Passéisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Selon le dictionnaire Le Robert [1]le nom masculin  passéisme est apparu en 1930, il avait un sens péjoratif décrivant un gout excessif du passé. Néanmoins, il fait remonter à l’année 1913 l’apparition de l’adjectif passéiste. Le Petit Larousse[2] donne comme définition du mot passéisme : attitude de repli sur les valeurs du passé ; attachement excessif à ses valeurs. Le dictionnaire en ligne Ortolang , se référant largement au Petit Larousse, définit passéisme comme un attachement excessif au passé, aux mœurs et aux valeurs du passé.

Synonyme de passéisme[modifier | modifier le code]

Il est devenu un lieu commun de faire un rapprochement et dans beaucoup de cas d'amalgame entre idées de droite et passéisme, Obscurantisme, conservatisme et conformisme.  

Le passéisme de gauche[modifier | modifier le code]

L’expression gauche passéiste est attribuée à un leader de gauche en l’occurrence Manuel Valls qui déplore le désir de statu quo qu’affectionne certains hommes de gauche refusant les réformes en profondeur de l’économie française en perte de vitesse concernant sa compétitivité. Dans une interview accordée au Nouvel Observateur il dit : «Il faut en finir avec la gauche passéiste, celle qui s'attache à un passé révolu et nostalgique, hantée par le surmoi marxiste et par le souvenir des Trente Glorieuses. La seule question qui vaille, c'est comment orienter la modernité pour accélérer l'émancipation des individus[3].» 

Le contraire de passéisme[modifier | modifier le code]

Au passéisme on fait  opposer le concept de futurisme, qui à plutôt une connotation positive même si les futuristes  « Dans leur perpétuel souci d'innovation, les futuristes ne songèrent rien moins qu'à plaire, utilisant de façon retentissante les ressources de la provocation, du scandale, voire de la violence[4]. ».

On peut ajouter, mais avec beaucoup de précaution progressisme et évolutionnisme.

Une certaine idée du passéisme[modifier | modifier le code]

Laurent Terzieff : "Le passéisme m'effraie"[5] : "Le passéisme des gens de mon âge m'effraie. Évidemment, ce sentiment que ce qui arrive de nouveau est quelque chose qu'on a déjà vécu, je l'ai moi-même éprouvé, mais c'est faux. Ce qui est nouveau est vraiment nouveau, on ne l'a pas vécu. L'histoire ressasse, parfois, mais elle ne bégaie pas."

Le "c'était mieux avant"[modifier | modifier le code]

Dans le quotidien et même sur le Web francophone et anglophone on remarque une certaine nostalgie du "C'était mieux avant !" Le vintage n’est plus totalement ringard, on regrette les objets technologiques simples du genre Atari, le disque vinyle devient objet de collection... Dans une veine allègre Stéphane Ribeiro a écrit « C'était Mieux Avant : 500 Bonnes raisons de regretter d'avoir plus de 30 ans : ou pas »[6], dont on peut extraire les formules suivantes : 

  • Avant, Johnny Hallyday ressemblait moins à ses sosies...
  • Avant, il y avait Garcimore à la télé. Et d'un coup, hop ! Il a disparu...
  • Avant, 15 euros, ça faisait 100 francs. Et avant, 100 francs, ça faisait beaucoup plus que 15 euros.
  • Avant, on ne se faisait pas racketter son téléphone portable à l'école. Avant, on se faisait racketter son blouson Chevignon.
  • Avant, on était soit Pif Gadget, soit Journal de Mickey. Fallait choisir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif, Dictionnaire Le Petit Robert 2016, Paris, , 2880 p. (ISBN 978-2-321-00648-0)
  2. Collectif, Le petit Larousse illustré 2016, Paris, , 2048 p. (ISBN 9782035901255)
  3. « Manuel Valls : "Il faut en finir avec la gauche passéiste" », sur L'Obs (consulté le 19 mars 2016)
  4. « Futurisme », sur Universalis
  5. « Laurent Terzieff : "Le passéisme m'effraie" », sur Lemonde
  6. Stéphane Ribeiro, C'était Mieux Avant : 500 Bonnes Raisons De Regretter D'avoir Plus De 30 Ans : Ou Pas, Paris, First Editions, , 192 p. (ISBN 978-2-7540-5571-0)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Quel avenir pour l'école ? Entre Passéisme Nostalgique Et Utopie Moderniste Date de sortie 22/03/2007, Actes XVI Des Entretiens Nathan, ouvrage collectif édité sous la direction d’Alain Bentolila, Nathan, Paris, 2007..
  • Contre Venise passéiste par Filippo Tommaso Martinetti et autres Traduit de l'italien par Pierre Musitelli, préface de Maxime Rovere, éd Payot-Rivages, coll Poche, Paris, 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]