l’ambassadeur de France qui rapportera la preuve de sa qualité de journaliste.

De retour en France, il prépare un nouveau reportage et part au Zaïre avec le 2e régiment étranger de parachutistes couvrir l’opération française à Kolwezi.

En 1979, en l’espace de quelques mois, il assiste aux premières grandes manifestations islamistes, au Pakistan d’abord puis en Iran.

Blessé par balle à la cheville lors de la révolution iranienne par les gardiens de la révolution de Khomeiny à Tabriz, il est contraint de quitter l’Iran après de nombreux mois passés dans ce pays.

L'Amérique centrale et l'Amérique latine[modifier | modifier le code]

Il part ensuite pour plusieurs mois en Amérique centrale et en Amérique latine afin de couvrir la révolution au Nicaragua (1979), les élections en Jamaïque (où il fera également des reportages sur Marguerite Yourcenar et Bob Marley...), l’affaire de l’exode de Mariel à Cuba et la violence qui s’ensuivit à Miami.

En 1980, il est présent lors de l’assassinat de l’archevêque Romero au Salvador. Lors de son enterrement quelques jours plus tard, il fera une photo du massacre de San Salvador qui sera reprise dans de nombreux journaux et obtiendra le prix Missouri de la prestigieuse Université de journalisme des États-Unis.

De 1980 à 1984, il retourne en Asie et au Moyen-Orient pour couvrir l’invasion russe en Afghanistan et l’invasion israélienne au Liban, où il sera blessé par l'explosion d'un obus d'artillerie lourde israélienne en 1984.

De retour en Amérique du Sud, il couvre les conflits au Suriname (1987), les violences en Colombie (où l’une de ses photos du massacre de l’aéroport de Medellin obtiendra le prix Kodak en 1988), au Salvador à nouveau (1989) et enfin au Panama où, après avoir filmé les premières attaques contre Noriega, il sera grièvement blessé par un tir ami américain au M16 qui lui vaudra une ablation partielle des intestins (1989).

Après plusieurs mois de convalescence, il repart avec la police de New York pour un reportage sur les violences urbaines (1990).

En Haïti en 1991 il embarque avec les boat-people vers les États-Unis. Ils feront naufrage après 3 jours de mer.

En 1992, il se rend au Pérou où ont lieu les attaques du Sentier lumineux et l'« auto-coup d'État » du président Fujimori.

Lorsque la guerre éclate en Yougoslavie, il rejoint Sarajevo où il couvrira le conflit jusqu’en 1994, avec quelques interruptions, pour réaliser d’autres reportages, comme en Somalie en 1993 où il assiste à l’intervention américaine qui tourne au désastre (Black Hawk Down).

En décembre 1995 il est en Tchétchénie. Arrivé très vite à Grozny, il couvre l’offensive russe. L’un de ses reportages obtiendra un des prix World Press Photo et le prix d'Angers en 1996.

En 2010, il est en Afghanistan ; puis à Bangkok, en Thaïlande, pour couvrir les manifestations politiques.

En 2011, il couvre l'ntervention militaire de la coalition franco-américano-européene en Libye ; ainsi que la révolution égyptienne au Caire.

Le réalisateur de documentaires[modifier | modifier le code]

Cette année-là, il quitte l’agence Sygma et décide d’arrêter le métier de photographe pour se consacrer au documentaire. L’absolue violence vécue en Tchétchénie le conforte dans l’idée que, plus que l’image, la parole lui est désormais nécessaire pour exprimer ce qu’il comprend des conflits.

Il réalise ainsi une série de documentaires pour la télévision française : la violence faite aux femmes en Algérie, le conflit israélo-palestinien, les traumatismes des enfants tchétchènes, le désarroi des artistes irakiens, les violences au Pakistan, en Thaïlande, à la frontière de l’Afghanistan, etc.

En 1998, il réalise avec Antoine Novat un film intitulé Rapporteurs de guerre. Sélectionné dans de nombreux festivals et très souvent diffusé à la télévision, ce documentaire interroge des reporters de guerre sur les raisons de leur engagement dans ce métier.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Passé à l’écriture au début des années 2000, il raconte ce qu’est, pour lui, cet engagement, dans un récit intitulé Rapporteur de guerre. En 2005, reprenant l’une des histoires vécues lors de la guerre du Vietnam, il publie un roman, Sky. Et en 2012, il publie un nouveau récit tiré de ses reportages, Les Pompes de Ricardo Jésus.

Le conférencier engagé[modifier | modifier le code]

Invité à présider le Festival des correspondants de guerre de Bayeux en octobre 2009, il présente son exposition de photographies où il mélange le monde de la guerre et celui de la paix, afin d’alerter ceux qui veulent ignorer les conflits, en les imaginant loin d’eux, intitulée Guerre-ici.

Il collabore en 2011 au projet de Danfung Dennis Condition One, qui travaille à enrichir le journalisme d’image grâce à la réalité augmentée et l’immersion visuelle. Il part pour cela dans le sud de la Thaïlande pour filmer les combats entre l’armée et les rebelles indépendantistes, en Égypte et en Libye pendant les révolutions, ainsi qu’à La Nouvelle-Orléans, pour filmer la police.

Depuis une dizaine d’années, il donne également des cours de photojournalisme dans diverses institutions (Université Saint-Charles de Prague) et anime des workshops sur la photographie, le journalisme, la mémoire et la guerre à travers le monde.

Patrick Chauvel participe à de nombreuses conférences et tables rondes sur les valeurs et l’éthique du métier de photoreporter.

