Patrice Leconte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Patrice Lecomte)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leconte.
Patrice Leconte
Description de cette image, également commentée ci-après

Patrice Leconte en 2011.

Nom de naissance Patrice-Claude-Francois Leconte
Naissance (67 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Réalisateur
Scénariste
Metteur en scène
Films notables voir filmographie

Patrice Leconte est un réalisateur, scénariste et metteur en scène français né le (67 ans) à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrice Leconte dirige Pauline Lefèvre sur le tournage de Voir la mer, à Dijon, en août 2010.

Patrice Leconte a, selon son autobiographie, un père gynécologue obstétricien et une mère qui fut une des pionnières de l'accouchement sans douleur, ainsi que trois frères et sœur[1]. Il passe son enfance à Tours, tournant dès 15 ans des petits films d'amateur[2]. Il monte à Paris en 1967 pour suivre le cours Littré, puis entre à l'IDHEC, prestigieux établissement de ses rêves qui se révèle « poussiéreux et archaïque, sans contact avec le vrai cinéma »[3]. Il écrit quelques critiques aux Cahiers du cinéma mais ne s'implique pas au mouvement de Mai 68, puis se lance avec plus ou moins de bonheur dans le court-métrage[4]. Parallèlement, il contribue au journal Pilote de 1970 à 1974, produisant des planches d'une grande originalité et réalise de nombreux films publicitaires[5].

Ses premiers longs métrages passent inaperçus ou sont mal reçus. En 1975, il se lance dans un projet plus ambitieux, en adaptant des personnages de Gotlib avec Jean Rochefort et Coluche : Les vécés étaient fermés de l'intérieur. le film est mal reçu par la critique et ses résultats déçoivent au regard des têtes d'affiches. Patrice Leconte commence à croire qu'il a fait fausse route dans le cinéma et accentue sa carrière publicitaire. En 1977, il accepte un dernier projet, l'adaptation à l'écran d'une pièce de café-théâtre : Amour, Coquillages et Crustacés, renommé à l'écran Les Bronzés. Et le film est un des plus grands succès du cinéma français. S'ensuit pendant une dizaine d'années une série de comédies, généralement autour de la troupe du Splendid, mais aussi d'acteurs comme Coluche, Bernard Giraudeau et Gérard Lanvin, qui rencontrent souvent le succès (Viens chez moi, j'habite chez une copine, Les Spécialistes).

Patrice Leconte en 2009 au festival du film américain de Deauville.

Il décide de changer de registre et réalise trois films consécutifs en complet décalage avec ses productions précédentes : Gérard Jugnot rase sa moustache pour Tandem en donnant la réplique à Jean Rochefort. Il fait une nouvelle adaptation d'un roman de Georges Simenon en révélant un Michel Blanc totalement à contre-emploi, livide et bouleversant dans Monsieur Hire (1989). Puis Le Mari de la coiffeuse (1990) est un portrait inclassable d'un homme qui n'arrive pas à aimer sa femme comme il le voudrait. Et dans les trois cas le public accepte ce changement de style, grâce au très grand soin que Leconte apporte à l'esthétique et au rythme du film, la gestion des tensions et la direction d'acteurs.

Les films suivants sont des échecs et Leconte change alors à nouveau de registre en 1995 en se lançant dans le film en costumes. Et Ridicule le réconcilie avec le public et la critique, en même temps qu'il lui permet de remporter les Césars du meilleur réalisateur et du meilleur film.

Depuis, Leconte a installé son nom dans le cinéma français, rencontrant des fortunes diverses, se lançant à l'occasion dans une virulente diatribe contre les critiques de cinéma. En 1999, il réalise La Fille sur le pont. En 2005, l'équipe du Splendid fait à nouveau appel à lui pour réaliser le troisième volet des Bronzés, Les Bronzés 3 : Amis pour la vie. Il a également réalisé La Guerre des miss en 2008 et Voir la mer en 2011.

Il est membre du jury du cinquantième anniversaire du festival international du film d'animation d'Annecy (juin 2010), alors qu'il est lui-même engagé dans la production d'un film d'animation : Le magasin des suicides, d'après un livre de Jean Teulé.

