Patrick Allemand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (août 2015).
Motif : Certes, une PàS avait conclu à la conservation de la page en 2008 ; certes, j'estime en général qu'on ne doit revenir qu'exceptionnellement sur les décisions communautaires ; mais là, justement, je pense qu'il est nécessaire de discuter à nouveau son admissibilité, car celle-ci me semble vraiment éloignée des critères actuels, qui se sont en outre précisés avec le temps. Enfin, il y a cependant quelques sources à son sujet.
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Patrick Allemand, en 2013.

Patrick Allemand, né le à Nice, est un homme politique français, membre du Parti socialiste.

Il est premier vice-président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 2004 à 2015 et conseiller municipal de Nice depuis 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrick Allemand adhère au Parti socialiste en 1982. Formé à l'école des rocardiens, il était avec Manuel Valls un des animateurs des clubs Forums. Après le retrait de la politique de Michel Rocard, il choisira Jospin en 1997, avant de devenir un proche de François Hollande, dont il sera le mandataire pour les Alpes-Maritimes en 2012

Il est élu pour la première fois conseiller régional de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur en 1992. Il exerce les fonctions de premier vice-président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis 1998, chargé du tourisme jusqu'en 2004,chargé du développement économique de 2004 à 2010, et de l'Europe et des relations internationales depuis 2010. Spécialisé dans l'économie et l'international, Patrick Allemand, préside le conseil de direction de PACA Investissement et l'Agence Régionale d'Innovation et d'Internationalisation des entreprises.

Candidat aux élections législatives dans la première circonscription des Alpes-Maritimes, il est éliminé dès le premier tour en élections législatives françaises de 1997 avec 19,78 % des voix. Il se qualifie pour le second tour en 2002 et 2007, battu par Jérôme Rivière puis Éric Ciotti. Il se présente à nouveau en 2012 : au premier tour, il se classe deuxième avec 28,68 % des voix derrière Éric Ciotti (43,89 %), avant d'être battu au second tour[1].

Patrick Allemand a été conseiller général des Alpes-Maritimes (canton de Nice-12) entre 1998 et 2009. Réélu en 2004, il démissionne en avril 2009 pour se conformer aux règles sur la limitation du cumul des mandats. À la suite de sa démission, une élection partielle est organisée, et est remportée par l'UMP.

Il est le premier secrétaire de la fédération du Parti socialiste des Alpes-Maritimes depuis 2000 ; il a été réélu à cinq reprises, la dernière fois en novembre 2012. Le 17 novembre 2014, il a présenté sa démission à l'ensemble des adhérents du PS06 à l'occasion d'une Assemblée Générale Extraordinaire de la fédération[2]

Il obtient l'investiture de son parti pour les élections municipales de Nice en mars 2008. Il est le seul candidat lors du scrutin interne, Patrick Mottard (son rival au sein du PS local) ayant décidé de présenter une liste hors-parti. Patrick Allemand est défait au second tour des municipales, sa liste obtenant 33,17 % des suffrages, contre 41,33 % pour Christian Estrosi (UMP) et 25,50 % pour le maire sortant, Jacques Peyrat (DVD)[3]. Il milite tout de suite avec son parti pour une deuxième ligne de tramway à Nice mais fait échec au « tram sur la Prom ». Quand Christian Estrosi dévoilera son second projet de tracé de la future ligne T2, il propose de l'étendre jusqu'au centre administratif départemental (CADAM) et est suivi.

Il est de nouveau investi pour mener la liste PS intitulée « Un autre avenir pour Nice » lors de l'élection municipale de 2014 à Nice.

Mandats[modifier | modifier le code]

Conseiller régional
Conseiller général
  • 1998 - 2009 : conseiller général des Alpes-Maritimes, élu dans le canton de Nice 12
Conseiller municipal
Conseiller communautaire puis métropolitain

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]