Patrice Passy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrice PASSY
Naissance Brazzaville
Drapeau de la République du Congo République du Congo
Nationalité Franco-congolaise
Pays de résidence France
Diplôme
Juriste-Criminologue - Ingénieur d'Affaires
Profession
Consultant en Intelligence économique et communication d’influence

Patrice PASSY, né à Brazzaville (République du Congo), est un expert International[1], membre de l'Ordre des Experts Internationaux et de l'Alliance des Consultants Industriels francophones[2]. Il crée en 2015 l'Université des Connaissances Africaines (UCA) dont il est le Président et est l'initiateur de la Pensée Stratégique Endogène Africaine (PSEA). L'UCA est une association apolitique ayant pour objectif de concevoir de nouveaux paradigmes africains face aux exigences de la mondialisation et utiles à la reconversion industrielle des pays africains.

Spécialiste de l'Intelligence Économique et de la Communication d'Influence, il a conseillé depuis une dizaine d’années différentes personnalités politiques telles que l'ancien Ministre du Budget, puis Premier Ministre de la République Démocratique du Congo Adolphe Muzito, le Ministre de l’enseignement technique et professionnel de la RDC, la Ministre du commerce et des approvisionnements du Congo-Brazzaville, Madame Adélaïde Moundélé-Ngollo. Dans ce cadre, il est à l’origine de la « Journée nationale des affaires » au Congo-Brazzaville, réalisée par le Ministère du Commerce et des Approvisionnements.

Depuis 2015, il est consultant externe au Bureau International du Travail (Genève), et parallèlement, conseille aussi la Directrice générale de l’Agence de Promotion des Investissements Privés (API) du Congo Brazzaville.

Par ailleurs il est actuellement conseiller auprès du Premier Ministre de la République du Congo Brazzaville Clément Mouamba.

Vie et parcours académique[modifier | modifier le code]

Né au Congo Brazzaville, Patrice PASSY est diplômé en Droit Public et en sociologie générale à l'Université Marien Ngouabi à Brazzaville. Terminant sa formation universitaire à l’Université Marien Ngouabi, il complète celle-ci en France à l’Université Panthéon-Sorbonne dans le domaine des Sciences criminologiques et sciences criminelles. Il poursuit à l’Université Paris-Descartes en sciences criminalistiques, puis en gestion des crises humaines, victimologie & agressologie à l’Université Paris XIII. Ce parcours universitaire est recommandé pour prendre la Direction des affaires criminelles dans son pays d’origine. Il lui est impossible par la suite de rentrer exercer dans son pays au vu des troubles politiques frappant le Congo. Il obtient alors un nouveau diplôme d’Ingénieur d’Affaires à l’École Supérieure de Gestion et de Finance (ESCIA) et en 2001, il crée le premier cabinet d’intelligence économique afro-français en France, M.I.Q. Conseil. C'est le premier réseau de compétences franco-africaines[1][réf. nécessaire], ce cabinet a pour activité principale la résolution des dysfonctionnements internes des entreprises et se spécialise en Management des organisations - Intelligence Économique et Management de la Qualité. M.I.Q Conseil devient en 2012, DB Conseils (du diagnostic au business).

Activités et responsabilités[modifier | modifier le code]

En 2001, pour accompagner les entreprises dans leurs projets internationaux, avec des consultants dotés d’une double culture, maitrisant la langue, la culture et l’environnement des équipes, des clients avec pour objectif professionnel : apporter des solutions techniques utiles au développement de leur part de marché, Patrice Passy crée en France M.I.Q Conseil. 1er cabinet conseil d'intelligence économique et en organisation afro-francais. Les consultants de M.I.Q Conseil travaillent alors sur la mise en place des process pour parvenir aux objectifs de la Direction Générale de leur clientèle. Leurs missions combinent une méthodologie issue des expériences de grands groupes de conseil ainsi que d’une expérience issue de milieux opérationnels africains. Il s’agit, notamment, de la mise en place ou consolidation d’outils de pilotage – de la Conduite des projets stratégiques, de la fourniture des processus de modernisation des organisations, de gestion du changement, de l'innovation et du reengineering. Toutefois, dans la mise en œuvre de ses missions, Patrice Passy comprend très vite qu’au-delà des intérêts et liens historiques, le poids de la culture ainsi que la maîtrise des référentiels culturels sont précieux dans la conduite des relations professionnelles entre l’Afrique et la France[3][réf. nécessaire].

