Passerelle Saint-Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Passerelle Saint-Vincent
Passerelle Saint-Vincent et les quais de Saône
Passerelle Saint-Vincent et les quais de Saône
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Commune Lyon
Coordonnées géographiques 45° 46′ 03″ N, 4° 49′ 40″ E
Fonction
Franchit Saône
Caractéristiques techniques
Longueur 76,50 m
Largeur 2,80 m

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Passerelle Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Passerelle Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Passerelle Saint-Vincent

La Passerelle Saint-Vincent est une passerelle qui franchit la Saône à Lyon.

Le premier pont, construit en 1637 par l'ingénieur Jean Christophe Marie, est emporté par les glaces en 1643. Un nouveau pont le remplace en 1656, mais il connaît le même sort que son prédécesseur en 1711. Il est à nouveau remplacé en 1777 par un nouveau pont, long de moins de 80 m et large de 7 m. Dans les années 1830, un projet est élaboré afin de remplacer le pont Saint-Vincent, trop vétuste et mal placé. On propose alors de construire un nouveau pont plus en aval et de remplacer le pont Saint-Vincent par une simple passerelle. En 1827, on confie à l'entreprise Tarpin le soin de construire les deux ouvrages. La passerelle Saint-Vincent est ouverte au public à la fin de l'année 1832. En 1840, le tablier du pont est endommagé par les crues. Il est réparé et n'a pas nécessité de travaux majeurs depuis cette date.

Durant la Seconde guerre mondiale, cette passerelle est la seule avec le pont de l'Homme de la roche a ne pas avoir été détruit par les Allemands lors de leur retraite le 2 septembre 1944[1].


La passerelle est longue de 76,50 m et large de 2,80 m.

Alignement de Passerelle Saint-Vincent, Église Saint-Paul, Basilique Notre-Dame de Fourvière

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ruby 1985, p. 57-58.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Ruby, La libération de Lyon, Lyon, Éditions l'Hermès, coll. « Cahiers de la Commission d'histoire de la guerre » (no 11),

Sources[modifier | modifier le code]