Il a parfois aussi participé à l'émission de Laurent Ruquier, On va s'gêner, sur Europe 1. Il a rejoint la bande de chroniqueurs de Cyril Hanouna à la rentrée 2015 dans l'émission Les Pieds Dans Le Plat, toujours sur Europe 1.

Il est marié avec Agnès Béraud, sœur du réalisateur Luc Béraud[6] et attachée de presse des Cahiers du cinéma, avec qui il a eu deux filles, Marie et Alice[7].

Il a été président du grand jury du Festival du grain à démoudre en 2010.

Les films de Patrice Leconte ont permis à Gérard Jugnot, Jean Rochefort, Michel Blanc, Charles Berling et Daniel Auteuil d'être nommés au César du meilleur acteur (remporté par Auteuil et Blanc) et à Juliette Binoche et Vanessa Paradis au César de la meilleure actrice.

En 2015, il devient chroniqueur, aux cotés de Cyril Hanouna, dans l'émission de radio Les Pieds dans le plat sur Europe 1.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Mises en scène

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages
  • Incompressionisme
  • Antoine
  • Morte Carne
  • Sans gamelles ni bidons
  • Le Bonhomme
  • 1962 : Le Tour du monde de M. Jones
  • 1962 : Les Voisins
  • 1962 : Schweppes
  • 1963 : Corrida
  • 1963 : La Chute
  • 1965 : Monsieur Ploum
  • 1965 : Les Dieux au goutte-à-goutte
  • 1965 : Épisode de la vie de M. Bonhomme
  • 1965 : Monsieur mon général
  • 1966 : Sept péchés capitaux et militaires
  • 1966 : Les Mots
  • 1970 : Tout à la plume, rien au pinceau (And My Name Is Marcel Gotlib)
  • 1971 : Le Laboratoire de l'angoisse
  • 1973 : La Famille heureuse
  • 1991 : Le Batteur du Boléro - également scénariste et cadreur
Longs métrages

Box-office[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Moments d’égarement (nouvelles), ill. de Blutch, coll. « C'est pour offrir », Casterman, 2003
  • Les Femmes aux cheveux courts, Albin Michel, 2009
  • Riva Bella, Albin Michel]], 2011
  • Reculer pour mieux sauter, coécrit avec David d'Equainville, Flammarion, 2012
  • Le Garçon qui n'existait pas, Albin Michel, 2013

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

  • 94 récits courts, dans Pilote, 1970-1974.
  • Trente-trois Actualités dans Pilote , 1970-1971.
  • La Longue Nuit de Korneblu dans Pilote, 1972.
  • Le Film de la semaine (dessin), avec Goussé ou Claude Poppé (texte) dans Pilote, cinq histoires, 1973.
  • Mr le censeur aux champs dans Pilote, 1974.
  • Deux histoires dans Mormoil, 1974.
  • Une histoire dans L'Écho des savanes, 1974.
  • Une histoire dans Fluide glacial, 1979.

Albums[modifier | modifier le code]

  • Gazul et Cie, AUDIE, coll. « Fluide glacial », 1975. Compilation d'histoires parues dans Pilote.
  • Gazul Club, Michel Lagarde, 2007. Compilation d'histoires parues dans Pilote.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Je suis un imposteur, Flammarion, 1998
  • Le Cinéma dans la cité (ouvrage collectif), éditions du Félin, 2001
  • J'arrête le cinéma, Calmann-Lévy, 2011
  • Weepers Circus, N'importe où, hors du monde, 2011
    Livre-disque auquel participe une quarantaine d'invités en tant qu'auteurs ou interprètes. Patrice Leconte y signe un texte inédit (non mis en musique) consacré à sa propre interprétation du titre de l'album.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice Leconte, Je suis un imposteur, Flammarion,‎ 2000, p. 21
  2. Le tour du monde de Monsieur Jones et Les voisins en 1962, Incomprissionnisme en 1963, etc.
  3. Patrice Leconte, Je suis un imposteur, Flammarion,‎ 2000, p. 46
  4. L’Espace vitale en 1969, Le batteur de Boléro en 1973.
  5. Patrice Leconte, Je suis un imposteur, Flammarion,‎ 2000, p. 65-69
  6. Patrice Leconte, Je suis un imposteur, Flammarion,‎ 2000, p. 75
  7. Festival international du film de la Rochelle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :