Passe-Crassane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Passe-Crassane est une variété de poire d'hiver obtenue par le pépiniériste Louis Boisbunel (1783-1856) à Rouen.

Origine[modifier | modifier le code]

La Passe-Crassane provient d'un semis effectué en 1845 qui a présenté une première fructification en 1854[1].

Poire Passe-Crassane

Description[modifier | modifier le code]

La Passe-Crassane est une grosse poire d'hiver à peau jaune marbrée. Sa chair est d'excellente qualité : assez fine, juteuse, fondante, agréablement acidulée et très parfumée.[interprétation personnelle]

Elle se récolte en octobre.

À la vente, elle est souvent présentée avec un bouchon de cire rouge à l'extrémité de son pédoncule. Cela permet d'améliorer sa conservation en limitant l'évaporation par cette extrémité.

Culture[modifier | modifier le code]

Passe-Crassane produite en Savoie.

Autrefois la poire d'hiver la plus cultivée en France, la Passe-Crassane tend à disparaître parce que son arbre est très sensible au feu bactérien[Note 1],[2]. Cette sensibilité n'est pas intrinsèquement supérieure à celle d'autres variétés (Doyenné du Comice est également très sensible[3]) mais est due à une production de floraisons secondaires très abondantes et échelonnées, typiques de cette variété[4].

Du fait de cette sensibilité, sa plantation et sa multiplication sont interdites en France depuis 1994[5], mais pas la vente des fruits résultant des plantations existantes.

La Passe-Crassane fait partie des six variétés de poires de l'IGP Pommes et poires de Savoie.

En Italie, où elle ne fait pas l'objet d'une interdiction de multiplication, elle fait partie des dix poires de l'appellation Pera dell'Emilia-Romagna.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Poirier | Rosacées | Arbre fruitier

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La variété est sensible à la tavelure mais résiste bien aux acariens (Tetranychus urticae).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notes et actualités », Revue internationale de botanique appliquée et d'agriculture tropicale, vol. 32, no 355,‎ (lire en ligne)
  2. (en) European pear varieries, p. 15/22, lire en ligne.
  3. « Les maladies dans le verger - Feu_Bacterien_Biodim.pdf », sur rwdf.cra.wallonie.be/ (consulté le 25 février 2017)
  4. Service Régional de Protection des Végétaux, Avertissements Agricoles - Toutes cultures - Aquitaine - 1979 - 6, Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), (lire en ligne)
  5. Arrêté du 12 août 1994 relatif à l'interdiction de plantation et de multiplication de certains végétaux sensibles au feu bactérien (lire en ligne)