Les conversations stratégiques de M.I.Q Conseil[modifier | modifier le code]

Ayant constaté la mondialisation des élites africaines, l’absence de lieux d’échanges et de pollinisation mutuelle sur les thèmes en rapport avec les stratégies chinoises de conquêtes des marchés africains, ainsi que les stratégies françaises de préservation de leurs intérêts en Afrique, Patrice Passy lance à partir de 2004, les conversations stratégiques ouvertes de M.I.Q Conseil, avec pour but de permettre aux entreprises françaises, chinoises et africaines de mutualiser leurs intérêts et expériences afin de disposer des clés de compréhension de leur univers réciproque. Il mettra sur pied les premières sessions de formation relatives au management des diversités franco-africaines[réf. nécessaire].

Les premières campagnes africaines de sensibilisation-information sur la protection du patrimoine économique des économies par pays[modifier | modifier le code]

Face à ce vide stratégique constaté dans les politiques économiques nationales, il lance la première campagne de sensibilisation-information sur l'importance de la protection du patrimoine immatériel des entreprises en Afrique francophone[réf. nécessaire], ainsi que les premières offres de services en l'intelligence économique portant sur la définition du périmètre stratégique des intérêts des États face aux stratégies des conquêtes des marchés des acteurs internationaux, au Bénin puis Congo-Brazzaville. Un séminaire de sensibilisation avec les directeurs de cabinet des membres du gouvernement est organisé pour sensibiliser ces derniers à la nécessité de passer d'un État gestionnaire à un Etat stratège avec le développement de la mondialisation en 2007 à Brazzaville.

Dès 2002, la Côte d’Ivoire l’intéresse, et il devient consultant externe au Bureau National d'Étude Techniques et de Développement (BNETD) et contribue à la réflexion stratégique portant sur la redynamisation interne du BNETD d’avril 2002 à décembre 2003 à Abidjan. Il met ensuite à profit son second séjour en 2004, en travaillant avec la FNISCI (Fédération Nationale des Industries et Services de Côte d’Ivoire), sur la circulation ascendante et descente de l’information et les stratégies de mobilisation des membres. La collaboration avec le CODINORM naitra d’un besoin de production d’informations stratégiques portant sur les barrières douanières dans l’Union Européenne, (Étude sur les contraintes et obstacles à l’exportation liés à la Qualité des produits agricoles ivoiriens (10 filières). Enfin, il conseille la direction générale du FGCCC (Fonds de Garantie des Coopératives de Café-Cacao) pour la mise à disposition aux agriculteurs d’un système d’information et de veille.

De retour à Paris, il met son expérience africaine à la disposition du Ministère des finances pour évaluer l’exécution des projets au Sénégal. Il est, aussi, consulté en 2006, par l'Agence Intergouvernementale de la Francophonie pour participer aux stratégiques de mobilisation de l’épargne de la diaspora africaine. En 2008, à Johannesburg, il élabore la stratégie de la communication d’influence et de Lobbying de la société AUFS et en 2009 met en œuvre celle-ci auprès du public Kinois et des autorités (Kinshasa-RD-Congo). À Shanghai en 2010, profitant de l’exposition universelle, M.I.Q Conseil propose à un grand groupe chinois les éléments de compréhension d’un système d’influence sur un marché africain et présente son offre de formation interculturelle aux entreprises chinoises intéressées par le marché africain.

Fort de ses expériences dans les PME, PMI africaines, françaises comme TOTAL, plusieurs dizaines de missions vont permettent à Patrice Passy de parfaire sa maitrise des référentiels culturels des marchés que ce soit dans le conseil de services (Intelligence économique, communication d’influence, management des organisations, management interculturel) ou en conseil stratégique, au Sénégal, Bénin, République Démocratique du Congo, Congo-Brazzaville, Côte d’Ivoire, France, Belgique.

