Patriarcat orthodoxe d'Alexandrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patriarcat orthodoxe grec d'Alexandrie et de toute l'Afrique
(Πατριαρχείο Aλεξανδρείας και πάσης Aφρικής)
Fondateur(s) Saint Marc
Autocéphalie/Autonomie déclarée depuis les origines
Autocéphalie/Autonomie reconnue depuis les origines
Primat actuel Pape Théodore II
Siège Alexandrie et Le Caire, Égypte
Territoire primaire Égypte (sauf Sinaï), Afrique
Rite byzantin
Langue(s) liturgique(s) grec, swahili, anglais, français
Tradition musicale byzantine
Calendrier grégorien / julien révisé
Population estimée 250 000
Plafond de la cathédrale orthodoxe d'Alexandrie.

Le Patriarcat d'Alexandrie et de toute l'Afrique ou Église orthodoxe d'Alexandrie et de toute l'Afrique est la juridiction autocéphale canonique de Église orthodoxe en Égypte et dans toute l'Afrique.

Le chef de l'Église porte le titre de Patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique, avec résidence à Alexandrie en Égypte (titulaire actuel : Sa Béatitude Théodore II[1] depuis le ).

Le titre de Patriarche d'Alexandrie est actuellement porté également par trois autres chefs d'Église, le pape copte, le patriarche copte-catholique et le patriarche melkite catholique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église d'Alexandrie.

L'Église orthodoxe d'Alexandrie est une des héritières de l'Église d'Alexandrie qui fut une des premières Églises chrétiennes. Selon la tradition, elle aurait été fondée par l'évangéliste Marc.

L'Église d'Alexandrie se divisa en deux branches après le Concile de Chalcédoine, la majorité non-chalcédonienne formant l'Église copte orthodoxe (communion orthodoxe orientale), et la minorité chalcédonienne, restée en lien avec l'Église byzantine (Patriarcat œcuménique de Constantinople), formant l'Église grecque-orthodoxe d'Alexandrie.

Cette position valut à ses partisans l'appellation de « Melkites » de la part de leurs adversaires en raison de leur allégeance politique et religieuse à l'empereur[2] byzantin.

Au XIIe siècle, l'Église adopte le rite byzantin.
En 1365, la ville d'Alexandrie est mise à sac par le roi latin de Chypre.
En 1517, le patriarche s'installe à Constantinople.
En 1811, le patriarche se réinstalle à Alexandrie.
En 2007, un séminaire orthodoxe (r)ouvre à Alexandrie, après une interruption de 460 ans.

Organisation[modifier | modifier le code]

En Égypte

En Afrique orientale :

En Afrique australe :

En Afrique centrale et occidentale :

En Afrique du Nord-Ouest :

Formation du clergé[modifier | modifier le code]

La formation du clergé est assurée dans trois académies de théologie orthodoxe situées à Alexandrie, à Nairobi et à Kinshasa.

Orthodoxie en Afrique sub-saharienne[modifier | modifier le code]

Longtemps limitée à l'Égypte et aux communautés grecques et syro-libanaises en Afrique, l'Église connait depuis plusieurs décennies un développement en Afrique sub-saharienne.

Relations avec les autres Églises[modifier | modifier le code]

L'Église est membre du Conseil œcuménique des Églises ainsi que du Conseil des Églises du Moyen-Orient.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ignace Dick, Les Melkites, Brepols (col. Fils d'Abraham), Turnhout, 1994
  • Jean-Pierre Valognes, Vie et mort des Chrétiens d'Orient, Fayard, Paris, 1994 (ISBN 2213030642)

Notes et références[modifier | modifier le code]