Passetto di Borgo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Passetto di Borgo
Passetto2.jpg
Présentation
Type
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Passetto di Borgo avec le Vatican au fond.

Le Passetto di Borgo, ou simplement Passetto, (en français : petit passage[1]) est un passage fortifié et surélevé qui relie la place Saint-Pierre de la cité du Vatican au Château Saint-Ange, à Rome.

Description[modifier | modifier le code]

Le Passeto est un couloir long d'environ 800 mètres. Il commence à l'entrée du Vatican, au nord du début de la place Saint-Pierre, au niveau de la Piazza della Citta Leonina. Il traverse le rione du Borgo, au nord de la via della Conciliazione et aboutit au Château Saint-Ange, au musée national du château[2], après avoir enjambé les fossés du château. Il était également appelé autrefois Corridore di Borgo (couloir du Borgo)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine du Passetto est liée à la construction des murailles léonines par le pape Léon IV (845-855) qui les fait ériger[2] à la suite de la mise à sac de Rome, en 846 par les troupes Sarrasines. Le mur, construit par les prisonniers Sarrasins, a un tracé en U : il débute au mausolée d'Hadrien (actuel Château Saint-Ange), se dirige vers la colline du Vatican, pour englober la basilique Saint-Pierre, avant de redescendre vers le fleuve.

C'est en 1277, que le Passetto est aménagé par le pape Nicolas III, sur la muraille reliant le Vatican au château Saint-Ange[3].

En 1494, le pape Alexandre VI utilise le Passetto, lorsque les milices de Charles VIII de France[2] envahissent Rome.

Le , les soldats de Charles Quint mettent à sac Rome et s'attaquent au palais apostolique : tandis que 147 soldats de la Garde Suisse périssent en protégeant la fuite du pape Clément VII vers le château Saint-Ange, par le Passeto[3] (ce qui n'empêchera pas la totale et prochaine réconciliation entre le pape et Charles Quint).

Restauration[modifier | modifier le code]

Le Passetto a été en partie rénové à l'occasion du jubilé de l'an 2000. Le , l'État de la Cité du Vatican publie la signature d'un protocole d’accord avec l'État italien concernant l’utilisation du Passetto par les autorités du Saint-Siège ainsi que la mise en place d’une tour de garde, contrôlée par la Garde Suisse pontificale et la Gendarmerie pontificale qui en surveillent l’accès[2]. Le Passeto peut être visité sur rendez-vous préalable.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) D'Onofrio Cesare (1978). Castel Sant'Angelo e Borgo tra Roma e Papato. Romana Società Editrice, Roma.
  • (it) Di Fiume Mark (2000). Sogno nel Passetto ?. Ballo Editrice, Bologna.
  • (en) Augias Corrado (2007). The secrets of Rome : love & death in the eternal city. New York, Rizzoli Ex Libris. (ISBN 9780847829330)

Liens externes[modifier | modifier le code]