Dans le même temps, de 2009 à 2010, suite à la mission qui lui sera confiée de restructuration et réorganisation de la Primature Congolaise, il est le maître d'œuvre des premières conversations stratégiques réalisées à l’hôtel du Gouvernement (Primature) à Kinshasa. Il s'agit sur plan stratégique, organisationnel, administratif et sécuritaire de faire grâce a un système de pose de questions, une analyse stratégique des situations en vue de proposer des solutions transversales aux demandes, attentes et besoins du Premier Ministre et plus généralement de l'Etat.[réf. nécessaire]

CENTRAL : Premier réseau de compétences franco-africaines[modifier | modifier le code]

CENTRAL est une association spécialisée dans l'organisation des « conversations stratégiques » de M.I.Q Conseils. Ainsi, pendant 10 ans, ces rencontres professionnelles ont traité des thématiques portant sur les intérêts stratégiques et géoéconomiques français et ceux des BRIC, relatifs à la conquête des marchés africains (Brésil, Russie, Inde, Chine) mais aussi des développements endogènes des marchés africains, sans oublier les voies d'actions politique et économique de la « diaspora noire » en France. On peut relever dans la même continuité que la dernière conversation stratégique de DB CONSEILS, avait pour objet, en avril 2015, de traiter de la révolution entrepreneuriale africaine[4]

Patrice Passy est Directeur associé du Cabinet DB Conseils depuis 2012 et ce dernier a su s’imposer auprès des entreprises privées et publiques comme la Référence Africaine des Solutions d'Entreprise. Professionnel de l’Intelligence économique et de la Communication d’influence, du management des organisations, Patrice PASSI a accompagné dans le cadre du conseil stratégique des décideurs politiques en Afrique Centrale, notamment dans des missions portant sur l’élaboration, l’organisation et la gestion des activités relatives à l’accompagnement stratégique personnalisé des entreprises françaises en Afrique et en France.

Face aux médias internationaux[modifier | modifier le code]

Patrice PASSY est régulièrement sollicité par les médias internationaux dans le cadre de ses activités de conseil (France-Info, RFI, TV5, AFRICA 24, SAHAR-TV, AFRICA No 1, Radio Okapi, RTNC, Be One, Canal2, DRTV, CRTV, Télé-Congo…) pour décrypter les relations franco-africaines et sino-africaines dans les domaines économiques et culturels, sans oublier la pensée stratégique endogène africaine et le dispositif industriel national des accès, fruits de ses travaux au sein de l’Université des Connaissances Africaines.

Management des diversités franco-africaines[modifier | modifier le code]

Patrice Passy est ainsi devenu depuis plusieurs années, l’acteur incontournable de la gestion des problématiques interculturelles dans le cadre des coopérations France-Afrique, et Chine-Afrique francophone, à ce titre, son cabinet DB CONSEILS est le numéro un de la gestion des problématiques interculturelles en Afrique francophone depuis 2010. Il a été le premier à structurer une offre de formation dont le contenu des modules est axé sur l'efficacité opérationnelle et la rentabilité commerciale des missions en Afrique en faisant de la culture une partie intégrante de l'offre commerciale et un élément stratégique du projet d'entreprise de ses clients (Lafarge, Cahors, Valeo, Formatex, CCI-Paris, Itineraires Interculturels I2, Akteos, Total, etc...)

Conseil stratégique des patronats africains

Patrice Passy intervient régulièrement au GICAM (Groupement inter patronal du Cameroun)- dans le cadre des Journées de l’Entreprise (JDE) et aux différentes éditions de l’Université du GICAM à Douala. Ses interventions portent sur la gestion du projet UNIPACE-FOPAO, visant la structuration et le développement de l’alliance stratégique entre les patronats du centre et de l’ouest africain.