Il est l’un des co-fondateurs, avec le correspondant de guerre Rémy Ourdan de la Fondation WARM qui travaille sur la mémoire des conflits contemporains dans le monde et s’implique avec des chercheurs d’horizons divers dans une réflexion sur la guerre et la résolution des conflits.

La Fondation[modifier | modifier le code]

En 2014, il crée l’Association de préfiguration de la Fondation Patrick Chauvel destinée à rassembler l’ensemble de son travail, à créer une plateforme de réflexion sur le métier de reporter de guerre et à servir de relais entre les générations en mettant en avant le travail de photographes peu connus.

Continuant, à travers la photographie, les films, les écrits, de faire son métier de journaliste, il est l'un des plus anciens reporters de guerre toujours en exercice.

Théâtres de guerre et conflits armés correspondants[modifier | modifier le code]

La liste des guerres auxquelles Patrick Chauvel a participé est difficile à établir car il n'est pas facile de distinguer les guerres conventionnelles des guerres civiles, les campagnes des guerres, les combats urbains des opérations de police armées, etc. et de prendre en compte le fait qu'il a parfois effectué plusieurs séjours sur un même théâtre d'opérations dans le cadre de guerres différentes

  • 1968, Israël (Pour mémoire. En tant que photographe amateur)
  • 1968 : Paris (révolution étudiante de mai 1968)
  • 1969/1981, Irlande
  • 1961/1991, Guerre d’indépendance de l’Érythrée
  • 1968/1970, Guerre du Vietnam (Offensive du Tết)
  • 1974, Guerre d’indépendance, Mozambique
  • 1974, Guerre du Cambodge
  • 1975, Guerre du Liban
  • 1975. Angola, guerre civile
  • 1978. Guerre du Liban
  • 1978. Bataille de Kolwezi
  • 1979. Révolution iranienne, Téhéran
  • 1979. Révolution au Nicaragua
  • 1980. Salvador
  • 1980. Soulèvement de Gwangju, Corée du Sud
  • 1986. Guerre civile du Suriname, Amérique du Sud
  • 1988. Port-au-Prince, Haïti
  • 1988. Panama
  • 1989 Medellin, Colombie
  • 1989. Salvador
  • 1991. Haïti
  • 1993. Lima, Pérou
  • 1993. Bataille de Mogadiscio (1993), Somalie
  • 1993, Sarajevo, Bosnie Herzégovine
  • 1994. Haïti
  • 1995, Tchétchénie
  • 2008/2011, Sud Thaïlande
  • 2010, Afghanistan
  • 2010. Les manifestions à Bangkok, Thaïlande
  • 2011, La Révolution au Caire, Égypte
  • 2011. Intervention militaire en Libye

Blessures[modifier | modifier le code]

Patrick Chauvel a été blessé sept fois. En Irlande par balle en caoutchouc, fracture du fémur ; au Salvador, une balle de M 16 (un tir ami) au ventre (ablation de 4 mètres d'intestin), une côte cassée et un trou dans les dos  ; en Iran par les Gardiens de la révolution, une balle dans la cheville ; au Cambodge par les Khmers rouges, 4 éclats d'un obus de mortier de 82 mm ; au Liban, un obus d'artillerie lourde (155 mm)..

Les photomontages : Peurs sur la ville[modifier | modifier le code]

En 2009, Patrick Chauvel a fait un nouvel usage de la photographie en réalisant avec le retoucheur Paul Biota des séries de photomontages qui replacent les images de guerre au centre de Paris, en découpant des éléments extraits de ses photographies de guerre, au Liban, en Tchétchénie ou en Irak, pour les incruster près des images iconiques de la capitale (Panthéon, Arc de Triomphe, etc.). Il entendait par là rappeler la fragilité de la paix, dans un but pédagogique.

Condition One[modifier | modifier le code]

Il collabore en 2011 au projet de Danfung Dennis Condition One qui travaille à enrichir le journalisme d'image grâce à la réalité augmentée et l'immersion visuelle. Il est pour cela en Libye aux côtés des combattants anti-Kadhafi en mars 2011.

Fondation Patrick Chauvel[modifier | modifier le code]

En 2014, il fonde la Fondation Patrick Chauvel.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur
Acteur

Exposition[modifier | modifier le code]

  • En 2009, Peurs sur la ville, à la Monnaie de Paris.
  • En mai 2012, à l’occasion de la sortie de son livre Les Pompes de Ricardo Jésus, le Musée du Montparnasse, Paris, expose une rétrospective de ses photos de guerre de 1968 à 2012.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Chauvel, Rapporteur de guerre, Éditions J’ai lu, 2003.
  • Patrick Chauvel, Sky. L’histoire d’une amitié, de l’enfer du Vietnam aux terres Chiricahuas, Éditions J’ai lu, 2005.
  • Hubert Henrotte, « Seul photographe au milieu des balles », dans : Le Monde dans les yeux. Gamma-Sigma, l’âge d’or du photojournalisme, Hachette Littératures, 2005, p. 235-240.
  • Patrick Chauvel, Les Pompes de Ricardo Jesus, éditions Kero, 2012.
  • Michel Setboun, Sylvie Dauvillier, « Patrick Chauvel. Février 1974. Rapporteur de guerre », dans : 40 ans de photojournalisme. Génération Sipa, éditions de La Martinière, 2012, pp. 29-30.
  • Michel Setboun, Marie Cousin, « Patrick Chauvel. 1980 - Massacre à San Salvador », dans : 40 ans de photojournalisme. Génération Sygma, éditions de La Martinière, 2013, pp. 72-73.
  • Patrick Chauvel, Ceux du nord. 140 photos inédites des photoreporters du Nord-Viêtnam entre 1996 et 1975, Les Arènes • Fondation Patrick Chauvel, 2014.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]