Patricia Churchland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patricia Churchland (16 juillet 1943 - ) est une philosophe canadienne et américaine de tradition analytique connue pour ses contributions dans les domaines de philosophie de l'esprit et de neurophilosophie[1]. Elle est professeure émérite à l'Université de Californie à San Diego où elle enseigne depuis 1984. Elle est également professeur adjointe à Salk Institute for Biological Studies depuis 1989[2]. Elle est membre du conseil des fiduciaires du Centre de Moscou pour les études de la conscience (Moscow Center for Consciousness Studies) du département de philosophie de l'Université d'État de Moscou.

Patricia Churchland est philosophe et neuroscientifique de formation. Elle a étudié la philosophie à l'Université de la Colombie-Britannique, l'Université de Pittsburgh et l'Université d'Oxford. Elle a également étudié les neurosciences et a enseigné la philosophie à l'Université du Manitoba de 1969 à 1984 avant d'aller enseigner à l'Université de Californie.

Elle participe à de nombreux conférences portant sur le rapport de la morale et de la religion avec le développement du cerveau et des capacités cognitives, dont on trouve les conférences du Mind and Life Institute, qui a pour but de promouvoir un dialogue entre la science et le bouddhisme.

Elle est l'épouse du philosophe Paul Churchland. Selon le magazine américain The New Yorker, les travaux de ce couple philosophique «sont tellement similaires qu'ils sont parfois discutés, dans des revues et des livres, comme s'ils s'agissaient du travail d'une seule personne»[3].

Recherches[modifier | modifier le code]

Patricia Churchland est philosophe des sciences dont les recherches s'intéressent à l'interface entre la philosophie et les neurosciences. Pour elle, pour comprendre l'esprit, les philosophes devraient comprendre le cerveau. Elle est associée à une école de pensée appelée matérialisme éliminativiste qui soutient que le sens commun, l'immédiatement intuitif, ou les concepts de la psychologie naïve, telles que la pensée, le libre arbitre et la conscience devront être révisées à l'aune du progres scientifique et d'une manière physiquement réductionniste car les neuroscientifiques découvrent de plus en plus la nature du cerveau et des fonctions cérébrales[4].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie séléctive[modifier | modifier le code]

  • Touching A Nerve: The Self As Brain. (2013) W. W. Norton & Company. ISBN 978-0393058321 [1]
  • Braintrust: What Neuroscience Tells Us about Morality. (2011) Princeton University Press. eBook (ISBN 9781400838080)
  • Brain-Wise: Studies in Neurophilosophy. (2002) Cambridge, Massachusetts: The MIT Press.
  • Tenzin Gyatso (le quatorzième dalaï-lama), Le Pouvoir de l'esprit - Entretiens avec des scientifiques, Paris, Fayard, , 256 p. (ISBN 221360715X)
    Entretiens avec Patricia Smith Churchland, Antonio R. Damasio, Lewis L. Judd, Larry Squire (en) sur l'esprit et ses relations avec le cerveau.
  • The Computational Brain. (1992) Patricia S. Churchland and T. J. Sejnowski. Cambridge, Massachusetts: The MIT Press.
  • Neurophilosophy: Toward a Unified Science of the Mind-Brain. (1986) Cambridge, Massachusetts: The MIT Press. ISBN 9780262031165

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Dummett, The Nature and Future of Philosophy, Columbia University Press, , p. 33.
  2. (en) « Adjunct faculty », sur salk.edu, (consulté le 9 juin 2017)
  3. (en) « TWO HEADS : A marriage devoted to the mind-body problem. », sur newyorker.com, (consulté le 9 juin 2017)
  4. (en) Nigel Warburton et David Edmonds, « Pat Churchland on Eliminative Materialism » [audio], sur Philosophy Bites, (consulté le 12 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]