Dans ce sens, en 2014, il met à la disposition des chefs d’entreprise camerounais, lors de l'Université du GICAM, les outils et méthodes de conquête des marchés de la sous-région. Puis, l’année suivante, il propose une approche nouvelle pour la reconversion industrielle des économies africaines : la régionalisation industrielle du Cameroun qui rencontra du succès dans les médias et auprès des décideurs politiques[5][réf. nécessaire]. Il a grâce à la confiance du Président du GICAM, André Fotso, la lourde tâche de former les membres du GICAM, sur les outils et méthodes d’une diplomatie économique et diplomatie d’entreprises avec le GICAM.

Son engagement pour la reconversion industrielle des économies africaines, l’amène également à la Fédération des entreprises du Congo en RD-Congo en 2014 pour former les membres de la FEC aux outils et méthodes de résolutions des dysfonctionnements internes dans l’entreprise.

BIT[modifier | modifier le code]

En 2016, la mission d’audit stratégique et organisationnel du Conseil National du Patronat Tchadien, pour le compte du Bureau International du Travail (Genève) lui est confiée. Par ailleurs il travaille en parallèle à la préparation du symposium international africain sur les champions nationaux qui sera organisé en partenariat avec le Bureau International du Travail (Genève).

API[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, il est chargé d’accompagner, conseiller puis assister la Directrice générale de l’Agence pour la Promotion des Investissements (API) au Congo-Brazzaville dans la définition et mise en œuvre de la stratégie de communication et de promotion des opportunités spécifiques d’investissement au Congo-Brazzaville. Dans ce cadre, son expertise permet à l’agence de mieux projeter les entreprises congolaises à l’international, et aussi d’attirer davantage d’investisseurs étrangers au Congo pour y créer des activités créatrices d’emplois. Sous son impulsion les premiers missions de prospection multisectorielle des entreprises privées congolaises à l'étranger ont eu lieu au Congo à Brazzaville.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Il anime un blog sur lequel il a déjà publié près de 200 contributions à haute valeur ajoutée[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Patrice PASSY, DIASPORA AFRICAINE DE FRANCE: COMMENT EXISTER DANS UN RAPPORT DU FAIBLE AU FORT ?23
  • Patrice PASSY, LA GUERRE ECONOMIQUE EN AFRIQUE CENTRALE24
  • Patrice PASSY, Travailler en Afrique francophone : les Sept lois source de tensions interculturelles dans l’entreprise en Afrique francophone 25
  • Patrice PASSY, CONNAISSEZ-VOUS LES RÉSEAUX D'INFLUENCE EN AFRIQUE26 ?
  • Patrice PASSY, MOHO-NORD ET LA REDYNAMISATION DE LA SOUS- TRAITANCE INDUSTRIELLE AU CONGO27
  • Patrice PASSY, LES FILIALES FRANÇAISES EN AFRIQUE RECRUTENT DES CADRES FRANCO-AFRICAINS : QUELLE INTELLIGENCE INTERCULTURELLE POUR RÉUSSIR VOTRE INTÉGRATION LOCALE28 ?
  • Patrice PASSY, 2012 : LES NOIRS DE France EN PANNE DE CONTRIBUTIONS POUR LA REPUBLIQUE[7]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Patrice-Passy-initiateur-de-la-pensée-stratégique-endogène-africaine », sur www.forbesafrique.com,
  2. « Patrice PASSY - Conférencier International », sur www.acifr.org (consulté le 14 août 2017)
  3. « Patrice Passy : "Le temps est venu d'expliquer de l’intérieur ce que des partenaires français peuvent percevoir comme des défauts, voire des défaillances" | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo », sur adiac-congo.com (consulté le 15 août 2017)
  4. « Patrice PASSY », sur ppassy.blogspot.fr (consulté le 14 août 2017)
  5. « Interview Patrice Passy | GICAM Tv », sur www.gicamtv.org (consulté le 15 août 2017)
  6. « Patrice PASSY », sur ppassy.blogspot.fr (consulté le 14 août 2017)
  7. Patrice Passy, « 2012 : LES NOIRS DE France EN PANNE DE CONTRIBUTIONS POUR LA REPUBLIQUE », sur Patrice PASSY, (consulté le 14 août 2017)