Passy (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Passy.

Passy
Une rame MP 73 arrive à quai.
Une rame MP 73 arrive à quai.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 16e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 27″ nord, 2° 17′ 09″ est
Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 16e arrondissement de Paris)
Passy
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Passy
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 3 908 764 (2013)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 17-08
Ligne(s) (6)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 32 72
(6)

Passy est une station de la ligne 6 du métro de Paris, située dans le 16e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est implantée sur la rue de l'Alboni, entre le square Alboni, la place de Costa-Rica et l'avenue du Président-Kennedy. Du fait de sa situation à flanc de la colline de Chaillot, elle est partiellement souterraine à son extrémité nord-est, tandis que le côté sud-est s'ouvre sur le viaduc de Passy, lequel surplombe le pont de Bir-Hakeim pour traverser la Seine. Orientée selon un axe nord-ouest/sud-est, elle s'intercale entre les stations Trocadéro et Bir-Hakeim. Il s'agit de la dernière station aérienne de la ligne en direction de Charles de Gaulle - Étoile.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte le 6 novembre 1903 avec la mise en service du prolongement de la ligne 2 Sud, jusqu'alors exploitée en tant qu'embranchement de la ligne 1, depuis son terminus initial de Trocadéro. Elle joua à son tour le rôle de tête de ligne jusqu'au , date à laquelle ladite ligne fut prolongée à travers la rive gauche de la Seine jusqu'à Place d'Italie. Le , la ligne 2 Sud est absorbée par la ligne 5, qui relie alors Étoile (aujourd'hui Charles de Gaulle - Étoile) à Lancry (actuelle Jacques Bonsergent)[1]. Du 17 mai au , le tronçon entre Place d'Italie et Étoile de la ligne 5 est intégré temporairement à la ligne 6, laquelle relie alors Étoile à Nation[2]. La section absorbée lui est définitivement cédée le .

Surnommée « station du quai de Passy » dans les plans initiaux, elle doit sa dénomination à sa proximité avec le quai de Passy (actuelle avenue du Président-Kennedy) tel que celui-ci était dénommé lors de la construction de la ligne[3]. Le nom de cette voie renvoyait lui-même à l'ancien village de Passy qu'elle longeait par l'est avant son annexion à Paris en 1860.

En 2011, 3 918 954 voyageurs sont entrés à cette station[4]. Elle a vu entrer 3 908 764 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 130e position des stations de métro pour sa fréquentation[5].

Le , la RATP intègre le nom de la station à une expression consacrée pour faire un poisson d'avril le temps d'une journée[6], comme dans huit autres stations[7]. Passy est ainsi devenue « Reste Passy près du bord », de manière à sensibiliser les voyageurs au risque de chute sur les voies.

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose de deux accès débouchant sur la rue de l'Alboni, de part et d'autre de la station, chacun étant réparti en deux entrées contiguës :

Un couloir passant sous la station permet de relier ces deux accès entre eux.

Quais[modifier | modifier le code]

Passy est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro. En revanche, elle présente la particularité d'être souterraine à son extrémité ouest et aérienne à l'autre extrémité, du fait de la déclivité du terrain. Le plafond de la première est constitué d'un tablier métallique dont les poutres, de couleur argentée, sont supportées par des piédroits verticaux, tandis que le restant des quais est abrité par des auvents supportés par des piliers gris. Les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits (dont la partie aérienne est également recouverte de briques dessinant des motifs géométriques côté extérieur) et le tympan nord-ouest, le tympan opposé étant vitré. Les cadres publicitaires sont en céramique blanche et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur plaques émaillées, en saillie côté aérien. Les sièges sont de style « Motte » de couleur jaune et l'éclairage est assuré par des tubes indépendants. Les accès s'effectuent à mi-quai.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 32 et 72 du réseau de bus RATP.

À proximité[modifier | modifier le code]

Elle est reliée à la station Bir-Hakeim et au 15e arrondissement par le pont de Bir-Hakeim (anciennement pont-viaduc de Passy) achevé en 1906 (classé monument historique).

Elle se trouve à environ 750 m au nord de la Maison de la Radio.

Culture[modifier | modifier le code]

Le colonel Passy (de son vrai nom André Dewavrin) prit, comme nombre de Français libres, le nom d’une station du métro parisien comme nom de guerre[8].

Plusieurs films ont été tournés dans la station :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 197.
  2. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 210-211.
  3. Image de la construction de la « station du quai de Passy », sur gallica.bnf.fr (consulté le 1er juin 2012).
  4. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 29 octobre 2013).
  5. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  6. « La RATP détourne le nom de onze stations de métro », sur 20minutes.fr, (consulté le 3 mars 2019).
  7. Au total la régie renomme onze stations de son réseau, les deux dernières étant les gares d'Auber et de Gentilly situées sur le RER.
  8. Colonel Passy, Mémoires du chef des services secrets de la France libre, éditions Odile Jacob, , 801 p. (ISBN 2-7381-0870-9), p. 78.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]